La Redoute, les chemises blanches et la Journée de la Femme Digitale

La Redoute s’associe à La Journée de la Femme Digitale en lançant une ligne de chemises blanches. L’idée ? Donner envie “aux femmes d’oser, d’innover et d’entreprendre” et installer cette ligne de chemises blanches comme un “symbole de …

La Redoute s’associe à La Journée de la Femme Digitale en lançant une ligne de chemises blanches. L’idée ? Donner envie « aux femmes d’oser, d’innover et d’entreprendre » et installer cette ligne de chemises blanches comme un « symbole de l’entrepreneuriat et de l’intrapreneuriat au féminin »…

Elles seront personnalisables par un verbe d’action brodé sur la manche comme « dare », « innovate ou « create ». Début septembre 2017, la Journée de la Femme Digitale et son club réunissaient 14 femmes entrepreneures en riposte au cliché d’une enquête réalisée fin août par un magazine grand public, sur les jeunes pousses françaises, qui présentait onze hommes, fondateurs de startup, en chemise blanche et en jean bleu avec vue sur la tour Eiffel. En exclusivité avec Challenges, la Journée de la Femme Digitale réagit rapidement et rassemble donc des femmes reprenant les mêmes codes que ce cliché circulant sur les réseaux sociaux.

« Cette collaboration arrive à un moment où l’envie d’entreprendre en France atteint son plus haut niveau historique. L’entrepreneur est devenu aujourd’hui créateur d’avenir dans la conscience collective. La start-up nation, terme au cœur des débats politiques et sociétaux, est avant tout un appel à l’innovation et à la créativité. Et c’est ce que nous avons fait au travers de cette collaboration avec La Redoute.”, souligne Delphine Remy-Boutang.

Salon Emarketing 2018

“Associer La Redoute à La Journée de la Femme Digitale nous est apparu comme une évidence ! La Redoute est aux côtés des femmes depuis toujours, elle est une marque et une entreprise féminine. La transformation de La Redoute démontre à quel point la digitalisation de la société peut être source d’opportunités extraordinaires pour toutes les femmes qui ont envie d’entreprendre. Nous formons le vœu que cette chemise blanche devienne un symbole puissant de l’entrepreneuriat au féminin.”, déclare Nathalie Balla, qui interviendra à la JFD18, le 17 avril prochain. La Chemise Blanche sera disponible le 30 mars sur les sites internet de LaRedoute.fr, de la JourneeDelaFemmeDigitale ainsi que sur la chaîne de télévision QVC et son site dédié.

8 gros mensonges sur les présentations à l’oral

En matière de présentation orale, certaines idées reçues ont la dent dure. Voici les plus persistantes. Parvenir à les surmonter vous permettra de faire vivre une belle histoire à votre auditoire au cours de votre présentation.

Des lampadaires aux consignes de tri, Bordeaux met tout un quartier à l’IoT

La métropole installe 500 capteurs pour optimiser la consommation et le coût des services publics… et évaluer ses propres compétences.

June20 : des étiquettes produits aussi riches que le Web

Le JDN a repéré les solutions les plus en pointe pour les magasins lors de la NRF 2018. Découvrez le dernier épisode de notre série vidéo.

Snapchat annonce le retour d’un onglet ‘Stories’ pour calmer la fronde des utilisateurs

Dans un communiqué, Snapchat annonce deux nouveautés. Grâce à un partenariat avec GIPHY, vous allez pouvoir envoyer des snaps avec des GIF intégrés, comme sur Instagram (pour une fois que Snapchat s’inspire d’Instagram et non l’inverse…). Ce n’est pas l’information principale, car les utilisateurs ont d’autres préoccupations. La nouvelle version de Snapchat est en effet […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Snapchat annonce le retour d’un onglet ‘Stories’ pour calmer la fronde des utilisateurs
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Dans un communiqué, Snapchat annonce deux nouveautés. Grâce à un partenariat avec GIPHY, vous allez pouvoir envoyer des snaps avec des GIF intégrés, comme sur Instagram (pour une fois que Snapchat s’inspire d’Instagram et non l’inverse…). Ce n’est pas l’information principale, car les utilisateurs ont d’autres préoccupations. La nouvelle version de Snapchat est en effet très critiquée, et Snap Inc. semble l’avoir compris. Une nouvelle mise à jour va être déployée pour tenter de calmer la fronde des utilisateurs mécontents. Mais ce ne sera sans doute pas suffisant…

Des onglets sur Snapchat pour retrouver les stories

La nouvelle version de Snapchat sépare le social (à gauche) du media (à droite). Cette mise à jour permet aux créateurs d’être mieux mis en avant qu’auparavant. Les stories des amis sont désormais rassemblées sur la partie gauche de l’application, avec les chats. Cette organisation a semé la confusion chez les utilisateurs habitués à la précédente version de Snapchat : ils ont du mal à accéder aux stories de leurs amis et ils estiment que les contenus situés à droite ne sont pas très intéressants.

Actuellement, pour regarder une story, les utilisateurs doivent accéder à la partie « Social » de l’application (à gauche) et appuyer sur le cercle situé à côté du pseudo de leur ami. Auparavant, toutes les stories étaient listées à droite de l’application.

Snapchat annonce aujourd’hui que cette interface va être modifiée. Les amis seront toujours à gauche, les médias seront toujours à droite. En revanche, des onglets vont être ajoutés à ces deux parties pour mieux classer les contenus :

  • À gauche (amis) : des onglets Tout, Stories et Groupes, pour accéder plus facilement aux groupes et aux stories.
  • À droite (discover) : des onglets pour accéder aux éditeurs (médias), aux créateurs (stories officielles) et aux stories crowdsourcées (Notre story).

Snapchat précise que ces nouveautés seront déployées sur les versions Android et iOS (iPhone) de l’application dans les prochaines semaines.

Des GIF animés sur Snapchat, comme sur Instagram

L’autre annonce est l’arrivée des GIF animés sur Snapchat. Le principe est similaire à celui que vous connaissez sur Instagram :

  • Après avoir capturé votre snap, appuyez sur l’icône Stickers (en haut à droite)
  • Cherchez un mot-clé avec la barre de recherche pour accéder aux GIF animés
  • Vous pouvez redimensionner ou faire pivoter vos GIF, comme tous les stickers
  • Vous pouvez supprimer un GIF de votre snap en le déplaçant vers la corbeille
  • Vous pouvez ajouter des GIF animés sur vos photos et vos vidéos Snapchat

Cette nouvelle fonctionnalité est le fruit d’un partenariat entre Snapchat et GIPHY. Les GIF animés sur Snapchat seront déployées dans la prochaine mise à jour de l’app.

Prenez les manettes de la nouvelle Search Console

Tableau de bord, filtres, gestion d’erreurs… L’environnement pour webmaster et SEO fait peau neuve. Tour d’horizon de ses principales nouveautés.

6 clefs pour lancer sa start-up

Les entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à être tentés par l’aventure start-up. Mais l’ambition et le dynamisme seuls ne peuvent suffire dans un écosystème ultra-compétitif. Voici six conseils à destination des startupeurs en devenir.

Quels sont les secrets du Social Selling en 2018 ?

Durant cet épisode, nous sommes allés à la rencontre de Didier Castelnau. Il est le fondateur du Social Selling Club… …

En partenariat avec Webmarketing & Com’, chaque mois retrouvez un article en lien avec le podcast Interaction.

Durant cet épisode, nous sommes allés à la rencontre de Didier Castelnau. Il est le fondateur du Social Selling Club…

La nouvelle définition du Social Selling

La vente a changé : nous ne vendons plus comme en 1950. Aujourd’hui, la vente doit être personnalisée.

L’humain est au centre de la vente et le social seller (ou commercial) doit être actif, développer une communauté, partager du contenu informatif, divertissant et éducatif.

Aujourd’hui, le Social Selling est un terme à la mode, d’où le nombre de recherches sur le terme Social Selling en augmentation sur les 5 dernières années.

Nous sommes allés à la rencontre d’un expert du Social Selling pour en savoir plus…

Qu’est-ce que le social selling ?

Didier Castelnau insiste clairement sur la possibilité de développer une relation interpersonnelle avec les outils du marketing en utilisant les réseaux sociaux et internet au sens large (exemple : Google). C’est donc une nouvelle manière de voir la vente. Les acheteurs deviennent autonomes et il faut aller à leur rencontre au quotidien. C’est également une approche qui évolue avec la maturité et l’autonomie des acheteurs.

Le Social Selling est un écosystème avec des conversations et non seulement un annuaire avec des recettes. Vous devez mettre un visage sur les personnes que vous allez contacter. Vous construisez de la valeur.

Et connaissez-vous les dernières fonctionnalités du réseau Linkedin : la vidéo ? Elle est à utiliser comme un média de manière progressive. Cela demandera de la transparence et de l’authenticité pour faire passer un message, mais attention au bluff.

Comment gagner en visibilité sur Linkedin ?

Découvrez ses premiers conseils pour débuter sur cette plateforme et les outils qu’il utilise au quotidien pour mieux saisir des opportunités sur ce réseau… Si vous souhaitez en savoir plus, nous vous invitons à écouter l’épisode.

Vous souhaitez apprendre à utiliser Linkedin pour trouver un emploi, développer votre réseau ou développer votre réseau ?

Nous organisons un webinaire gratuit mercredi 21 février à 20h pour vous permettre de poser toutes vos questions. Pour vous inscrire, cliquez-ici.

Windows 10 : les limitations des futurs terminaux ARM dévoilées

Windows 10 Home S Mode, Windows 10 Pro S Mode, Windows 10 Enterprise S Mode… Dans le cadre de son retour sur les terminaux ARM, Microsoft plancherait sur de nouvelles éditions de son OS.

Loi Travail (ordonnances travail) : réactions, résumé et décryptage

Voulue par Emmanuel Macron, la réforme du code du travail est la suite de la Loi Travail. Le président de la République en a signé les ordonnances le 22 septembre. Au total, 117 mesures sont entrées en vigueur.

Galaxy S9 de Samsung : prix, date de sortie, caractéristiques…

Face à l’iPhone 8 et l’iPhone X d’Apple, le Galaxy S9 sera officiellement présenté par Samsung le 25 février. Tour d’horizon des premières informations sur le nouveau smartphone.

Technostress : quand les technologies nuisent aux salariés mal accompagnés

Une étude conduite par le géant de l’informatique Microsoft met en garde contre les distractions causées par la technologie. 20 000 employés européens ont été interrogés et pointent notamment du doigt le flux constant de mails, messages et notifications qui porte atteinte à la concentration. Des équipes qui souffrent de « Technostress » Certains salariés affirment que la […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Technostress : quand les technologies nuisent aux salariés mal accompagnés
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Une étude conduite par le géant de l’informatique Microsoft met en garde contre les distractions causées par la technologie. 20 000 employés européens ont été interrogés et pointent notamment du doigt le flux constant de mails, messages et notifications qui porte atteinte à la concentration.

Des équipes qui souffrent de « Technostress »

Certains salariés affirment que la manière dont leur employeur a déployé la technologie les a par la suite empêchés d’être plus productifs, devenant ainsi plus une source de distraction que de productivité. Selon l’étude, qui a sondé des employés de 21 pays européens, seulement 11,4% des interrogés affirment que la technologie les a rendu très productifs.

Un expert avance même que de nombreuses équipes souffrent de hauts niveaux de « Technostress », affirmant ainsi que « les travailleurs modernes ont une abondance de technologie entre les mains, mais que cette disponibilité ne se traduit pas nécessairement par un impact ». Une des principales causes de distraction pointée par le rapport est la quantité de mises à jour et de notifications provenant des réseaux sociaux, qui rendent les salariés moins productifs tout comme d’autres facteurs liés à la technologie. Autre dommage souligné par l’étude, la « connectivité constante », qui propage l’idée que le personnel peut répondre à n’importe quelle demande à toute heure. Ces régimes de travail flexibles adoptés par de nombreuses entreprises reposent souvent sur l’hypothèse que ceux qui travaillent plus d’heures sont plus productifs.

La culture d’entreprise, un remède contre le manque de productivité

Selon les résultats de l’étude, un des remèdes contre les distractions est la culture d’entreprise, qui peut améliorer la productivité des salariés et les aider à se sentir plus impliqués. Elle permet également de former les employés à l’utilisation des logiciels et autres outils adoptés en interne, en leur expliquant leur utilité et la raison de leur présence en entreprise. Selon le rapport, au sein des sociétés qui ont affirmé avoir une culture d’entreprise forte, 22% des salariés déclarent se sentir très productifs. Dans ces compagnies, la technologie aurait également permis de réduire de 8% le taux de désengagement des employés. À l’inverse, environ 20% des salariés se sentent désengagés au sein de sociétés qui gèrent mal la technologie.

Sir Cary Cooper, professeur de psychologie organisationnelle à la Manchester Business School a ainsi affirmé que « il s’agit d’une des conséquences inattendues lorsque l’on déploie la technologie. Nous ne voulons pas nous en passer car elle est très bonne pour les communications, mais nous n’avons pas développé de bonnes lignes directrices pour un usage productif ». Selon lui, la notion de « Technostress » fait dorénavant partie des sciences du management, désignant ainsi les conséquences néfastes de l’adoption de nouveaux systèmes informatiques ou de logiciels. Avant d’ajouter que « les technologies peuvent surcharger les gens et les rendre moins productifs car ils se retrouvent pris au piège, et ne les utilisent pas uniquement dans le cadre d’un service ou d’un produit ».

Le courrier électronique, un problème dommageable pour certaines entreprises

Sir Cary a également déclaré que le courrier électronique avait été désigné comme « le deuxième problème le plus dommageable » pour les grandes entreprises membres du Forum National Britannique pour la santé et le bien-être au travail, qu’il a contribué à coordonner. Reconnaissant cela, certaines compagnies ont limité leurs envois pour alléger le fardeau de leurs employés. Selon lui « la productivité provient d’échanges créatifs, pas de personnes qui envoient des emails assis devant des machines ». 

Entrepreneur : concentrez vous sur votre business avec ces bonnes habitudes et ces 5 outils gratuits

Lorsqu’on est à son compte, il est quelque fois difficile d’organiser sa journée. Entre la nécessité de tenir plusieurs casquettes (commercial, administratif, gestion de projet) et celle de faire vivre son entreprise sur un budget limité. …

Lorsqu’on est à son compte, il est quelque fois difficile d’organiser sa journée. Entre la nécessité de tenir plusieurs casquettes (commercial, administratif, gestion de projet) et celle de faire vivre son entreprise sur un budget limité. Lorsqu’on est entrepreneur, il faut souvent être sur tous les fronts ! Pour vous aider, voici 5 bonnes habitudes et 5 outils gratuits pour optimiser votre activité et vous concentrer sur ce qui compte vraiment : votre business…

1 : Planifiez vos journées à l’avance

Qu’on travaille seul ou en équipe, il est essentiel de bien planifier ses journées à l’avance. En sachant dès le début de journée vos missions quotidiennes, vous serez beaucoup plus efficace. Pour ma part, je me sers tout simplement de Google Agenda pour planifier ma liste des tâches. Je connais ainsi mon planning des prochaines journées et sais dès le matin mes « to do » de la journée en cours ! Ici Google Agenda ne me sert pas uniquement à placer mes rendez-vous mais l’ensemble de mes actions de la journée. Je me sers d’un code couleur pour savoir la nature de la tâche, simple et efficace.

L’outil pour vous aider : Google Agenda.

2 : Trackez le temps passé

Toujours dans un souci d’améliorer votre efficacité, équipez-vous d’un tracker. Cela vous permettra de mieux évaluer le temps passé à chacune de vos tâches pour ainsi être en mesure de mieux planifier mais également d’optimiser ce qui peut être optimisé.

L’outil pour vous aider : Wudatime

3 : Soignez votre environnement

Que vous soyez chez vous, dans un espace coworking ou encore dans des locaux dédiés à votre activité, il est essentiel de soigner votre environnement de travail. Si vous travaillez à domicile, il est important de se réserver un lieu. Même si vous n’avez pas de pièce spécifique, prenez soin de bien délimiter et organiser votre environnement. Dans les 3 cas, pensez à avoir un environnement zen (pas trop surchargé), décoré à vos goûts, calme et propice au travail. Pour ma part, je travaille à domicile et ai la chance d’avoir une pièce dédiée au travail, cela me permet non seulement de bien séparer vie professionnelle et personnelle mais également d’être dans un environnement propice au travail.

L’outil pour vous aider : votre bon goût, et pourquoi pas un espace coworking.

4 : Evitez les petites distractions

Je sais, c’est tentant de regarder Facebook toutes les 5 minutes 🙂 Mais à un moment si on veut être efficace dans son travail il est essentiel de savoir couper avec les petites distractions. Si besoin, vous pouvez bloquer certains sites grâce à des outils comme Leechblock.

L’outil pour vous aider : votre volonté ou Leechblock.

5 : Automatisez ce qui peut l’être et équipez-vous des bons outils

Lorsqu’on est à son compte, on est souvent multitâche, comptable le matin, puis commercial avant de passer à la gestion de projet l’après-midi. C’est quelques fois difficile de jongler entre les différentes tâches. Pour s’aider, on peut s’appuyer sur des outils en ligne. Pour automatiser les réponses aux contacts laissés sur le site ou envoyer des newsletters automatiquement, on peut s’aider d’outil de marketing automation comme Mailchimp (gratuit jusqu’à 2500 abonnés). Pour gérer toute l’aspect administratif notamment l’essentielle facturation, des outils existent également, par exemple Zervant entièrement gratuit vous permettant d’éditer autant de factures que vous le souhaitez.

Les outils pour vous aider : Mailchimp, Zervant

Focus sur Zervant : votre compagnon pour la facturation

Lorsqu’on commence et même après, on a souvent des besoins simples en matière de gestion. Les deux principaux besoins étant l’édition de devis et de factures et le suivi des paiements. Zervant répond parfaitement à ces besoins. Il est entièrement gratuit. Sa devise « Créer des factures en ligne gratuitement et en toute simplicité.

Vous pouvez :

  • Créer des fiches pour chacun de vos clients ;
  • Editer des devis ;
  • Editer des factures et les envoyer de façon automatique par mail à vos clients ;
  • Suivre les paiements et encours ;
  • Exporter les documents pour votre comptable.

Le tout entièrement gratuitement. La solution est simple et efficace. A noter qu’il n-y-a pas de mauvaise surprise, la solution reste gratuite aussi longtemps que ce dont vous en avez besoin. Leur modèle de financement étant basé sur les options premium. La solution gratuite convient à la majorité des cas.

Pour vous faire une idée, voici à quoi cela ressemble :

L’éditeur de facture :

Editeur de factures

Le suivi des factures :

Et la base de données clients :

Base de donnees clients

Pour utiliser gratuitement Zervant, il suffit de cliquer ici

Article écrit en collaboration avec Zervant

Quelle est la longueur idéale d’un objet d’email ?

D’après une étude de ContactLab, un Français reçoit 39 emails par jour, en moyenne. Quand vous envoyez votre newsletter ou vos emails de prospection, il y a donc de forte chance qu’ils se retrouvent noyés dans la masse ! Par conséquent, l’internaute va se concentrer sur l’objet, qui est un facteur très important pour augmenter le […]

D’après une étude de ContactLab, un Français reçoit 39 emails par jour, en moyenne. Quand vous envoyez votre newsletter ou vos emails de prospection, il y a donc de forte chance qu’ils se retrouvent noyés dans la masse !

Par conséquent, l’internaute va se concentrer sur l’objet, qui est un facteur très important pour augmenter le taux d’ouverture de vos emails.

Mais avez-vous pensé à optimiser la longueur de votre objet mail ? Cette dernière jouant un rôle crucial dans la lecture d’un message, comment connaître le nombre de mots adéquats ? Voici les réponses.

Besoin d’un Développeur
Webmaster
Rédacteur
 ?


Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com et recevez rapidement des propositions de devis.


Étape 1 : Collecter les données

Vous avez déjà envoyé de nombreuses campagnes emailing, n’est-ce pas ? Dans ce cas, vous disposez de précieuses données pour connaître le type d’objet qui impacte vos destinataires.

À cet effet, posez-vous la question suivante : en fonction du nombre de mots et de caractères, quelle est la longueur de l’objet d’email qui a suscité le plus d’intérêt ?

Votre outil emailing comporte certainement une fonction statistique. Utilisez-la pour connaître les emails qui ont eu les meilleurs taux d’ouverture et de clics.

Selon le nombre de campagnes envoyées, faites-vous un top 20 des meilleurs emails. Sachez que, plus vous aurez envoyé d’emailing, plus l’analyse sera précise.

Étape 2 : Analyser les données

Pour analyser les résultats obtenus, c’est très simple. Prenez un tableau Excel pour compiler les données et calculer le taux d’engagement par mots.

Votre tableau va comprendre 3 lignes :

  • Le nombre de mots
  • La moyenne du taux d’ouverture
  • La moyenne du taux de clics

Et environ 7 colonnes, dont le titre est le nombre de mots dans vos objets (partez de ” moins de 5 mots “, à ” plus de 10 mots “, en passant par ” 5 mots “, ” 6 mots “, etc.).

Maintenant, à vos calculettes !

Pour la première colonne, recensez vos campagnes dont l’objet contenait moins de 5 mots et faites une moyenne du taux d’ouverture de ces emails. Ensuite, faites une moyenne du taux de clics, et insérez ces données dans le tableau.

Réitérez pour chaque colonne.

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

Vous obtiendrez un tableau qui ressemble à ceci :

longueur de l'objet d'un email

D’après ces résultats, les données sont claires : la longueur idéale de l’objet est de 5 mots. Mais est-ce suffisant pour juger ?

Étape 3 : Modéliser les données

Ce raisonnement, bien que juste, ne tient pas compte du réel taux d’engagement. En effet, le plus important lors de l’envoi d’emailing, c’est le nombre de clics. Dans ce cas, ne faut-il pas préférer un taux d’ouverture plus restreint s’il mène à davantage de conversions ?

Reprenons le tableau et ajoutons le total de votre base de données (60 000 contacts, dans l’exemple), ce que le taux d’ouverture représente en nombre et le nombre de clics :

longueur de l'objet d'un email

Surprise ! Finalement, les objets à 6 mots semblent être plus efficaces pour attirer du trafic vers votre site internet.

Ces 2 tableaux sont riches en information et vous aideront à optimiser vos emailings. Faites l’expérience à votre bureau pour trouver le nombre de mots qui touche vos destinataires. Vous pourriez être surpris du résultat !

Quelle est la longueur idéale d’un objet d’email  ?

5 (100 %) 2 votes

Twitter abandonne son application sur Mac

L’application Twitter sur Mac vient de rendre son dernier souffle. Le réseau social a en effet pris la décision de retirer le client bureautique de l’App Store d’Apple et cessera complètement son support technique le 18 mars 2018. Un besoin de cohérence La décision est certes inattendue mais pas vraiment surprenante. Twitter déclare vouloir concentrer […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Twitter abandonne son application sur Mac
Suivez nous sur Twitter et Facebook

L’application Twitter sur Mac vient de rendre son dernier souffle. Le réseau social a en effet pris la décision de retirer le client bureautique de l’App Store d’Apple et cessera complètement son support technique le 18 mars 2018.

Un besoin de cohérence

La décision est certes inattendue mais pas vraiment surprenante. Twitter déclare vouloir concentrer ses efforts sur une expérience d’utilisation cohérente sur toutes les plateformes et privilégier les versions web de ses applications. Il est vrai que l’application pour Mac était laissée en friche depuis mars 2017, date de sa dernière mise à jour.

Le client bureautique faisait par ailleurs l’objet de critiques depuis des années. Les utilisateurs reprochaient notamment à Twitter de négliger son application, certaines fonctionnalités standards sur d’autres plateformes n’étant même pas opérationnelles avant plusieurs mois sur Mac. Avant son retrait de l’App Store, Twitter pour Mac affichait la note de 1,7 étoile sur 5.

Les clients tiers se frottent les mains

Si la majeure partie des utilisateurs de Twitter le font sur mobile ou navigateur, certains peuvent encore être intéressés par l’usage d’un client tiers. Avec l’annonce de la mort de Twitter pour Mac, certaines application comme Twitterific annoncent une baisse de tarif pour leur service.

Tweetbot a également fait chuté ses prix de 20 € à 10,99 € sur l’app store. Du point de vue de la mise en page, Tweetbot est la transition la plus facile de Twitter pour Mac, étant donné son utilisation similaire des onglets disposés verticalement.

Copywriting : 19 points pour une page de vente qui convertit plus

C’est rageant n’est-ce pas ? D’être si proche de proposer sa prochaine offre et de bloquer sur ça.
Vous avez tout mis sur pied, bien ficelé l’ensemble, soigné votre produit. Y’a plus qu’à lancer ! Sauf qu’il manque un léger …

C’est rageant n’est-ce pas ? D’être si proche de proposer sa prochaine offre et de bloquer sur ça.
Vous avez tout mis sur pied, bien ficelé l’ensemble, soigné votre produit. Y’a plus qu’à lancer ! Sauf qu’il manque un léger détail. La dernière touche, qui a son importance, mais qui vous paralyse :
Rédiger la page de vente…

Vous le savez depuis le début que vous ne pourrez pas faire sans et qu’il faudra s’y coller tôt ou tard. Mais vous traînez des pieds, car ça vous met les chocottes. Ça vous angoisse, même.

Vous savez quoi ? Je vous comprends !

Rédiger une page de vente, ça peut impressionner. Surtout quand vous entendez partout ce terme de copywriting. Copy vraill-quoi?! Copy.writing. À prononcer avec l’accent s’il vous plait.

Typiquement le genre de terme anglais impossible à traduire en français en un seul mot ! Pour faire simple, c’est la technique très subtile pour utiliser des mots dans un but commercial. Écrire avec comme objectif de vendre.

Et vendre, c’est c que vous souhaitez. Vendre beaucoup, tout le temps. Pour remplir la tirelire. Et vous le ferez beaucoup mieux avec une belle page de vente.

La bonne nouvelle ?

Pas besoin d’être un génie de la persuasion pour ça (bon, ça peut aider).
Pourquoi ? Parce qu’on va voir d’abord voir ensemble les 3 points fondamentaux à respecter en amont. Et ensuite la trame qui fait une bonne page de vente (comprenez : qui convertit mieux).

Vous êtes prêt ? Alors on y va !

Les 3 points fondamentaux à respecter

#1 Savoir à qui on s’adresse :

“Oh la lapalissade qu’il nous sort Alex !”
C’est vrai. Et j’espère que je ne vous apprends rien de nouveau ici.
Mais ne gloussez pas et restez plutôt avec moi. Car ce point est fondamental.
Hé oui, si vous ne savez pas à qui vous vous adressez, ou croyez connaitre votre audience, vous ferez un flop assuré.

Tout d’abord, car vous sortirez un produit qui peut ne pas du tout correspondre à votre audience et votre client idéal.

Qui est-il ? Quel est son profil ?
Mais surtout, quel est son problème majeur, celui pour lequel il vient visiter votre blog, lit vos emails et (je vous le souhaite) votre page de vente ?

Il faut savoir ce que ressentent vos lecteurs. Oui ressentir, carrément.
Car vous êtes ici dans l’émotionnel. Un achat est rarement rationnel. Plus vous jouerez sur l’émotion, plus vous augmenterez vos chances de vente.

Copywriting : Comment écrire une page de vente qui convertit plus ? Réponse en 19 points

Tenez, par exemple, lors de la dernière page de vente que j’ai rédigée pour une cliente, la première chose qu’on a faite est de passer 1h30 sur Skype à échanger sur son business, son offre et sa clientèle. Elle m’a ensuite envoyé des documents où étaient notés son profil type, ses attentes ainsi que ses douleurs. Seulement après étude de ces notes j’ai commencé à rédiger.

Ne survolez pas cette étape, c’est clairement la plus importante.

#2 Connaitre votre produit

“Là encore, merci du conseil Alex” Sauf que là encore, je vais vous dire “pas si vite”.

Il y a deux expressions célèbres lorsqu’il s’agit de copywriting :

Si vous vendez des mèches pour perceuse, parlez-leur du trou qu’ils pourront enfin faire dans leur carrelage très dur.

Si vous vendez des produits d’entretien pour jardin, ne leur parlez pas de votre désherbant, mais de leur herbe qui deviendra verte. Faites-les imaginer leur pelouse magnifique pour accueillir les amis avec fierté lors du prochain barbecue.

Copywriting : Comment écrire une page de vente qui convertit plus ? Réponse en 19 points

Ça, c’est une impression-écran que j’ai faite sur Amazon pour une bouilloire.
On peut notamment y lire que “les pièces sans BPA qui se distinguent de la série 201”.
OK. J’ai envie de dire CSB (Cool Story Bro).
Et sinon, elle bout bien l’eau, j’imagine ?
Croyez-moi, ce n’est pas ça que vous voulez présenter à vos prospects.

Vous connaissez d’abord votre client, ses besoins.
Vous connaissez aussi les caractéristiques de votre produit.
Tournez ces caractéristiques en bénéfices.
Expliquez au lecteur ce qu’il va retirer de votre produit, comment cela résoudra son problème.

Vous ne vous êtes jamais fait la réflexion en regardant les pubs à la télé ? Leur structure est très souvent la même :
Mise en scène du personnage qui rencontre un problème. Découverte du produit. Explication de ce produit. Mise en scène des bénéfices que le personnage va en tirer. Personnage heureux !

Copywriting : Comment écrire une page de vente qui convertit plus ? Réponse en 19 points

C’est fou comment un simple yaourt peut vous rendre heureux ! Allez, une cuillère pour papa.

#3 Rendez votre page de vente accessible

Vous pouvez en rédiger une à faire tomber Gary Halbert (bon courage ceci dit), si personne ne la trouve, ou que votre audience n’a pas été “chauffée” au préalable, vos résultats seront décevants (si vous ne savez pas où trouver votre audience, vous pouvez toujours regarder ce que font les autres).

La page de vente, c’est la dernière étape de votre tunnel de vente. Avant ça, il y a eu acquisition du prospect (souvent à travers un bonus offert). Puis une séquence d’emails où, idéalement, vous tissez un lien avec votre lecteur (c’est même carrément conseillé), en lui parlant de ses problèmes et en lui donnant des clés pour l’aider.

Si pendant vos tours de chauffe vous n’êtes pas terrible – comprenez : vous n’offrez pas du bon contenu – vous ne conditionnez pas le lecteur à votre produit.
Il arrivera (dans l’hypothèse qu’il ouvre votre email et clique sur le lien) sur cette page de vente en se disant peut-être ce qu’il fait là.
Puis il la fermera et retournera rigoler bêtement en regardant des vidéos sur Facebook. Dommage.

Alors que si le travail est bien fait, que vous donnez envie à votre lecteur, que vous le connaissez mieux que votre maman vous connait, la page de vente ne sera qu’une formalité. Une simple étape de confirmation que oui, c’est de ce produit dont il a besoin. Il cliquera sur le bouton de commande et tout le monde sera heureux.

Notez bien ceci : si vous vendez sur le web, vous aurez, à un moment ou à un autre, inévitablement besoin de vendre par écrit.
Que ce soit dans vos articles de blog, dans vos landing pages, dans vos séquences d’emails ou, finalement, dans votre page de vente, vous devrez maîtriser un minimum de technique de persuasion afin de pouvoir augmenter vos conversions et vos ventes.

La base est posée, c’est bon ?
Allez, on enchaine et on passe aux 16 points à inclure pour s’assurer d’une belle page de vente qui marche fort :

Les 16 points d’une PDV

1. Le titre

Écrivez clairement le résultat de votre offre en titre.
Ne faites pas l’erreur de reprendre simplement le titre de votre produit. Donnez plutôt un titre d’article qui correspond aux problèmes de vos lecteurs.
Pourquoi ils achèteraient votre produit ? Quelle est leur motivation ?
Un exemple pourrait être : “comment augmenter tes ventes en ciblant mieux ton marché et devenir un blogueur prospère”.

2. Le problème

Commencez par mettre le doigt sur la douleur de votre lecteur, ce qui fait qu’il est arrivé jusqu’à votre page de vente. Cela peut prendre la forme d’une question, à laquelle il répondra « oui », et aura donc envie de continuer à lire.

3. Le lien émotionnel

On l’a vu plus haut, l’émotion est capitale pour augmenter vos chances de vendre.
Il vous faudra alors construire un lien émotionnel avec le lecteur, comme dans vos articles de blog. Sans tomber dans la guimauve ou l’exagération, n’hésitez pas à jouer sur la corde sensible.

Ne soyez pas froid et dur comme un robot.
Mais humain. À votre image. S’ils vous suivent, ce qu’ils vous apprécient, restez donc cohérent avec votre message.
En fait… Soyez vous-même !

4. L’attention

Un lecteur lira votre contenu seulement s’il pense que ça l’aidera à résoudre ses problèmes. Pour garder son attention, faites preuve d’empathie, trouvez le point commun qui unit vos lecteurs, de façon à ce qu’ils s’identifient à ce qu’ils lisent.

5. La solution

Une fois ce lien créé, cette attention captée, donnez la solution que vous proposez. Et invitez-le à continuer à lire.

6. Qui êtes-vous ?

Présentez-vous et expliquez pourquoi vous êtes qualifié pour les aider à résoudre ce problème. Racontez votre propre histoire, identique à la situation du lecteur.

De façon schématique, cela peut ressembler à ça :
“ Il y a deux ans, j’étais mal dans ma peau avec mes 15 kilos en trop [problème]. Après avoir essayé beaucoup de méthodes, j’ai découvert [solution] et j’ai commencé à l’utiliser. Depuis, j’ai retrouvé la ligne [résultat].

7. Les bénéfices que le produit apporte

Expliquez les bénéfices que votre client obtiendra grâce à votre produit. Attention, on ne détaille pas ici le produit. On parle des bénéfices, pas des caractéristiques.

8. Présentation de l’offre

Ici, il faut être le plus exhaustif possible et donner un maximum de détails sur ce que contient votre offre (mais toujours tournés bénéfices !). En fait, c’est simple, mettez-vous à la place de vos prospects : vous aimeriez bien savoir exactement dans quoi vous mettrez votre argent ? Eux aussi !
20 à 25% de votre page de vente peut être dédiée à cette partie.

9. Les bonus

Vous savez à quoi sert principalement les bonus ? À faire sauter les objections à l’achat. Quels que soient le produit et le prix, il aura toujours des objections à l’achat. Votre but est de les faire sauter une par une. Et cela passe par des bonus.
Vous ne connaissez pas ces objections ? Sondez votre audience, pendant la création de votre produit.
Vous n’avez pas de bonus ? Passez quelques éléments du produit en bonus et le tour est joué.

10. Effet de rareté

Un grand classique (mais les classiques sont devenus classiques, car ils fonctionnent encore et toujours) : introduire une perception de rareté.
S’il se dit qu’il a le temps, le lecteur ne passera pas à l’action. S’il voit qu’il lui reste 12 heures pour agir, il va peut-être se secouer.

11. La garantie

Il n’était pas rare avant, du temps où la vente par correspondance était reine (et où internet n’existait pas), de voir des sociétés offrir des produits aux ménagères, et leur demander de payer uniquement si elles étaient satisfaites du produit. Soit en renvoyant un bon de commande, soit quand le commercial repassait quelques jours après.
Forcément, une fois le produit en main et utilisé, il est dur de demander le remboursement – sauf si c’est vraiment pourrave.
Offrir une garantie rassurera votre prospect, aucun doute là-dessus.
Si vous offrez un produit solide, de qualité, qui colle à votre audience, aucune raison d’avoir peur d’en offrir une.

12. Le passage à l’acte

Il est temps maintenant de faire passer votre lecteur à l’acte – d’appuyer sur le bouton de commande.
De la même façon que vous l’avez guidé depuis le début, encouragez-le à passer à l’acte. Est-ce qu’il veut obtenir ces résultats et se débarrasser de ses problèmes ? Hé bien il le peut, grâce à votre offre, dites-lui !

13. Les questions

Il s’agit ici de lever les derniers doutes.
Si vous connaissez par avance les questions qui vous seront posées par email par des prospects intéressés, supprimez ce blocage et couchez les questions/réponses les plus communes.
Encore une fois, guidez le lecteur par la main. Expliquez-lui tout. Comment se passe la vente, ce qu’il reçoit après, dans combien de temps, que vous êtes disponible s’il a une question, quelle garantie vous offrez, etc.

14. La preuve sociale

Autre grand classique, la preuve sociale. Devenue classique également, pourquoi à votre avis ? Parce que ça marche.
Tous les sites de e-commerce proposent les témoignages des acheteurs précédents. Si vous avez des témoignages qui collent à votre produit, et que Hilario est carrément content de votre offre, pourquoi s’en priver ? Quelques lignes (et pourquoi pas une photo) qui peuvent faire une grande différence !

15. Rappel

Vous pouvez enfin terminer avec un rappel, un dernier avertissement, et placer un 2e bouton d’achat.

16. Relecture

Votre page de vente est terminée !
En êtes-vous sûr ? Idéalement, rédigez-la d’un seul trait. Une fois terminée, laissez-la de côté 2-3 jours.
Puis revenez-y. Lisez-la à voix haute. Ça vous permettra de repérer des lourdeurs de texte, des fautes de syntaxe, des répétitions.

Copywriting : Comment écrire une page de vente qui convertit plus ? Réponse en 19 points

C’est bon, tout est corrigé, soigné, léché ?
Elle est maintenant prête, prête à vous aider à exploser les compteurs !

Pour info cependant, la trame que je viens de vous présenter n’est pas fixe. Ce n’est pas rigide, loin de là ! Vous pouvez déplacer certains blocs (les derniers, les premiers doivent rester dans cet ordre), en supprimer d’autres, selon le contenu que vous avez à disposition. Mais assurez-vous de toujours faire preuve de cohérence.

Aussi, et comme le dit ce bon vieux proverbe, “c’est en forgeant qu’on devient forgeron”, c’est en écrivant que vous apprendrez à mieux écrire. Plus vous vous exercerez, meilleur vous deviendrez. Il n’y a pas de secret.
Pour maîtriser cet art qu’est une bonne page de vente – comprenez, qui convertit bien, il vous faudra écrire et écrire.

Couplé à une bonne connaissance de votre audience, cela ne pourra qu’augmenter vos ventes.

Alors, n’ayez pas peur et action !

Si vous souhaitez progresser, voilà un bon exercice (cité également par un spécialiste en la matière) :

Trouvez des pages de vente écrites par des maîtres de la discipline. Résumez-en une. Laissez passer 10 jours, de façon à oublier l’original. À partir de votre résumé, rédigez une nouvelle page de vente. Comparez les deux !

Enfin, j’ai mis à votre disposition une checklist de 20 points qui vous sera très utile lors de votre prochaine rédaction. En un coup d’oeil, elle vous permettra de vérifier si vous n’avez oublié aucun point indiqué dans cet article.

Quelles sont les principales difficultés que vous éprouvez sur vos pages de vente ?
Y a-t-il un élément que vous incluez auquel je n’ai pas pensé ? Quelle est votre méthode ? N’hésitez pas à les partager en commentaires !

Crédits photo : unsplash.com

65+ Best Free Chrome Extensions for SEOs (As Voted-for by the SEO Community)

I asked the /r/bigSEO community to name their favourite free Chrome extensions. I received more than 60 suggestions. And some people even took the time to suggest a bunch of extensions (thank you!) In this post, I’ve consolidated the suggestions

Read more ›

The post 65+ Best Free Chrome Extensions for SEOs (As Voted-for by the SEO Community) appeared first on SEO Blog by Ahrefs.

Looking for a list of free SEO-related Chrome extensions that will help you to work faster and smarter? Then look no further.

I asked the /r/bigSEO community to name their favourite free Chrome extensions.

reddit favourite free chrome extensions

I received more than 60 suggestions. And some people even took the time to suggest a bunch of extensions (thank you!)

reddit free chrome extensions list

In this post, I’ve consolidated the suggestions and split them into three categories (as I did with our list of the best free SEO tools):

  • 23 well-known free Chrome extensions;
  • 30 lesser-known free Chrome extensions;
  • 14 “freemium” Chrome extensions.

I also added a few of my own favourite extensions to the list, as Google Chrome is my browser of choice, too.

Let’s get started!

Sidenote.

We aim to keep this list fresh and up-to-date, at all times. So if you feel we’ve missed any useful free Chrome extensions for SEOs, you can suggest them for inclusion here 🙂

23 Well-Known Free Chrome Extensions for SEOs

Most of these Chrome extensions are very well-known in the SEO community.

ahrefs seo toolbar chrome extension

In fact, I have approximately 75–80% of these installed myself.

And I would say I use 40–50% of them on a regular basis.

Now, these extensions aren’t all 100% SEO-focussed. But they are all useful for SEO in one way or another.

Here they are (in no particular order):

LinkMiner — Broken link checker that integrates with Ahrefs, Moz, and Majestic (to show metrics for the links that point to 404 pages). All broken links are red, whereas live links are green. And you can export the data to CSV in one click, too.

Other similar extensions: Check My Links, Broken Link Checker

linkminer chrome extension

SEOquake — Web browser extension with a ton of uses. Analyse and extract Google search results, examine internal/external links, uncover on-page issues, check metrics, and much more.

Other similar extensions: SerpWorx (Freemium)

Keywords Everywhere — Adds search volume and CPC data to the websites you already use including Google, Amazon, YouTube, and more. It even shows search volume data within Google Search Console.

keywords everywhere chrome extension

Link Redirect Trace — Uncovers all URLs in a redirect chain including 301’s, 302’s, etc. Very useful for finding (and regaining) lost “link juice,” amongst other things.

Other similar extensions: Redirect Path

NoFollow — Highlights all “nofollow” links on the page with a red-dotted outline. Also detects “noindex” and “nofollow” meta tags.

Ahrefs Toolbar — Check Ahrefs Rank, Domain Rating (DR), URL Rating (UR), # of backlinks, and # of referring domains for any web page on the fly.

Recommended reading: Ahrefs’ SEO metrics explained: What they mean and why they’re so good

MozBar — Check Moz metrics (e.g. Domain Authority, Page Authority, etc) for any web page. Also, perform custom searches, check for on-page issues, extract Google SERPs, and more.

Scraper — Scrape data from any web page using XPath or jQuery. Integrates with Google Sheets for one-click export to a spreadsheet. Or you can copy to clipboard and paste into Excel.

Other similar extensions: Data Scraper — Easy Web Scraping, XPather

scraper chrome extension

Recommended reading: 6 Actionable Web Scraping Hacks for White Hat Marketers

LinkClump — Open multiple links at the same time (in new tabs or new windows). Or copy the links to your clipboard. Saves a lot of time, especially when link prospecting.

Tag Assistant (by Google) — Check for the correct installation of Google tags (e.g. Google Analytics, Tag Manager, etc) on any website. Also, record typical user flows on your website to diagnose and fix implementation errors.

Web Developer — Adds a web developer toolbar to Chrome. Use it to check how your website looks on different screen sizes, find images with missing alt text, and more.

AdBlock — Blocks ads on YouTube, Facebook, Google, and pretty much everywhere else. Very useful for viewing organic results (without AdWords ads).

Other similar extensions: uBlock Origin

WhatRuns — Instantly discover what runs any website. It uncovers the CMS, plugins, themes, ad networks, fonts, frameworks, analytics tools, everything.

Other similar extensions: Wappalyzer

whatruns chrome extension

Page Load Time — Measures and displays page load time in the toolbar. Also breaks down this metric by event to give you deeper insights. Simple, but very useful.

Other similar extensions: Performance-Analyser

30 Lesser-Known Free Chrome Extensions for SEOs

Most of these extensions have a much lower volume of users (according to the Chrome Web Store).

But, that doesn’t mean they’re any less useful than the ones mentioned above.

It just means that far fewer people know about them.

For example, one lesser-known extension is FindLinks.

This simple tool highlights all hyperlinks on the page to make them super-easy to see.

findlinks chrome extension

Very useful for uncovering rogue/unwanted links on your website(s).

Here are more of the best lesser-known Chrome extensions:

FATRANK — Tells you where the webpage you’re visiting ranks in Google for any keyword/phrase.

Sidenote.

It only checks the top 100 results. It will return “not in 100” for websites that don’t rank in the top 100.

SEOStack Keyword Tool — Finds thousands of low-competition, long-tail keywords in seconds. It does this by scraping Google, Youtube, Bing, Yahoo, Amazon, and eBay. All data can be exported to CSV.

Open SEO Stats — Displays a bunch of SEO stats for the current page including geolocation, whois, Alexa, number of indexed pages, and more.

Window Resizer — Resize your browser window to see how a website looks on screens of different sizes. It has one-click emulation for popular sizes/resolutions (e.g. iPhone, iPad, laptop, desktop, etc).

window resizer chrome extension

Ghostery — Tells you how websites are tracking you (e.g. Facebook Custom Audiences, Google Analytics, etc) and blocks them. Very useful for regaining privacy. Plus, websites generally load faster when they don’t need to load tracking technologies.

AMP Validator — Checks whether or not a web page is an AMP (Accelerated Mobile Pages) page. The tool then runs it through an AMP validator to see if it passes or fails.

Ayima Page Insights — Uncovers technical and on-page issues for any web page. It also connects to Google Search Console for additional insights on your web properties.

ayima page insights chrome extension

ObservePoint TagDebugger — Audit and debug issues with website tags (e.g. Google Analytics, Tag Manager, etc) on your websites. Also checks variables and on-click events.

Other similar extensions: Event Tracking Tracker

OpenLink Structured Data Sniffer — Unveils the structured metadata present on any web page. It currently supports Microdata, RDF/XML, RDFa, JSON-LD, Turtle, and POSH.

Other similar extensions: Structured Data Testing Tool

The Tech SEO — Quick Click Website Audit — Provides pre-formatted links (for the current URL) to a bunch of popular SEO tools. A very underrated tool that reduces the need for mundane copy/pasting.

User-Agent Switcher for Chrome — Mimic user-agents to check that your website displays correctly in different browsers and/or OS’.

Portent’s SEO Page Review — Reviews the current page and kicks back a bunch of data including meta tags, canonicals, outbound links, H1-H6 tags, OpenGraph tags, and more.

Portents SEO Page Review

Other similar extensions: META SEO inspector, SEO META in 1 CLICK

Fireshot — Capture, edit, annotate, and save full or partial web page screenshots to PDF, JPEG, or PNG. Works offline and also integrates with OneNote and Gmail.

Other similar extensions: Lightshot, Gyazo

Tamper Chrome — Modify requests (e.g. headers, CSS, Javascript, etc) sent between your browser and a website as they happen. Responses can also be modified, to an extent.

FindLinks — Highlights all clickable links/elements on a web page in bright yellow. Very useful for finding links on websites with weird CSS styling.

gInfinity — Creates infinite scrolling Google search results. Just scroll to the bottom of the page and the next page of results is automatically added. Note: Very useful for scraping Google search results in bulk when combined with Chris Ainsworth SERPs extraction bookmarklet.

SERPTrends SEO Extension — Tracks your Google, Bing, and Yahoo searches. Then, if you perform the same search again, it shows ranking movements directly in the SERPs.

serptrends-chrome-extension

N.A.P. HUNTER! — Finds the rogue N.A.P. data by searching Google for various combinations of your business name, address, and phone number. All citations can then be exported to a CSV file with a single click.

SimilarTech Prospecting — Discovers a ton of useful information about the website you’re visiting. This includes estimated monthly traffic, company information, social profiles, web technologies, etc.

SEO Search Simulator by Nightwatch — Emulates Google searches from any location. Very useful for seeing how rankings vary for a particular query in different parts of the world.

seo search simulator chrome extension

Stylish — Custom themes for any website — Customize the color scheme for any website without coding. Thousands of pre-made themes and skins to choose from. Great tool for experimenting with design/CSS and improving UI.

Streak CRM for Gmail — Add CRM functionality within Gmail. Create mail merges, track emails, log interactions with leads/customers/prospects, and more. Perfect for organising outreach campaigns.

Tampermonkey — Runs userscripts to modify/customize website functionality and behaviour. Here’s a massive resource of places to find these scripts.

14 Freemium Chrome Extensions for SEOs

To get the most out of some Chrome extensions, you must be a paying customer of a particular service.

For example, Yesware has a Chrome extension that works with Gmail in your browser.

yesware chrome extension

But, you need to be a paying Yesware customer before you can use it (note: they do have a free trial available).

Other Chrome extensions give limited access, such as a limited amount of “credits” to use per month.

Here are some of the best freemium Chrome extensions for SEOs:

Grammarly — Underlines spelling and grammatical errors as you type. Not necessarily an SEO tool but very useful for avoiding embarrassing and costly errors when writing outreach emails. Or communicating with SEO clients. Or leaving blog comments.

grammarly chrome extension

LastPass — Password manager that saves passwords and autofills login credentials. Very useful for SEO agencies that use tons of accounts (e.g. Gmail, WordPress, etc) for many clients. There’s also an option to share passwords securely with other members of your team.

Other similar extensions: 1Password, Dashlane

Majestic Backlink Analyzer — Check Majestic metrics like Trust Flow (TF), Citation Flow (CF), # of external backlinks, # of referring domains, etc. Very limited access for those without paid Majestic accounts.

Buzzsumo — View social share counts (i.e. Twitter, Facebook, LinkedIn, Pinterest) for any web page. Buzzsumo Pro subscribers can also view backlinks, sharers, save the URL to a Buzzsumo project, and more.

Hunter (formerly Email Hunter) — Finds the people/person behind a website along with their contact details. Also shows associated social media profiles and job titles for some results. You will get 100 free credits per month.

Other similar extensions: FindThat.Email

hunter chrome extension

Recommended reading: 9 Actionable Ways To Find Anyone’s Email Address (8 of them are FREE)

Yesware Email Tracking — Real-time email tracking that integrates with Gmail. It tracks open rates, link clicks, and reply rates. Other features include email scheduling, email template creation, mail merge, and more.

SimilarWeb — Check estimated website traffic, traffic sources, keyword rankings, and other key stats for any website. Very powerful tool.

Recommended reading: Find Out How Much Traffic a Website Gets: 3 Ways Compared

BuzzStream Buzzmarker — Add websites/people to your BuzzStream account as you discover them (i.e. without leaving their website). You can also make notes, find contact information, and more. Highly recommended for BuzzStream users.

buzzstream buzzmarker chrome extension

Ninja Outreach Lite (14-Day Free Trial) — Integrates with your Ninja Outreach for super-quick prospecting. Also shows a ton of stats for the website you’re visiting including Alexa Rank, estimated monthly visits, contact information, RSS feed, etc.

SEO & Website Analysis — Runs a comprehensive SEO analysis of your website. It identifies issues with on-page factors, mobile friendliness, usability, alt tags, and more.

Sidenote.

Some features rely on a paid WooRank account but most of the data is free.

Find anyone’s email — Contact Out — Finds email addresses, Twitter handles, and phone numbers associated with any LinkedIn profile. Seems to work rather well, but search credits are very limited.

Final Thoughts

Chrome extensions can have a huge impact on productivity.

But, installing too many may slow down your browser. So, choose them wisely.

If you use a lot of extensions, you can always create multiple user profiles for different tasks. Then, you can install different extensions on each profile and switch between them as needed.

And finally, if you would like to suggest a Chrome extension to be added to this list in the future, you can do so here.

5 plateformes de jeu pour apprendre à coder

La programmation est une activité pour le moins complexe et, quel que soit son âge, l’entrée en matière peut être à la fois impressionnante et déstabilisante. Se lancer dans l’apprentissage par le jeu est un excellent moyen d’assimiler des bases de manière simple et efficace, apprendre à connaître les bases d’un langage jusqu’ici inconnu. Le […]

Article publié sur Blog du Modérateur : 5 plateformes de jeu pour apprendre à coder
Suivez nous sur Twitter et Facebook

La programmation est une activité pour le moins complexe et, quel que soit son âge, l’entrée en matière peut être à la fois impressionnante et déstabilisante. Se lancer dans l’apprentissage par le jeu est un excellent moyen d’assimiler des bases de manière simple et efficace, apprendre à connaître les bases d’un langage jusqu’ici inconnu.

Le jeu est un excellent moyen d’introduire des connaissances et de les approfondir grâce à l’expérience et la mise en contexte. Sans avoir la prétention de remplacer des heures ou des années de formation, les jeux de cette liste peuvent constituer une première étape pour forger ses premières armes.

CheckIO et son interface innovante

Sur CheckIO, vous avez le choix entre l’apprentissage de JavaScript et Python, le tout dans une interface innovante et agréable. La plateforme assigne le développeur à des missions qui donneront une série de point. Une fois accumulés, ces points donnent accès au niveau supérieur et d’autres missions. CheckIO propose notamment de l’aide et une documentation dense pour accompagner l’apprentissage.

Pixel pour les plus jeunes

La programmation et la robotique sont des technologies de plus en plus présentes dans notre quotidien et il est intéressant d’initier les enfants à ces concepts. Pixel est un projet avec lequel les enfants peuvent entrer en contact avec ces technologies de manière ludique sur téléphone et tablette. Les enfants peuvent ainsi programmer la personnalité et les fonctionnalités d’un robot, tout en se formant sur Scratch. Pixel est disponible gratuitement sur iOS et Android.

Screeps, le MMO pour programmeurs

Screeps est un jeu MMO de stratégie en open source dédié aux programmeurs. La mécanique principale consiste en la programmation de l’IA des unités disponibles. Les joueurs contrôlent leur colonie dans cet univers persistant à l’aide du langage JavaScript. Ici, pas de pause : tout fonctionne 24/24h et 7/7j où l’on partage son territoire avec les autres joueurs.

CodeCombat, la programmation pour tous

CodeCombat est une plateforme de programmation qui s’adresse à un public large d’étudiants, de l’école primaire à l’université. Introduction à l’informatique, développement web, développement de jeu vidéo… Les élèves de CodeCombat apprennent à écrire et structurer leur programme tout en jouant, leur permettant ainsi d’avoir un retour direct de leur travail. Les enseignants peuvent s’inscrire directement sur le site et être guidés pour mener à bien les programmes d’éducation proposés.

Codingame.com, le défi communautaire

La plateforme propose d’apprendre plus de 25 langages de programmation en faisant appel à des jeux, des tutoriels et des concours entre développeurs pour mesurer et tester ses acquis. Codingame est communautaire et propose très régulièrement des événements et concours.

Le Blog du Modérateur vous propose :

5 applications mobiles pour créer des contenus visuels irrésistibles

Sur le web, et particulièrement sur les réseaux sociaux, les images sont reines, d’où la nécessité de créer des contenus visuels de qualité. Toutefois, si le temps vous manque où si vous frotter à un logiciel de retouche photo vous effraie, sachez qu’il existe des solutions simples qui peuvent littéralement tenir dans votre poche. À […]

Sur le web, et particulièrement sur les réseaux sociaux, les images sont reines, d’où la nécessité de créer des contenus visuels de qualité.

Toutefois, si le temps vous manque où si vous frotter à un logiciel de retouche photo vous effraie, sachez qu’il existe des solutions simples qui peuvent littéralement tenir dans votre poche.

À vos smartphones : voici 5 applications mobiles qui vous permettront de créer des contenus visuels irrésistibles.

Besoin d’un Développeur
Webmaster
Rédacteur
 ?


Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com et recevez rapidement des propositions de devis.


Adobe Spark Post : créez des contenus pros en toute simplicité

Proposée par les créateurs du célèbre Photoshop, Adobe Spark Post vous permet de créer en un rien de temps des contenus visuels de qualité professionnelle.

Vous avez le choix : prenez comme base l’un des nombreux templates présents dans l’app ou commencez de zéro (bouton “+”).

adobe spark post

Vous pouvez personnaliser de nombreux paramètres : texte, police d’écriture, couleurs, formes… afin de créer un design qui vous ressemble.

adobe spark post

Adobe Spark est disponible gratuitement sur iOS et sera, à l’heure où nous écrivons ces lignes, bientôt disponible sur Android (vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire à la bêta).

Canva : designez facilement pour tous les formats

Canva est un outil de création graphique bien connu sur ordinateur, mais il est également disponible sur mobile.

Très simple et pratique, l’application vous permet de choisir rapidement le format que vous désirez (publication Instagram, post Facebook, flyer, bannière…)

canva

Sélectionnez ensuite un modèle et customisez-le à votre guise en modifiant ou en ajoutant des éléments :

canva

Canva est disponible gratuitement sur Android et iOS.

Quik : montez des vidéos en un clin d’œil

Quik est un logiciel de montage vidéo gratuit sur mobile, créé par le célèbre fabriquant de caméras GoPro.

Montage vidéo gratuit smartphone

Avec Quik, vous pouvez très facilement faire des montages de photos et vidéos de qualité et les personnaliser à votre guise (avec du texte, par exemple).

Cerise sur le gâteau : l’application est disponible sur iOS et Android et est totalement gratuite.

Pixomatic : enlevez instantanément le fond d’une image

Pixomatic est sans doute l’application mobile la plus simple et pratique pour enlever le fond d’une image et le remplacer par un autre.

pixomatic

Après avoir ouvert la photo de votre choix dans l’app, sélectionnez la fonction “Couper” pour dessinez les contours de la personne ou de l’objet à détourer :

pixomatic

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

Vous pouvez ensuite, si nécessaire, affiner manuellement la sélection pour un détourage plus précis (avec la fonction “Effacer”) :

pixomatic

Maintenant, libre à vous de mettre une image en arrière-plan ou de le remplir avec la couleur de votre choix :

pixomatic

Il existe plusieurs versions de Pixomatic, en fonction de vos besoins :

Stampyt : soignez le branding de vos images

choisissez un format d’image de réseau social (vous avez le choix entre Twitter, Facebook et Instagram), puis importez votre logo depuis la bibliothèque de votre téléphone ou avec une recherche web :

stampyt

Vous pouvez maintenant personnaliser la taille et le placement de votre logo sur vos futures images :

stampyt

À présent, vous pouvez prendre des photos et vidéos en y ajoutant automatiquement votre logo :

stampyt

Vous pouvez télécharger Stampyt gratuitement sur iOS comme sur Android. À noter qu’il existe une version premium (Stampyt Infinite) doté de fonctionnalités supplémentaires, à 9, 99 € / mois.

5 applications mobiles pour créer des contenus visuels irrésistibles

5 (100 %) 1 vote

Sites « One Page » et SEO – Vidéo SEO


Un site « One Page » permet, sur une seule URL, d’accéder via un système d’ancres, à plusieurs sections de la page en scrollant vers le bas. Ce type de site, très à la mode aujourd’hui, présente-t-il des inconvénients en SEO ? Est-il possible d’avoir une stratégie de référencement naturel à moyen et long terme avec un …

Sites « One Page » et SEO – Vidéo SEO

5 (100%) 1 vote

Sites One Page et SEO - Vidéo SEO

Un site « One Page » permet, sur une seule URL, d’accéder via un système d’ancres, à plusieurs sections de la page en scrollant vers le bas. Ce type de site, très à la mode aujourd’hui, présente-t-il des inconvénients en SEO ? Est-il possible d’avoir une stratégie de référencement naturel à moyen et long terme avec un site OnePage ? Réponse en images…

Les sites “One Page” sont à la mode. Le fait de créer un site web sur une seule page, avec des liens internes à celle-ci pour accéder aux différentes zones (sections) a la cote auprès d’un certain nombre d’entreprises et d’organismes qui demandent souvent ce type de site pour leur présence en ligne….

Pourtant, cette façon de créer une source d’information sur le Web pose de nombreux problèmes en SEO. Aussi, si votre site n’a qu’une vocation événementielle ou des ambitions de visibilité réduites (plaquette visant avant tou à initier une présence en ligne simple), le “one page” peut s’envisager. Autrement, vous vous vous dirigez certainement vers un certain nombre de galères. Et voici pourquoi…


Sites One Page et SEO. Vidéo proposée par Olivier Andrieu (Abondance). Source : Abondance

Voici quelques vidéos déjà publiées sur un sujet connexe :
SEO International : le choix de l’adresse du site (8’13”, 7 juin 2016).
Nom de domaine : avec ou sans tiret ? (4’3″, 13 septembre 2016).
Donnez du sens à vos liens (et évitez Penguin !) (7’56”, 12 juillet 2016).
Ancienneté du nom de domaine et SEO (3’26”, 16 janvier 2018).
L’adresse de votre site web : Avec ou sans WWW ? (5’46”, 30 janvier 2018).
Nom de Domaine : Mot-Clé ou Marque ? (9’21”, 13 février 2018).

Voici également quelques articles complémentaires (listés par ordre chronologique) pour approfondir le sujet :
De l’importance du nom de domaine dans une stratégie de référencement (23 mai 2007).
Le poids des “anchor texts” dans l’algorithme de Google (17 janvier 2012).
Infographie : Anatomie d’une Page Web Optimisée (9 décembre 2016).
 

N’hésitez pas également à visiter la zone “Vidéos SEO” du site et à vous abonner à la chaîne YouTube du site Abondance (ou à son fil RSS) pour découvrir, semaine après semaine, les prochaines vidéos que nous vous proposerons.

Bing met ses résultats de recherche en perspective


Alors que Google semble s’enfermer dans une stratégie de moteur de réponse unique, Bing prend une voie totalement opposée en proposant désormais plusieurs alternatives de réponses sur certaines requêtes. Une voie intéressante pour l’avenir…
Lorsqu’on fait une recherche sur le Web, il peut ne pas y avoir qu’une seule réponse à cette interrogation. Bien au contraire, …

Bing met ses résultats de recherche en perspective

5 (100%) 2 votes

Bing met ses résultats de recherche en perspective

Alors que Google semble s’enfermer dans une stratégie de moteur de réponse unique, Bing prend une voie totalement opposée en proposant désormais plusieurs alternatives de réponses sur certaines requêtes. Une voie intéressante pour l’avenir…

Lorsqu’on fait une recherche sur le Web, il peut ne pas y avoir qu’une seule réponse à cette interrogation. Bien au contraire, même, plusieurs possibilités, plusieurs points de vue peuvent s’opposer ou être complémentaires. C’est dans cette vision que Bing a annoncé ce mois-ci une nouvelle fonctionnalité, proposant deux visions de la réponse à une requête donnée. Une nouvelle possibilité qui, comme d’habitude, ne fonctionne hélas que sur le moteur américain de Bing (mai sil y a longtemps qu’on a abandonné l’idée de voir les innovations arriver en Europe chez ce moteur de recherche).

Ainsi, sur la requête [is hot yoga good for you], le moteur va afficher deux possibilités de réponse, chacune allant dans un sens :

bing-hot-yoga
Double réponse à une question sur Bing. Source : Abondance

Il en sera de même, par exemple, pour des requêtes comme [why video games are good] :

bing-video-games
Double réponse à une question sur Bing. Source : Abondance

Etc., etc. Ainsi, sur de nombreuses questions qui peuvent fournir des réponses diverses, Bing propose de s’ouvrir à plusieurs alternatives. Tout le contraire de Google qui, de son côté, s’enferme dans un moteur de réponse (au singulier). Et il nous semble clair que la voie de Bing est bien la meilleure, tant il est vrai qu’une réponse n’est jamais gravée dans le marbre et que la prise en compte de différentes voies de réponses à une question donnée rend certainement plus intelligent… Une voie à laquelle Google va certainement se rattacher d’ici peu…

Info JDN : EveryCheck lève 300 000 euros pour débusquer les mensonges des CV

La start-up française souhaite automatiser sa technologie grâce au machine learning et accélérer sa diversification dans l’immobilier.

Sarenza racheté par Monoprix : ce qui attend le chausseur en ligne

Développer le click&collect, élargir son offre au-delà des chaussures et s’allier face aux Gafa… Sarenza va pouvoir multiplier les nouveaux projets grâce à son futur acquéreur.

Carnet de nominations du 19 février 2018

Raphaèle Leroy chez BNP Paribas – Olivier Mercier chez Britvic-Teisseire – Dave Ubachs chez Edenred – Florent Villain chez Maif…

Ces ESN qui se réinventent pour passer au digital

Devoteam, Linkbynet, Onepoint sont tout entier positionnés sur la transformation numérique. Elles se sont dotées d’organisations agiles, avec à la clé des gouvernances souvent décentralisées.

Voici les raisons de la réussite d’Amazon

Amazon met le client au centre de toutes ses innovations. De l’expérimentation à une communication claire en passant par le droit à l’erreur, ses méthodes sont simples et ont permis de faire émerger des AWS, des Amazon Go et plus encore.

Hausse de la CSG : tout savoir de la mesure

Depuis le 1er janvier 2018, la hausse de la CSG de 1,7 point concerne les salariés, les fonctionnaires, les indépendants et certains retraités. Si une partie de la population y gagne, la réforme fait aussi des perdants.

Le lightning network fait passer le bitcoin à la vitesse supérieure

Cette technologie doit notamment permettre de réaliser des paiements instantanés et de réduire les frais de commissions sur les transactions.

Quel avenir pour le marché pub avec l’arrivée de Chrome Adblock ?

Google a récemment annoncé s’engager dans la lutte contre les publicités intrusives en bloquant toute publicité qui ne serait pas conforme aux standards de la coalition “Better Ads”.

20 erreurs impardonnables en entretien d’embauche

Rencontrer le recruteur est une étape cruciale pour décrocher un nouveau job, car il faut le convaincre que vous êtes le candidat idéal. Attention donc aux gaffes qui vous recalent d’office.

Comment exploiter la preuve sociale dans sa stratégie marketing ?

Si l’on devait résumer le concept de preuve sociale, on pourrait l’expliquer par le fait qu’une personne, ne sachant quelle décision prendre, adoptera le choix du plus grand nombre, car en sociologie, nous partons du principe qu’une personne peut se tromper, mais une centaine voire des milliers de personnes ne peuvent pas faire la même erreur.

Si l’on devait résumer le concept de preuve sociale, on pourrait l’expliquer par le fait qu’une personne, ne sachant quelle décision prendre, adoptera le choix du plus grand nombre, car en sociologie, nous partons du principe qu’une personne peut se tromper, mais une centaine voire des milliers de personnes ne peuvent pas faire la même erreur.

Plus concrètement, l’image la plus parlante pour la preuve sociale, c’est l’exemple de deux restaurants situés dans le même quartier : le premier dispose d’une terrasse pleine à craquer de clients, le second, juste en face, est quasiment vide. Dans ce cas de figure, nous nous tournons naturellement vers le premier restaurant, car la foule présente fait office de gage de qualité et de tiers de confiance.

La preuve sociale, un concept que les publicitaires exploitaient déjà dans les années 50

Cette notion n’est pas nouvelle, et a été de nombreuses fois utilisées par les publicitaires. Prenons l’exemple de Barbasol, cette célèbre marque américaine de mousse à raser. Dans la publicité ci-dessous, datée de 1949, la marque met en valeur son produit à travers de nombreux témoignages clients, dans le but de rassurer le consommateur.
À cette époque, le consommateur n’avait pas réellement de solution pour vérifier la véracité de la promesse faite par la marque, mis à part demander des retours d’expérience parmi son entourage proche.

Internet : le moyen d’accéder à la preuve sociale authentique

A l’ère du digital, la preuve sociale a connu un essor considérable, à travers les réseaux sociaux, les forums de discussion, les blogs spécialisés, ou encore les sites d’avis clients, qui constituent des carrefours d’informations. Il revêt par la même occasion un aspect plus authentique, puisque le message n’est pas diffusé par des publicitaires, mais par les consommateurs. Il est devenu très aisé, en quelques clics, d’accéder à cette preuve sociale, à travers les nombreux témoignages de consommateurs laissés sur la toile.Les marketeurs ont vite compris leur potentiel, et on découvre de nombreux canaux du marketing digital qui exploitent de manière poussée cette notion de preuve sociale. Découvrons deux exemples concrets.

La preuve sociale comme levier pour augmenter les taux de clics des campagnes d’emailing

De nombreuses marques, distributeurs, ou pure-players du e-commerce exploitent la preuve sociale au sein même de leurs créations d’emailing. Les marketeurs s’accordent sur le fait qu’une campagne d’emailing est la combinaison d’un objet d’e-mail qui donne envie, le taux d’ouverture, et un contenu pertinent et intéressant, le taux de clic. Un exemple récent, avec MacWay, spécialiste du high-tech pour l’univers Apple, qui n’hésite pas à agrémenter ses sélections produits d’avis clients émanant directement de ses internautes, comme le montre l’exemple ci-dessous avec cette lampe led en promotion chez le marchand :

Le caractère promotionnel de l’offre, combiné à l’utilisation de la preuve sociale, renforce le message. Le principal impact sur cet exemple est l’augmentation du taux de clics suite à l’ouverture de l’e-mailing. Mais on peut aller plus loin, et également jouer sur le taux d’ouverture, à travers un objet d’e-mailing utilisant la preuve sociale du type “Promo : la lampe LED la plus recommandée par nos clients”.

Les moteurs de recherche comme Google affichent la preuve sociale dans leurs résultats

Google, et même Bing, ne sont pas en reste, car il y a quelques années, ils ont décidé d’introduire dès les résultats de recherche la notion de preuve sociale. À travers l’affichage des “avis sur le marchand”, Google récupère les données d’avis clients émanant de nombreuses plateformes d’avis indépendantes comme Trustpilot, afin d’agrémenter les résultats d’affichage issus des campagnes Google AdWords : c’est ce qu’on appelle les résultats sponsorisés ou payants en référencement. Vous les avez surement remarqué puisqu’ils se manifestent sous forme d’étoiles accompagnées d’une note moyenne sur 5.

Ainsi, de nombreux consommateurs s’orientent pendant leur recherche grâce à cet indicateur, et Google indique par ailleurs que l’apparition de ces étoiles peut augmenter les clics sur ces résultats publicitaires jusqu’à 10%. À savoir qu’il faut au moins 150 avis pour être éligible au programme Seller Ratings.

L’enjeu pour les marketeurs : enrichir les actions marketing grâce à la preuve sociale

La preuve sociale, d’un point de vue marketing digital pour les entreprises, consiste dans un premier temps à faire parler leurs clients sur leur marque, et dans un second temps s’approprier ce contenu pour le promouvoir, et l’utiliser comme argument pour attirer de nouveaux clients.

Pour pouvoir activer ce levier, il est nécessaire de donner la parole à vos clients. De nombreuses stratégies existent, et l’une des plus accessibles consiste à solliciter ses clients après chaque achat, à travers la collecte d’avis clients, qui en plus d’obtenir des arguments de vente pour vos produits, vous permet de mieux connaître vos clients et d’être à leur écoute.

Droits de label privé : 3 choses débiles à faire pour rater votre projet

On raconte beaucoup de choses sur les ressources en droits de label privé. Certaines sont très justes et d’autres sont fausses. Je suis sûr, pour ma part, de deux choses : les produits en droit de label privé peuvent faire avancer un projet …

On raconte beaucoup de choses sur les ressources en droits de label privé. Certaines sont très justes et d’autres sont fausses. Je suis sûr, pour ma part, de deux choses : les produits en droit de label privé peuvent faire avancer un projet Web. Si l’on s’y prend mal, aucun résultat n’est possible. Ça tombe bien, l’article du jour va traiter de ce dernier point. Nous allons voir aujourd’hui les trois erreurs à ne pas commettre si vous voulez faire avancer votre projet Web. C’est parti…

Erreur n° 1 : Ne pas adapter le contenu et espérer des ventes

Cela peut sembler évident, mais il n’en est rien.

Beaucoup de blogueurs pensent que pour vendre, il faut avoir beaucoup de contenus sur son site. C’est un signe de qualité.

À moins d’arriver sur une thématique dont personne ne traite sur le Web, la réalité est légèrement différente.

Je retire le mot légèrement.

Il y a bien un avantage avec cette technique. Votre site n’est pas vide.

C’est bien le seul.

Comprenez que pour pouvoir avoir un site Internet qui vous permettra de gagner de l’argent, il y a plusieurs règles à respecter :

  • Règle n° 1 : la confiance ;
  • Règle n° 2 : La valeur ajoutée.

Le rôle de votre contenu, c’est de pouvoir apporter des informations utiles et de la valeur ajoutée à la personne qui est en train de consulter votre site.

Ce contenu permet également d’établir cette confiance indispensable à la vente.

Si vous êtes utile à une personne, de manière régulière, elle vous fera confiance.

Or, si vous publiez directement du contenu en droit de label privé sur votre site, vous n’êtes pas en train de vous donner les moyens d’atteindre cet objectif.

Voici pourquoi.

Mettez-vous à la place de la personne qui va lire le contenu de votre site. Si le contenu n’est pas adressé à elle spécifiquement et a pour objectif de répondre à ses besoins, elle quittera votre site.

Pire encore. Si cette personne se rend compte que ce contenu n’est pas rédigé par vous, mais par quelqu’un d’autre, elle ne vous fera plus jamais confiance.

Les gens ne sont pas idiots.

Ils comprendront immédiatement s’il y a une personne sérieuse derrière le site en question qui essaye de les aider ou pas.

Vous devez systématiquement adapter le contenu en droit de label privé que vous allez publier.

C’est la règle d’or. Il n’y a pas de discussion possible. 

Erreur n° 2 : Publier beaucoup et espérer du trafic

Certains pensent aussi que le trafic a une relation directe avec le nombre d’articles publiés.

Il est important aussi d’apporter plusieurs précisions.

Sur un plan purement théorique, avoir du contenu de publié sur un site donne une chance à un internaute de tomber sur votre page s’il effectue une recherche.

Une chance sur 1 million.

Là est tout le problème.

Pour qu’un internaute puisse trouver votre contenu, il doit en premier lieu :

  • Être positionné sur un mot-clé bien déterminé ;
  • Être considéré de bonne qualité par Google.

Petite parenthèse. Personne ne connaît exactement la manière dont fonctionne l’algorithme de Google. Une chose est sûre, plus votre article est détaillé, plus il y a de liens externes qui pointent vers lui, plus Google a tendance à le positionner sur les premières pages.

Publiez directement du contenu en droit de label privé et espérer du trafic, c’est comme aller à la chasse avec un bandeau sous les yeux.

Si vous voulez espérer du trafic de chez Google, vous devez analyser les mots-clés de votre thématique, puis tout faire pour avoir du contenu de qualité positionnée sur ces mots.

Erreur n° 3 : Commander du contenu en DLP et ne pas l’utiliser

Il y a plusieurs avantages à utiliser des produits en droits de label privé. S’en priver serait donc une erreur.

Je vous conseille fortement de faire une recherche sur le Web pour voir si vous pouvez trouver du contenu en droit de label privé pour votre thématique.

Je peux même vous donner une adresse pour trouver des ressources en droits de label privé. Vous y trouverez plein d’articles et d’e-books de qualité.

Aussi, beaucoup de personnes ont tendance à acheter ou commander du contenu en droit de label privé.

Et puis c’est tout.

Les fichiers achetés restent enregistrés dans l’ordinateur, rien ne se passe et rien ne se passera.

Une fois l’emballement du moment passé, il n’y a plus assez d’énergie et de volonté pour utiliser ce contenu.

Vous l’avez compris, il y a quelques efforts à faire pour pouvoir transformer le contenu en DLP en quelque chose d’utile.

C’est précisément au moment de se retrousser les manches que beaucoup de personnes lâchent.

Vous savez donc ce que vous devez faire :

  1. Rechercher du contenu en droit de label privé ;
  2. L’utiliser.

Vous allez avoir directement à l’avantage énorme sur la majorité des personnes qui a peut-être entre les mains le même contenu que vous, mais qui n’en fait rien.

Que faire après avoir lu cet article ?

Quand on travaille sur le lancement ou le développement d’un site Web ou un blog, vous pouvez être sûr de deux choses :

  • Vous allez manquer de temps ;
  • Vous avez besoin de contenu de qualité.

Le contenu en droit de label privé peut vous faire gagner du temps (beaucoup de temps) sur la préparation du contenu de votre site.

Il y a certaines erreurs basiques à ne pas commettre. C’est ce que nous venons de voir aujourd’hui :

  • Publier directement le contenu et attendre du trafic ;
  • Ne pas adapter le contenu et espérer des ventes ;
  • Acheter des ressources en droits de label privé et ne rien en faire.

Si je devais résumer maintenant ce que vous devez faire pour réussir à faire avancer votre projet grâce aux ressources en droit de label privé, ça serait :

Retroussez-vous les manches et adaptez ce fameux contenu à vos besoins, mais surtout aux besoins des personnes qui sont amenées à vous suivre.

À propos de l’auteur

Nassim Amisse : 34 ans et papa de deux enfants, je suis web entrepreneur depuis quelques années maintenant. J’ai lancé et monétisé une dizaine de sites web que je continue de gérer actuellement.

Vous pouvez me retrouver notamment sur : La Caverne DLP (un site de ressources en droits de label privé), Mon blog personnel Nassim-Amisse.com, et prochainement… Mon nouveau blog sur l’affiliation. Inscrivez-vous pour ne pas rater son lancement 😉

J’ai notamment pour objectif d’apporter stratégies, conseils et ressources à tous ceux qui souhaitent lancer et monétiser leurs propres projets web.

Mystor-E personnalise les affichages numériques en magasin

Le JDN a repéré les solutions les plus en pointe pour les magasins lors de la NRF 2018. Découvrez l’avant-dernier épisode de notre série vidéo.

Étude : le rapport des développeurs au travail

Le site HackerRank vient de publier une étude complète sur les habitudes et compétences des développeurs. L’étude porte sur 39441 développeurs en poste ou en recherche d’emploi. Les résultats sont très intéressants, même s’ils sont évidemment principalement le fruit de répondants américains. Voici les conclusions de l’étude. L’apprentissage du code Les développeurs commencent à coder […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Étude : le rapport des développeurs au travail
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Le site HackerRank vient de publier une étude complète sur les habitudes et compétences des développeurs. L’étude porte sur 39441 développeurs en poste ou en recherche d’emploi. Les résultats sont très intéressants, même s’ils sont évidemment principalement le fruit de répondants américains. Voici les conclusions de l’étude.

L’apprentissage du code

Les développeurs commencent à coder plutôt jeune : 4,8% entre 5 et 10 ans, 21% entre 11 et 15 ans, 50% entre 16 et 20 ans et 20% entre 21 et 25 ans.

Il est intéressant de constater que ce sont les développeurs les plus « vieux » qui ont commencé le plus jeune. Une époque où il y avait moins de formations, et où les développeurs n’avaient d’autre choix que de s’auto-former.

Au niveau de l’apprentissage, les autodidactes sont encore très nombreux : 73,7%. 69,4% ont appris via une école ou une université.

Au niveau des plateformes préférées pour apprendre à coder ou se perfectionner, les résultats désignent très largement Stack Overflow.

Les langages et frameworks

Les langages les plus demandés par les entreprises sont : JavaScript, Java, Python, C++, C, C#, PHP, Ruby, Go, Swift.

Il n’y a pas de différences entre les langages maîtrisés par les développeurs, et les langages recherchés par les entreprises. En revanche, le gap est au niveau des frameworks.

Les compétences recherchées par les employeurs

Les compétences recherchées par les employeurs changent peu selon la taille des entreprises. La capacité à être « problem solving » arrive en tête, suivent la compétence en programmation, le debugging, le system design et l’optimisation de la performance.

Pour juger les compétences des candidats, les entreprises scrutent principalement : l’expérience, le portfolio (Github), la formation. Le personal branding a très peu d’importance.

Le Go, le Python et le Scala sont les 3 langages que les développeurs souhaitent apprendre à l’avenir.

Que veulent les devs  ?

Lors de leur recherche d’emploi, les devs veulent principalement 3 choses : un bon équilibre vie pro / perso (56,5%) ; la possibilité d’apprendre et de progresser (55,1%) ; la rémunération (45,4%).

Pour être en mesure d’offrir un bon équilibre vie pro / perso, les employeurs doivent permettre : des horaires flexibles (89,3%) ; le télétravail (80%) ; mettre l’accent sur les résultats et non les horaires (78%).

Le Blog du Modérateur vous propose :

L’étude complète est disponible sur ce lien.

Get on board with PwC : une vidéo immersive à 360° pour attirer les jeunes générations

Sur le secteur du conseil et de l’audit, quelques entreprises se partagent l’essentiel du marché. Elles doivent rivaliser d’ingéniosité pour convaincre les clients mais aussi se démarquer pour attirer les meilleurs talents. PwC lance aujourd’hui une vidéo en réalité virtuelle nommée « Get on board with PwC » qui s’adresse particulièrement aux jeunes diplômés et jeunes expérimentés. […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Get on board with PwC : une vidéo immersive à 360° pour attirer les jeunes générations
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Sur le secteur du conseil et de l’audit, quelques entreprises se partagent l’essentiel du marché. Elles doivent rivaliser d’ingéniosité pour convaincre les clients mais aussi se démarquer pour attirer les meilleurs talents. PwC lance aujourd’hui une vidéo en réalité virtuelle nommée « Get on board with PwC » qui s’adresse particulièrement aux jeunes diplômés et jeunes expérimentés. Pour en savoir plus sur cette démarche, nous avons rencontré Virginie Groussard, Directrice Recrutement de PwC.

Un format adapté aux jeunes générations…

Cette vidéo n’est pas la première initiative marque employeur de PwC : le cabinet a lancé un escape game en 2016 (Out of the box) et met en place une stratégie globale pour attirer les jeunes diplômés sur les réseaux sociaux.

« Cette vidéo à 360° est une nouvelle étape : nous proposons au candidat de plonger dans l’univers PwC à travers une visite virtuelle de nos locaux avec deux jeunes consultants. C’est une expérience ludique et scénarisée, au cours de laquelle les participants peuvent interagir ».

Pour diffuser cette expérience, PwC proposera des casques VR, mis à disposition des étudiants lors des forums. « Get on board with PwC » sera également disponible en 360° sur YouTube et Facebook, ainsi que sur les sites web et mobile carrieres.pwc.fr.

… pour montrer les coulisses de PwC

Si la vidéo à 360° permet à PwC de renforcer sa position innovante, elle permet aussi et surtout aux candidats potentiels de se projeter.

« Une séquence a été filmée par un drone, afin de survoler notre parc et mettre en valeur notre cadre de travail. Outre l’environnement extérieur, on souhaite que les candidats plongent dans nos bureaux et découvrent, de leurs propres yeux, l’ensemble des aménagements mis en place pour les salariés ». PwC immerge le spectateur dans ses espaces de co-working, sa salle de sieste, sa cafétéria…

« Nous pourrons même bientôt montrer notre salle de sport ! Nous communiquons sur notre espace de travail car il traduit notre volonté de favoriser la créativité et l’innovation dans nos façons de travailler. L’année dernière, nous avons lancé  le projet Workplace of the future pour repenser entièrement nos modes de fonctionnement. Les bureaux sont plus ouverts, on fait du flex-office et du e-working. Sur place, les collaborateurs ont le choix entre des espaces ouverts, des salles semi-ouvertes ou des bureaux fermés… Cette flexibilité existe aussi dans le management chez PwC : la hiérarchie n’est pas pesante au quotidien, on change de manager en fonction des missions, on prend en compte le feedback des collaborateurs… Ce mode de management correspond aux jeunes générations, nous nous sommes transformés pour les intégrer au mieux et qu’elles se sentent bien ». Depuis le rachat d’une entreprise spécialisée en design thinking, PwC mène des projets en mode agile avec les collaborateurs, afin de les placer au centre des réflexions liées à leur expérience chez PwC. « On organise des interviews, on dresse des préconisations et on met en place les projets choisis par les collaborateurs ».

Bien-être au travail, flex time…

Outre ces espaces et ces nouveaux modes de travail, PwC a mis en place une série de dispositifs pour favoriser le bien-être et la flexibilité au travail.

PwC a intégré le fait que les carrières ne sont aujourd’hui pas aussi linéaires qu’autrefois. Les salariés peuvent ainsi décider de « faire un break » pour développer un projet personnel, pendant plusieurs mois si nécessaire. « On leur garantie de retrouver un poste équivalent à leur retour. En attendant, on peut aménager leur temps de travail ou les libérer à 100 %. Cette possibilité offerte aux salariés favorise les initiatives, c’est très apprécié des jeunes générations. D’ailleurs notre incubateur DIVN accueille à la fois des projets externes et des projets de collaborateurs.

Ces valeurs d’ouverture, de flexibilité, de bien-être au travail… c’est ce que nous avons voulu mettre en avant dans cette vidéo immersive à 360°. »

Quand la technologie prend parfois des allures de sorcellerie

Depuis des décennies, les technologies font gagner du temps et améliorent le quotidien. Cependant, aujourd’hui, le regard du public n’est plus aussi positif ; les réactions allant de la simple prudence à la méfiance totale.

Recherche et Référencement : le Numéro 200 de Février 2018 est Paru !


La lettre professionnelle “Recherche et Référencement” du site Abondance.com pour le mois de Février 2018 est sortie. Pour ce numéro 200, nous avons voulu faire en sorte qu’il soit exceptionnel ! Il propose donc 17 articles (dont certains disponibles gratuitement en téléchargement) sur les sujets suivants (n’hésitez pas, abonnez-vous !) : Redéfinir les 3 piliers …

Recherche et Référencement : le Numéro 200 de Février 2018 est Paru !

Notez cet article

Recherche et Référencement : le Numéro 200 de Février 2018 est Paru !

La lettre professionnelle “Recherche et Référencement” du site Abondance.com pour le mois de Février 2018 est sortie. Pour ce numéro 200, nous avons voulu faire en sorte qu’il soit exceptionnel ! Il propose donc 17 articles (dont certains disponibles gratuitement en téléchargement) sur les sujets suivants (n’hésitez pas, abonnez-vous !) : Redéfinir les 3 piliers du SEO – Dette technique et SEO – Exister sur le Net quand le Net rétrécit – Que vous apporte la nouvelle Search Console de Google ? – La recherche vocale du point de vue des algorithmes – 7 analyses de logs méconnues à réaliser avec Excel – SEO : Priorité à la satisfaction des internautes que Google vous envoie ! – Comment créer une action (skill) pour Google Home ? – L’évolution du métier de SEO – Peut-on réussir en SEO en 2018 avec des connaissances de 2008 ? – L’apprentissage du SEO : Constats et retours – Les nouveautés de Google PageSpeed Insights – De la Google Search Quality à SEO… – Machine Learning, Knowledge Graph, Entités : Que deviennent nos sites ? – Zoom sur les différents caches serveur – Définir et mesurer sa stratégie de contenu en 2018 – PWA bientôt en Offline-first : vers un web disponible hors connexion ?

Redéfinir les 3 piliers du SEO

Laurent Bourrelly revient dans cet article sur les 3 piliers classqiues du référencement (Technique, Contenu et Liens), tels qu’on les conçoit depuis plus de 20 ans, et se demande s’ils ne doivent pas être redéfinis pour mieux coller au fonctionnement et aux exigences actuelles de Google. En d’autres termes, ne faut-il pas parler aujourd’hui d’Expertise, d’Autorité et de Confiance ?
Par Laurent Bourrelly, consultant SEO (http://www.laurentbourrelly.com/).

Dette technique et SEO

Quand on parle de référencement naturel, on aborde de très nombreux sujets : optimisation du code, structure et maillage interne, contenu, netlinking, etc. Mais le sujet de la dette technique est trop peu souvent abordé, alors qu’il fait pourtant partie intégrante de toute stratégie de référencement naturel à long terme. Mais qu’est-ce que la dette technique et comment l’anticiper dans son travail SEO ? Voici la réponse…
Par Daniel Roch, consultant WordPress, Référencement et Webmarketing chez SeoMix (http://www.seomix.fr/).

Exister sur le Net quand le Net rétrécit

Les leviers digitaux permettent-ils encore à une marque – une marque grand public s’entend – d’exister ? A l’heure où les budgets de communication sont plus que jamais investis sur le numérique, la question peut surprendre. Et pourtant, les grandes tendances technologiques à venir, mais également certaines des politiques courtermistes des GAFA, rendent cette interrogation légitime. Comment une marque peut-elle concrètement exister, voire émerger, auprès de sa clientèle à l’heure de la raréfaction de l’attention et de la restriction des espaces d’expression digitaux ?
Par François Houste, directeur conseil au sein de l’agence digitale Plan.Net France (http://www.plan-net.fr/).
 
Télécharger l’article “Exister sur le Net quand le Net rétrécit” au format PDF

 

Que vous apporte la nouvelle Search Console de Google ?

A l’heure où nous écrivons ces lignes, et si vous êtes un webmaster ayant accès à la « Google Search Console », vous avez certainement déjà reçu un message avec pour objet « Présentation de la nouvelle Search Console pour [votre site] ». Google a en effet annoncé officiellement la disponibilité de ces nouvelles fonctionnalités en version bêta le 8 janvier 2018, et depuis lors a commencé à ouvrir progressivement l’accès à la nouvelle version. Nous allons voir dans cet article que la nouvelle Search Console apporte un peu plus que des changements cosmétiques, mais qu’elle présente également des limites qui pour certaines seront temporaires (elles ne vont perdurer que pendant une période de transition), mais qui pour d’autres semblent plus définitives.
Par Philippe Yonnet, CEO de l’agence Search Foresight – Groupe MyMedia (https://www.search-foresight.com/).
 
Télécharger l’article “Que vous apporte la nouvelle Search Console de Google ?” au format PDF

 

La recherche vocale du point de vue des algorithmes

La recherche vocale est un sujet à la mode, s’appuyant sur de nombreuses études indiquant que de nouveaux usages arrivent pour interroger vocalement un moteur de recherche. Faisant fi de l’intelligence artificielle, très peu présente (au grand dam de nombreux observateurs qui voient de la science-fiction partout) dans les système actuels, les assitants vocaux d’aujourd’hui se basent le plus souvent sur des algorithmes éprouvés depuis de nombreuses années, dans des domaines comme la reconnaisance et la synthèse vocale. Exploration…
Par Thomas Largillier, Guillaume Peyronnet et Sylvain Peyronnet sont les fondateurs de la régie publicitaire sans tracking The Machine In The Middle (http://themachineinthemiddle.fr/).

7 analyses de logs méconnues à réaliser avec Excel

Chasse gardée de grandes agences il y a encore quelques années, l’analyse de logs SEO s’est complètement démocratisée suite à l’apparition sur le marché de nombreuses solutions rendant la discipline accessible à un grand nombre d’éditeurs de sites. En effet, avec quelques outils simples et un tableur Excel, on peut mener à bien de nombreuses analyses qui feront beaucoup de bien à votre visibilité sur le Web. En voici 7 exemples…
Par Jean-Benoît Moingt, consultant SEO Senior chez Watussi (https://www.watussi.fr/).

SEO : Priorité à la satisfaction des internautes que Google vous envoie !

Olivier Duffez revient ici sur le fait que, depuis que Google existe – ou presque, les conseils officiels du moteur à ceux qui veulent optimiser leur référencement ont été de faire un site pour l’internaute et non pour le moteur. Les plus anciens se rappellent que pendant de longues années, la vérité était toute autre. Mais en 2018, il faut avouer que c’est vrai ! Voyons donc dans cet article ce sur quoi il faut vraiment vous focaliser aujourd’hui…
Par Olivier Duffez, créateur et éditeur du site WebRankInfo (https://www.webrankinfo.com/).

Comment créer une action (skill) pour Google Home ?

L’évolution du numérique nous emmène à réfléchir à l’avenir du SEO et à sa mutation progressive vers de nouvelles technologies. La montée en puissance des objets connectés, et notamment des enceintes intelligentes et assistants vocaux, pousse les spécialistes à s’intéresser au SEO vocal, mais aussi aux méthodes pour répondre présent au sein de ces outils d’avenir. De nombreuses études tentent d’expliquer que d’ici 2020, plus de 50% des recherches seront effectuées vocalement, alors prenons les devants…
Par Mathieu Chartier, Consultant-Formateur et webmaster indépendant, Internet-Formation (https://www.internet-formation.fr/).

L’évolution du métier de SEO

Vincent Lahaye part, dans cet article, du principe que le métier de SEO évolue, et clairement de façon encore plus forte depuis quelques années, en fonction des exigences de Google. Il imagine donc ici six alternatives, ou plutôt avenirs possibles pour notre métier. Que ferons-nous dans cinq ou dix ans pour fournir une visibilité à un site web ? Voici quelques possibilités. A vous de choisir votre voie parmi ces six alternatives… Ou d’en inventer une septième ! 🙂
Par Vincent Lahaye, Consultant SEO & Webmarketing, Carré d’Astuce (https://www.carredastuce.com/).
 
Télécharger l’article “L’évolution du métier de SEO” au format PDF

 

Peut-on réussir en SEO en 2018 avec des connaissances de 2008 ?

Marie Pourreyron travaillait déjà dans le monde du SEO à une époque où on appelait encore cela “référencement naturel”. Elle nous plonge dans cet article 10 ans en arrière pour nous faire vivre le quotidien d’une référenceuse à cette époque-là. A vous de voir si cela a vraiment beaucoup changé par rapport à aujourd’hui…
Par Marie Pourreyron, fondatrice de l’agence Altiref (http://www.altiref.com/).

L’apprentissage du SEO : Constats et retours

Aujourd’hui, responsable acquisition chez Planet Cards, j’ai été depuis 2002 tour à tour freelance, SEO chez l’annonceur et en agence. Au hasard d’une rencontre, je me suis retrouvée à enseigner le référencement à des classes de webmasters. Cette aventure commencée en 2008, continue encore aujourd’hui. Les formations ont évolué, de nouvelles ont fait leur apparition, et ma prochaine session commence en mars. Forte de ces nombreuses années d’enseignement, voici mon retour sur l’apprentissage du SEO en France aujourd’hui…
Par Sandrine Bertrand, responsable acquisition chez Planet Cards (https://www.planet-cards.com/).

Les nouveautés de Google PageSpeed Insights

Google a annoncé il y a un mois l’arrivée d’une mise à jour de son algorithme, nommée « Speed update », qui impacterait les recherches sur mobile. Cette mise à jour n’affectera que les pages offrant une expérience lente aux utilisateurs, qui pourront être pénalisées. Déployée en Juillet 2018, elle va pousser les éditeurs de site à faire un focus sur le temps de chargement des pages de leur site. Dans ce cadre, Google vient de proposer une nouvelle version de son outil de test PageSpeed Insights. Une bonne occasion pour explorer ses dernières nouveautés…
Par Aymeric Bouillat, Consultant SEO Senior, SEO Hackers (https://seohackers.fr/).

De la Google Search Quality à SEO…

Depuis vingt ans, le Web a beaucoup évolué et chacun d’entre nous a aussi bien changé. Le métier de SEO a eu sa part de changement, tout comme les moteurs de recherche et, bien sûr, les perosnnes qui y travaillent. Sébastien Monnier revient, pour ce numéro, sur les 30 mois qu’il a passés chez Google ainsi que sur sa vision des équipes “Search” du moteur de recherche, presque dix ans après son départ…
Par Sébastien Monnier, fondateur de l’agence Woptimo (https://www.woptimo.com/).

Machine Learning, Knowledge Graph, Entités : Que deviennent nos sites ?

Thomas Cubel propose dans cet article une réflexion sur la notion d’entité, à l’ère de l’intelligence artificielle et surtout de l’apprentissage automatique, domaines dans lesquels vivent de plus en plus des moteurs de recherche comme Google. Comment ce moteur apprend-il de nos contenus, par approches successives, un eentité en dévoilant une autre ? Bienvenue dans le monde merveilleux du graphe de connaissances…
Par Thomas Cubel, consultant SEO (https://www.thomascubel.com/).

Zoom sur les différents caches serveur

On sait qu’il est très important d’obtenir, pour un site web, de bons temps de réponses pour l’affichage de ses pages. Certes, cela a un impact sur le crawl de Google, mais avant tout, cela fournit une expérience utilisateur optimale, élément essentiel aujourd’hui dans une stratégie de visibilité et de fidélisation. Voici donc quelques informations sur les différents systèmes de caches serveur du marché (reverse proxy, cache de code, cache mémoire et cache statique) et leurs principales différences.
Par Benoît Chevillot Consultant SEO, DivioSeo (http://divioseo.fr/).

Définir et mesurer sa stratégie de contenu en 2018

Si le contenu a toujours été une composante importante du SEO, il fut une époque – que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître – où l’on pouvait davantage parler de texte. Enchaînement de mots-clés peu littéraires, texte invisible ou encore liens intégrés au sein d’un article dupliqué sur une horde de sites de pseudo communiqués de presse, représentaient des techniques efficaces. Mais voilà, ça c’était avant ! Les internautes ont évolué, l’algorithme Google s’est perfectionné, l’apparence des SERP s’est diversifiée, les SEO ont pleuré mais il a fallu s’adapter et revoir en intégralité cette fameuse de notion de « contenu » tout en apprenant à en mesurer son efficacité.
Par Diane Motte, Responsable Marketing Digital Internet Creative Company S.A.S – iCasque.com (https://www.icasque.com/).
 
Télécharger l’article “Définir et mesurer sa stratégie de contenu en 2018” au format PDF

 

PWA bientôt en Offline-first : vers un web disponible hors connexion ?

Les applications web progressives comme on pourrait les traduire sont des pages web ou des sites qui « ressemblent » aux traditionnelles applications dites « natives » que l’on trouve via les app stores sur son téléphones mobile. Elles sont l’une des priorités de Google pour 2018 et nous vous suggérons de vous y intéresser de près ! Voici une présentation des PWA, ainsi qu’un exemple de code utilisé pour le site web Autovisual.com.
Par Audrey Schoonwater, Consultant SEO / Chef de projet Technique (http://audreyschoonwater.fr/).

Pour en savoir plus :

Description de la lettre “Recherche et Référencement”
Sommaire du numéro 200 de Février 2018
Accès direct au numéro de Février 2018 (pour les abonnés) (ce numéro a été publié le lundi 19 février 2018).
Comment s’abonner ?
Tous les articles de 2018.

seo referencement naturel
Recherche et Référencement : le numéro 200 de Février 2018 est paru. Source de l’image : DR

L’intérim digital, une mine d’or à exploiter

C’est un domaine qui se porte très bien. Les acteurs multiplient les levées de fonds et le secteur n’atteindra sa maturité qu’en 2025, selon une étude Xerfi.

6 pays où implanter son business en 2018

Se lancer à son propre compte, c’est extrêmement courageux. Se lancer hors du pays que l’on connait le mieux tient presque de l’intrépidité. Mais c’est une excellente idée si vous savez où vous allez et que vous connaissez tous les pans économiques, culturels, sociaux et fiscaux de l’État où vous vous rendez… Et que votre […]

Se lancer à son propre compte, c’est extrêmement courageux. Se lancer hors du pays que l’on connait le mieux tient presque de l’intrépidité.

Mais c’est une excellente idée si vous savez où vous allez et que vous connaissez tous les pans économiques, culturels, sociaux et fiscaux de l’État où vous vous rendez… Et que votre étude de marché est positive.

Alors, si vous êtes un porteur de projet en quête du pays parfait pour votre business, voici 6 pays attractifs où implanter son affaire en 2018.

Besoin d’un Développeur
Webmaster
Rédacteur
 ?


Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com et recevez rapidement des propositions de devis.


1. Singapour

La croissance économique s’annonce stable à Singapour cette année. Le pays reste porté par la demande mondiale, notamment dans les secteurs des nouvelles technologies, des services financiers et des ventes au détail.

Si votre entreprise s’érige dans le secteur des TIC, ce pays est fait pour vous, car la demande mondiale est de plus en plus forte dans ce domaine d’activité. Cette reprise a énormément boosté la fabrication et les exportations de biens électroniques dans le pays.

Par ailleurs, Singapour développe régulièrement des programmes pour améliorer la productivité et stimuler l’innovation dans 23 industries ! Cette expansion sur le long terme sont des gages d’une croissance évolutive de 2 à 3 % pour les 10 prochaines années.

Enfin, le régime fiscal, plutôt avantageux, fait partie des points positifs pour les investisseurs étrangers.

2. Australie

Ce pays s’enorgueillit de 22 années consécutives de croissance économique, d’institutions très stables et d’une solide culture d’investissement dans la recherche et le développement. À cela s’ajoute une main-d’œuvre reconnue pour sa qualité et sa productivité.

L’Australie est un pays où vous pouvez investir dans les télécommunications et les TIC, le marché de l’immobilier et l’industrie minière, des secteurs très dynamiques dans ce pays.

3. Nouvelle Zélande

Le pays est classé premier pays le plus favorable à la création d’entreprise au monde par le palmarès “Doing Business”. Il est numéro un dans les catégories “création d’entreprise”, “protection de la propriété intellectuelle” et obtention de prêts.

Les secteurs des services, du tourisme et de l’exportation sont en plein développement, ils représentent des portes ouvertes pour les porteurs de projets.

4. Grèce

La reprise économique en Grèce, marquée par un accord signé en 2017 avec les créanciers internationaux, est une bonne nouvelle pour les ménages et pour les entreprises !

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

Le secteur du tourisme est en plein essor en Grèce, c’est donc le moment parfait d’y monter une agence de voyages, un établissement hôtelier, un centre de loisirs ou toute autre entreprise de même nature.

5. Chili

Le véritable atout du Chili s’observe dans sa politique économique fondée sur une volonté de transparence des capitaux et de non-discrimination à l’égard des investisseurs étrangers.

La plus grande compagnie aérienne latino-américaine est hébergée au Chili. Ajoutez à cela son industrie du cuivre en plein essor, son vin et son saumon, qui ont acquis une réputation non négligeable sur le marché mondial et vous obtenez un pays où porter votre projet dans l’un de ces secteurs.

6. Chine

Si la revente de produits de luxe devait avoir une capitale, ce serait la Chine.

L’empire du Milieu est accusé de la baisse d’emplois manufacturiers dans les pays occidentaux, mais il ne s’en porte que mieux, économiquement parlant : la Chine est la deuxième économie mondiale avec une croissance toujours élevée.

Les marchés des nouvelles technologies, de l’export, de la cosmétique, du vin français et de la pharmacie en forte évolution, sont des opportunités d’affaires à regarder de près.

Alors, prêt à vous lancer à l’international ?

6 pays où implanter son business en 2018

Notez cet article

Acquisition de trafic : Google creuse l’écart sur Facebook pour les médias

Il y a quelques semaines, nous vous présentions un graphique de Parse.ly sur les sites référents de plus de 2500 médias. Google avait alors dépassé Facebook en matière de trafic apporté, creusant petit à petit l’écart sur son concurrent. Presque trois mois plus tard, la tendance s’accélère encore, si l’on en croit une publication de […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Acquisition de trafic : Google creuse l’écart sur Facebook pour les médias
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Il y a quelques semaines, nous vous présentions un graphique de Parse.ly sur les sites référents de plus de 2500 médias. Google avait alors dépassé Facebook en matière de trafic apporté, creusant petit à petit l’écart sur son concurrent. Presque trois mois plus tard, la tendance s’accélère encore, si l’on en croit une publication de Chartbeat. Alors que Google vient d’annoncer avoir passé la barre des 31 millions de sites utilisant AMP (+25% depuis octobre) et que dans le même temps Facebook n’en finit plus d’enchaîner les annonces et nouveautés qui font baisser le reach des pages, l’accentuation de la courbe est logique.

Chartbeat, qui se base sur ses clients médias (tels que le New York Times, CNN ou le Washington Post), a ainsi observé une hausse de 40% du trafic global depuis Google depuis début 2017. Dans le même temps, Facebook envoie 20% de trafic en moins. Le constat est particulièrement accentué sur le mobile, où Google explose (notamment grâce au format AMP). Ce graphique réalisé par Recode est particulièrement parlant.

Résultat, le trafic global envoyé par Google aux médias devient beaucoup plus important que celui que Facebook leur apporte. Et la prédominance du réseau social dans le modèle des médias s’estompe, alors même que certains commençaient à annoncer la fin de l’importance de Google. NowThis, qui vient de rouvrir son site web après 3 ans de présence 100% sociale, n’est sans doute pas le dernier à revenir vers le moteur de recherche.

Développeurs : 10 offres d’emploi en CDI

Nouvelle semaine, nouvelle sélection d’offres d’emploi avec cette fois-ci des opportunités en CDI pour les développeurs. Si toutefois cette sélection ne vous convient pas, rendez-vous sur Hellowork.io ! Ingénieur en Développement C# H/F en CDI à Puteaux – 92 Altran est à la recherche d’un(e) Ingénieur en Développement C# H/F. Un poste en CDI à Puteaux. De formation Bac […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Développeurs : 10 offres d’emploi en CDI
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Nouvelle semaine, nouvelle sélection d’offres d’emploi avec cette fois-ci des opportunités en CDI pour les développeurs. Si toutefois cette sélection ne vous convient pas, rendez-vous sur Hellowork.io !

Ingénieur en Développement C# H/F en CDI à Puteaux – 92

AltranAltran est à la recherche d’un(e) Ingénieur en Développement C# H/F. Un poste en CDI à Puteaux. De formation Bac +5 (école d’ingénieur, de commerce et de management, 3e cycle universitaire). Vous avez des compétences techniques en développement sur les langages de programmation C# /.Net. Des connaissances selon l’environnement client sont également requises : web / développement full stack (Angular JS) ou client lourd WPF, ainsi qu’une expérience en environnement Agile.

Ingénieur Développeur Java JEE – Intelligence Artificielle H/F en CDI à Nanterre – 92

KeyVous recherchez un CDI à Nanterre ? Bonne nouvelle : le groupe Key Consulting cherche un(e) Ingénieur Développeur Java JEE – Intelligence Artificielle H/F. Vous connaissez l’environnement technologique : Java, REST API, JavaScript, JQuery, Angular, JUnit, GitLab, Elastic Search, Kibana… Vous avez de la curiosité et une vraie passion pour votre métier d’ingénieur, vous aimez apprendre et avoir des responsabilité, postulez !

Développeur PHP – Js Fullstack H/F en CDI à Rennes – 35

SlickteamÀ Rennes, la société Slickteam souhaite recruter un(e) Développeur PHP – Js Fullstack H/F. Tu as de l’expérience en développement PHP, tu maîtrises un ou plusieurs frameworks MVC comme Symfony, Laravel ou Zend et le JavaScript résonne en toi. Tu penses que Java est trop contraint et que liberté s’écrit : PHP. Tu disposes d’une sensibilité pour les méthodes agiles. Tu aimes le code sexy et les choses bien faites.

Ingénieur Développement PHP Symfony H/F en CDI à Rennes – 35

SIIÀ Rennes, le groupe SII Rennes cherche un(e) Ingénieur Développement PHP Symfony H/F. De formation supérieure Bac +2 à Bac +4/5 type écoles d’ingénieur(e)s et/ou parcours universitaire, vous disposez d’au moins 2 ans d’expérience dans le domaine du développement Web. Au-delà des compétences techniques, nous recherchons un(e) collaborateur(trice) avec une bonne capacité d’adaptation, une forte rigueur et un goût pour le travail en équipe.

Ingénieur Développement Net H/F en CDI à Grenoble – 38

Hardis Dans le cadre d’un CDI à Grenoble, l’entreprise Hardis Group recherche un(e) Ingénieur Développement Net H/F. De formation supérieure en Informatique (Bac +4/5, école d’ingénieurs) et/ou électrotechnique, vous possédez une expérience significative dans la maîtrise des développements.net, C#, MVC, ASP.NET, WPF, LINQ, SQL Server. Vous connaissez les bonnes pratiques de développement et des technologies du front end web (HTML5, CSS3, JavaScript). Une pratique du C++ et une connaissance de composants comme Telerik seraient un plus.

Ingénieur d’Etudes Angular H/F en CDI à Tours – 37

ApsideL’entreprise Apside souhaite recruter un(e) Ingénieur d’Etudes Angular H/F. Il s’agit d’un CDI à pourvoir à Tours. De formation Bac +2/5 en informatique, vous justifiez si possible de 2 ans minimum d’expérience en développement Angular 5 et/ou JAVA EE. Vous évoluerez dans l’environnement technique suivant : Angular 5, Java EE, Web Services Rest, Docker, JBoss, Spring.

Développeur Applicatif Web H/F en CDI à Chambéry – 73

LIP Dans le cadre d’un CDI à pourvoir à Chambéry, LIP Solutions RH souhaite recruter un(e) Développeur Applicatif Web H/F. Vous êtes en charge du développement d’applications WEB (L4G, bases de données SQL, langages HTML, C++ et Crystal Report) ainsi que du développement sous Android. Vous avez un profil confirmé en tant que Développeur (2 ans d’expérience minimum dans le développement d’applications Web). Vous êtes créatif(ve) et capable de développer des solutions adaptées aux contraintes techniques de l’entreprise.

Ingénieur C – C++ H/F en CDI à Rennes – 35

Ausy Dans le cadre d’un CDI à Rennes, Ausy souhaite recruter un(e) Ingénieur C – C++ H/F. De formation Bac +4/5, vous justifiez d’une première expérience (stage ou alternance) en développement C/C++ en environnement Linux. Vous avez idéalement une connaissance du langage VB.Net et C#. Méthodique et rigoureux(se), vous avez de fortes capacités à travailler en équipe. Votre sens du service et votre capacité d’adaptation vous permettront d’évoluer rapidement au sein d’Ausy.

Expert Base de Données Mongodb H/F en CDI à Cherbourg-Octeville – 50

SegulaÀ Cherbourg-Octeville, la société Segula Technologies est à la recherche d’un(e) Expert Base de Données Mongodb H/F. Vos compétences ne sont plus à démontrer dans les langages C#, MongoDB (.Net C#). Une bonne connaissance des systèmes de paiement (EMV et ISO 8583) est un plus. Au sein de l’entreprise, vous serez amené à réaliser différentes missions telles que : transposer les attentes du client et des partenaires dans un langage technique et instaurer des solutions efficaces et pérennes, mettre en place les indicateurs adéquats afin d’optimiser les performances, automatiser MMS en tant que back up/moyen de stockage dans le but d’accroître l’activité managériale…

Developpeur PHP Full Stack H/F en CDI à Paris 1er – 75

Showroomprivé.comÀ Paris 1er, la société Showroomprivé.com cherche un(e) Developpeur PHP Full Stack H/F. Vous avez une formation de niveau Bac +4/5 en informatique (Ecole d’Ingénieurs ou formation universitaire équivalente). Vous justifiez d’un an d’expérience minimum sur un poste équivalent (PHP 5/7 Objet), idéalement dans le e-commerce. Vous maîtrisez les technologies suivantes : PHP 5.6 – 7.1 / MySQL / HTML 5 / CSS 3 / jQuery / git et avez une bonne connaissance d’au moins un framework MVC PHP. Vous êtes dynamique, réactif(ve), passionné(e), rigoureux(se) et force de proposition. Vous aimez travailler en équipe, être polyvalent(e) et autonome, et vous avez un bon niveau d’anglais.

Le futur du courriel – Le marketing par e-mail se renforce

Le courriel est un peu comme le chat de Schrödinger : tous les deux sont morts et vivants en même temps. Ce que l’on imagine à peine dans le cas du chat est la triste réalité du courriel. Très souvent, on prévoit sa fin et pourtant, il est …

Le courriel est un peu comme le chat de Schrödinger : tous les deux sont morts et vivants en même temps. Ce que l’on imagine à peine dans le cas du chat est la triste réalité du courriel. Très souvent, on prévoit sa fin et pourtant, il est encore là. Ci-dessous un regard sur le passé, le présent et le futur de l´e-mail…

Si vous êtes de ceux qui doutent que l’e-mail est bien vivant, imaginez ne pas avoir accès à vos courriels pendant une semaine. Si cette idée vous laisse indifférent, vous appartenez à un type très particulier de personne. Pas encore convaincu ? Dans ce cas, quelques chiffres peuvent vous aider : 3,7 milliards d´utilisateurs d’e-mails dans le monde entier envoient et reçoivent chaque jour plus de 269 milliards de courriels.

C´est exactement là où réside le problème du courriel. Encore au début du 21ème siècle, les e-mails entrants étaient si importants que l´on avait même inventé la mascotte pour PC (PC Mascot), un petit oiseau en plastique connecté à l´ordinateur qui annonçait la réception des courriels à travers un battement d´ailes. Aujourd’hui, le pauvre oiseau n´arrêterait pas de battre des ailes. À cause de la quantité énorme d’e-mails entrants et notamment en raison des réseaux sociaux et applications de messagerie, les experts prévoient régulièrement la fin du courriel.

Mais il y a encore beaucoup de bonnes raisons pour continuer à utiliser l’e-mail aujourd’hui et demain. Un de ses domaines d´utilisation est le marketing par courriel qui constitue un élément important du marketing mix en ligne. Des coûts relativement bas et une grande acceptation de la part des clients rendent l’e-mail, l´instrument marketing idéal. Seule ombre au tableau : votre message n´arrive que si le courriel est reçu. La délivrabilité est ainsi un critère très important des campagnes d´e-mailing et elle est en relation directe avec le succès de la campagne. Mais peu d´experts en marketing sont prêts à investir du temps et de l´argent dans les campagnes d´e-mailing. Il devrait pourtant se passer le contraire.

Souvent, dans le marketing par courriel, on ne connait pas, ou bien on ignore les risques liés à la délivrabilité. En 2012, Spamhaus, l´un des fournisseurs les plus renommés de listes noires, avait bloqué bon nombre de commerçants qui avaient envoyé des e-mails aux pièges à spam (Spamtraps). Les pièges à spam sont des adresses qui n´appartiennent à aucune personne physique, mais à une entreprise (dans ce cas Spamhaus) et ces adresses e-mail, par définition, ne peuvent avoir donné leur accord pour un abonnement à une newsletter ou à un achat en ligne.

Quand ces adresses pièges reçoivent un e-mail commercial, les expéditeurs sont immédiatement inclus  dans la liste noire. Cela ne réduit pas que le taux de délivrabilité, mais nuit aussi à la réputation des expéditeurs. Les expéditeurs des e-mails groupés ne devraient donc envoyer des courriels qu´aux destinataires qui ont donné leur consentement explicite et actif.

À partir de mai prochain, les expéditeurs des e-mails groupés auront une autre raison importante pour examiner attentivement leurs listes d´adresses. Avec l´entrée en vigueur du nouveau RGPD, ils risquent des sanctions sévères pouvant s´élever à plusieurs millions d´euros en cas de violation. Le RGPD explique clairement que le consentement du destinataire doit être volontaire, actif, explicite et indépendant d´autres déclarations. La pratique du Double-Opt-In s´est révélée utile, car le destinataire, qui veut s´abonner à une newsletter doit confirmer à nouveau son accord en cliquant sur un lien dans un mail de confirmation.

L´honnêteté et la transparence jouent un rôle de premier plan dans le marketing par courriel et non seulement en relation avec la loi. Les expéditeurs des e-mails commerciaux risquent surtout de perdre leur bonne réputation.Et les e-mails des expéditeurs, dont la réputation est mauvaise, ne sont pas livrés au client final par beaucoup de Fournisseurs d´Accès Internet (FAI) tels que par exemple Yahoo, 1 & 1 ou AOL. Si vous ne craignez donc pas les sanctions légales, vous devriez au moins penser à votre bonne réputation.

Pour conclure : soyez honnête, respectez la loi, veillez à entretenir votre bonne réputation et traitez vos destinataires comme vous voudriez être traités. Le courriel jouera ainsi, pendant longtemps, un rôle important dans vos campagnes marketing.

———————————-

La CertifiedSenders Alliance (CSA) est un projet de listes blanches lancé par Eco (association allemande du commerce électronique). Ceux qui satisfont les critères légaux et techniques de la CSA et emploient sa certification ont l´assurance d´être du bon côté de la loi et de profiter d´une bonne réputation et d´un taux de délivrabilité élevé.

La CSA est aussi le promoteur et l’organisateur du sommet CSA 2018. Cet évènement de trois jours se déroulera cette année du 18 au 20 avril à Francfort am Main autour du thème de la délivrabilité et du nouveau règlement européen sur la protection des données entre autres. Naturellement, on parlera aussi du futur du courriel.

Pour en savoir plus sur le programme et s´enregistrer, rendez-vous sur https://summit.certified-senders.eu/

Contact

eco – Verband der Internetwirtschaft e. V., Lichtstrasse 43H, 50825 Colonia, Alemania.

Tel. +49 221 / 70 00 48 – 0, E-Mail: info@eco.de, Web: www.eco.de

Contact de presse

Thomas Müller, Tel. +49 221 / 7000 48-260, E-Mail: Thomas.Mueller@eco.de

Les habitudes des entrepreneurs les plus brillants [Infographie]

Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Elon Musk… Vous êtes-vous déjà demandé quels sont les secrets de ces chefs d’entreprise à succès ? Une infographie de MBAnoGMAT (voir en bas de page) compile justement les habitudes et les grands principes de vie de certains des entrepreneurs les plus brillants d’aujourd’hui – et d’hier. Voici les principaux enseignements qu’elle […]

Mark Zuckerberg, Steve Jobs, Elon Musk… Vous êtes-vous déjà demandé quels sont les secrets de ces chefs d’entreprise à succès ?

Une infographie de MBAnoGMAT (voir en bas de page) compile justement les habitudes et les grands principes de vie de certains des entrepreneurs les plus brillants d’aujourd’hui – et d’hier.

Voici les principaux enseignements qu’elle nous apporte.

Besoin d’un Développeur
Webmaster
Rédacteur
 ?


Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com et recevez rapidement des propositions de devis.


Un emploi du temps strict

Le entrepreneurs à succès ont en commun d’avoir un emploi du temps à la mécanique bien huilée.

L’infographie remonte jusqu’à Benjamin Franklin, l’un des Pères fondateurs des États-Unis, mais aussi un célèbre inventeur – un startuppeur du 18ème siècle, en quelque sorte.

Franklin suivait une routine très stricte :

  • Levé dès 5 heures du matin, il consacrait 2 heures au choix d’une résolution quotidienne.
  • De 8 à 11H, puis de 14h à 17h, il travaillait, se permettant tout de même une pause déjeuner dont il profitait pour lire ou regarder ses comptes.
  • Il ne se couchait jamais avant 22h.

Mais penchons-nous maintenant sur une figure plus contemporaine : Elon Musk.

Ayant la particularité de gérer deux entreprises à la fois, Musk dédit les deux premiers jours de la semaine à SpaceX et le mercredi et le jeudi à Tesla. Quant au vendredi, il le partage entre les deux.

Il organise d’ailleurs minutieusement ses journées en blocs de 5 minutes.

Quant à Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, il minimise le poids de ses choix afin de prendre un minimum de décisions au quotidien, libérant ainsi du temps pour les idées les plus importantes.

La soif d’apprendre

Les entrepreneurs les plus brillants lisent beaucoup afin d’apprendre de ceux qui ont réussi avant eux et de s’en inspirer.

Warren Buffet, le CEO de Berkshire Hathaway, consacre par exemple 80 % de son temps à la lecture.

Bill Gates, dont vous pouvez retrouvez les citations les plus célèbres dans notre article, déclare qu’il lit 50 livres par an.

Oprah Winfrey, la star de la télévision américaine, est aussi une lectrice assidue.

Faire de l’exercice

Un esprit sain dans un corps sain : c’est certainement un dicton que de nombreux chefs d’entreprise à succès ont en tête.

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

Ainsi, le PDG de Virgin Richard Branson pratique activement le kite surf, la natation ou encore le tennis, tandis que Tyra Banks est partisane de la musculation et du fitness.

Mark Cuban, propriétaire du club de basket des Dallas Mavericks, s’impose quant à lui une heure de cardio-training presque tous les jours de la semaine.

L’importance de l’état d’esprit

Parce qu’une citation de Steve Jobs vaut mieux qu’un long discours :

Je suis convaincu que la moitié de ce qui différencie les entrepreneurs à succès de ceux qui échouent est la persévérance.

Être chef d’entreprise requiert un mental d’acier, ce que ne démentirait pas Thomas Edison, qui a su apprendre de ses multiples échecs pour repousser les limites de l’innovation et déposer plus 1 000 brevets.

L’infographie cite aussi Sheryl Sandberg, COO de Facebook, qui milite activement pour que les femmes accèdent plus souvent à des postes à responsabilité.

La flexibilité est un autre trait de caractère important. Ainsi, Peter Thiel, le cofondateur de Paypal, demande souvent aux autres : “Pourquoi faire des plans sur 10 ans que vous pourriez terminer en 6 mois ?”

Pour en savoir plus, l’infographie est juste ici :

les habitudes des entrepreneurs brillants

Les habitudes des entrepreneurs les plus brillants [Infographie]

Notez cet article

Google propose des recherches associées en pogosticking


Google propose depuis peu un affichage différent des résultats selon que vous affichez une SERP pour la première fois ou que vous revenez dessus après avoir cliqué sur un de ses liens…
On le sait, Google prend en compte dans ses analyses le pogosticking ou comportement de l’internaute dans ses pages de résultats, après avoir cliqué …

Google propose des recherches associées en pogosticking

5 (100%) 1 vote

Google propose des recherches associées en pogosticking

Google propose depuis peu un affichage différent des résultats selon que vous affichez une SERP pour la première fois ou que vous revenez dessus après avoir cliqué sur un de ses liens…

On le sait, Google prend en compte dans ses analyses le pogosticking ou comportement de l’internaute dans ses pages de résultats, après avoir cliqué sur un des liens proposés. Revient-il ou pas consulter la SERP en question ?

Depuis quelques jours (semaines ?), l’affichage des résultats a été légèrement modifié par le moteur de recherche. Raisonnons sur un exemple : imaginons que vous tapiez la requête [formation en ligne seo] sur Google. Un des résultats va ainsi s’afficher d’une manière très classique, comme pour le site Formaseo dans cet exemple :

formation-en-ligne-seo-1
Exemple d’affichage classique d’un résultat dans une SERP Google… Source : Abondance

Vous cliquez sur le lien et vous visitez le site Formaseo (ce qui, en soi, est déjà une très bonne chose 🙂 ). Puis vous décidez de revenir sur les résultats de recherche, par exemple au travers du bouton “Back” de votre navigateur. A ce moment-là, le résultat affiché précédemment va se voir agrémenté de 2 colonnes de “Recherches associées” à la requête saisie au préalable, comme ici :

formation-en-ligne-seo-2
Recherches associées à un résultat dans une SERP Google… Source : Abondance

Notons que les recherches associées ainsi proposées ne sont pas les mêmes en fonction de la page consultée. On peut donc penser que l’algorithme tient compte du contenu de la page distante pour proposer les requêtes en question…

Concours SEO Campus 2018 : les résultats


Abondance vous a proposé la semaine dernière un concours pour gagner un pass pour les 2 jours du SEO Campus 2018 – ainsi qu’un livre SEO – en répondant à une question sur le référencement naturel. Voici les résultats…
La semaine dernière, nous vous avons proposé un concours afin de vous faire gagner un pass 2 …

Concours SEO Campus 2018 : les résultats

5 (100%) 1 vote

Concours SEO Campus 2018 : les résultats

Abondance vous a proposé la semaine dernière un concours pour gagner un pass pour les 2 jours du SEO Campus 2018 – ainsi qu’un livre SEO – en répondant à une question sur le référencement naturel. Voici les résultats…

La semaine dernière, nous vous avons proposé un concours afin de vous faire gagner un pass 2 jours au SEO Campus, plus grand rassemblement de référenceurs en France, au Village des Artistes à Saint Ouen.

Le concours consistait en une charade ainsi énoncée (avec les réponses respectives en rouge) :
Mon premier est souvent appelé balise alors qu’il s’agit d’un attribut : ALT puisqu’on parle souvent de “balise ALT” alors qu’on devrait parler d'”attribut ALT de la balise IMG”.
Mon deuxième était la lettre la plus importante en SEO sur les annuaires : A puisque les annuaires classaient leurs résultats par ordre alphabétique.
Ma troisième est souvent serrée par Google contre les spammeurs : la VIS, bien sûr :-).
Mon quatrième est l’acronyme de l’ère qui voit l’ascension puis le déclin des royaumes d’Arnor et de Gondor : TA pour le Le Troisième Âge du Seigneur des anneaux.
Mon tout est souvent la Madeleine de Proust des vieux référenceurs : c’était donc ALTAVISTA, un moteur de recherche sur lequel de nombreux référenceurs ont appris leur métier.

Depuis vendredi, 841 personnes ont vu la charade et 242 y ont répondu. Seuls 239 étaient dans les délais et 202 ont trouvé la bonne réponse (libellée d’une façon ou d’une autre, pas de problème).

Parmi les mauvaises réponses, on en trouve certaines assez insolites, depuis ceux qui ne sont pas allés jusqu’au bout jusqu’à ceux qui n’ont pas bien compris le concept de charade… Voici un florilège des réponses erronées reçues : Alt, l’attribut alt, keywords, balise meta, attribut a link rel, nofollow, titre, ancre de lien, html, meta description, atterrissage (landing page), altscg, lien, follow, etc. Et nous allons décerner un podium à ces trois réponses :
1. Halte au Black Hat
2. Hreflang, E, consignes aux webmasters, J.R.R Tolkien
3. L’important c’est de participer en cette période de JO-:)
Avec une mention spéciale du jury à “Je cherche encore” et “ALTAVISTA.(Trop tard- C Juste Pour le fun du jeu)” 😀

Bref, les jeux sont faits et le gagnant du Pass 2 jours et du livre “Réussir son référencement web” sera averti dans la journée par mail. Tous les autres participants recevront un code de remise de 60 € pour un pass 2 jours au SEO Camp’us.

Merci à tous pour votre participation et au plaisir de vous voir lors de cet événement à Paris le mois prochain.

logo-seo-campus-paris-2017
Une conférence au SEO Campus… Source : SEO Camp

[Veille marketing] le bouton downvote de Facebook, tendances Webdesign 2018, AMP Stories…

Beaucoup d’informations super intéressantes ont été publiées cette semaine. Si vous voulez être sûr de n’avoir rien loupé sur l’e-marketing, découvrez notre sélection. Au programme : Facebook lance le bouton « downvote », les applications …

Beaucoup d’informations super intéressantes ont été publiées cette semaine. Si vous voulez être sûr de n’avoir rien loupé sur l’e-marketing, découvrez notre sélection. Au programme : Facebook lance le bouton « downvote », les applications Google Chrome pour gagner en efficacité, les tendances UX et Webdesign 2018, Google dévoile AMP Stories…

Job & co’m

job & co'mVoici une sélection d’offres à retrouver sur notre site dédié à l’emploi dans le digital Job & co’m :

CDI / CDD :

  1. Chef de Projets senior Communication/Marketing, Global Vini Services,Toulouse ;
  2. Chargé de Webmarketing Automation – E-Tourisme à La Rochelle ;
  3. Account Manager Marketing Digital à Paris ;
  4. Chargé(e) de mission web-marketing à Bonneuil-Sur-Marne ;
  5. Responsable Marketing Innovation, Paris.

Toutes les annonces en CDI sur Job & co’m

Toutes les annonces en CDD sur Job & co’m

Stages :

  1. Chef de projet marketing digital, Cocoworker, Paris ;
  2. Stage en Marketing, Würth France SA, Erstein ;
  3. Stage Communication sur l’Innovation, EDF, Levallois-Perret ;
  4. Responsable Web-Marketing, La Box à Planter, Nantes ;
  5. Assistant de Communication, Sacem, Neuilly-sur-Seine.

Toutes les annonces de stages sur Job & co’m

Ebook Bonnes Pratiques Twitter

Guides des bonnes pratiques sur Twitter : Twitter a été un véritable accélérateur de visibilité pour Webmarketing & co’m. Bien utilisé, Twitter en plus d’être un formidable lieu d’échanges peut être générateur de trafic et d’activité. Via ce guide, Sylvain Lembert, créateur du blog Webmarketing & co’m, partage avec vous son expérience et ses techniques de communication. Grâce à ces bonnes pratiques, vous aurez toutes les clés en main pour maîtriser Twitter et développer l’audience de votre site. Prix : 9,90€ Télécharger l'ebook Twitter guides des bonnes pratiques

Les 10 pubs YouTube qui ont le plus cartonné en France en 2017

Comme chaque année, Google a révélé la liste des 10 publicités les plus regardées en 2017 sur YouTube. Qui a réussi a tirer son épingle du jeu et à faire le buzz sur la célèbre plateforme de partage de vidéos ? Sans plus de suspens, voici les grands gagnants de l’année 2017. 1) SUPER FROMAGES E01 […]

Comme chaque année, Google a révélé la liste des 10 publicités les plus regardées en 2017 sur YouTube.

Qui a réussi a tirer son épingle du jeu et à faire le buzz sur la célèbre plateforme de partage de vidéos ?

Sans plus de suspens, voici les grands gagnants de l’année 2017.

Besoin d’un Développeur
Webmaster
Rédacteur
 ?


Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com et recevez rapidement des propositions de devis.


1) SUPER FROMAGES E01 – “Noé le Mini Roulé” – BABYBEL

 

4 millions de vues

Le leader 2017 des pubs YouTube en France est pour le moins inattendu : il s’agit de Babybel, qui a réalisé un véritable carton avec ce spot humoristique réalisé par Darewin.

2) MISS DIOR – The new Eau de Parfum

 

58 millions de vues

La marque Christian Dior a elle aussi explosé les compteurs YouTube l’an dernier avec sa vidéo mettant en scène son égérie Natalie Portman.

3) Peugeot 108 x Mika | Colorful Technology

 

2 millions de vues

Le fabriquant d’automobiles Peugeot mise quant à lui sur le chanteur Mika pour cette publicité signée de l’agence Cream : pari gagnant avec plus de 2 millions de visionnages.

4) Court-métrage animé Hearthstone : Jouons à Hearthstone

 

1, 9 million de vues

Le jeu Hearthstone s’est offert une belle vitrine avec ce court-métrage d’animation réalisé par les équipes de Blizzard en personne.

5) iPhone 7 – The Rock + Siri – Journée sous contrôle – Apple

 

1, 9 million de vues

Il aurait été étonnant de ne pas retrouver Apple dans ce classement. Ce champion du marketing nous conte dans ce spot les aventures de The Rock et de l’assistant vocal Siri.

6) Mini Roulés de Babybel® – Le nouveau fromage enroulé

 

1, 6 million de vues

Hé oui, Babybel s’offre le luxe d’apparaître deux fois dans ce palmarès. Cette fois-ci, c’est l’agence Young & Rubicam qui est aux manettes.

7) StarWarsxLeclerc – Pilotage accompagné Version Longue

 

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

1, 8 million de vues

Leclerc a eu le nez creux en surfant sur la sortie de Star Wars 8 – Les Derniers Jedi en fin d’année dernière. Succès garanti !

8) Clash of Clans : How Do We Get Over There ? (Update Teaser)

 

92 millions de vues

En matière de vidéos sur YouTube, Clash of Clans n’a plus rien à prouver (avec 11 millions d’abonnés et plus d’1 milliard de vues en cumulé). Cette publicité est cependant l’un de leur plus gros coups d’éclat.

9) Quand des garçons découvrent une boite de tampons…

 

1, 6 million de vues

Nett a obtenu un très beau succès avec cette vidéo qui sort des sentiers battus, réalisée par l’agence Isobar.

10) AXE YOU – Seb la Frite se met à nu

 

930 000 vues

Axe a fait appel à un YouTubeur célèbre, Seb la Frite, pour tourner cette pub décalée qui permet à la marque de se hisser à la dixième place du classement.

Les 10 pubs YouTube qui ont le plus cartonné en France en 2017

5 (100 %) 2 votes

Programmatique : la télévision prépare (doucement) sa révolution

Si des tests ont bien lieu sur catch-up, le programmatique n’a pas bouleversé la pub TV. A cause de la loi… et d’incompatibilités entre ce mode d’achat et le secteur.

Nombre d’internautes dans le monde

D’après Internet World Stats, le monde comptait 4,05 milliards d’internautes. En 2016, le nombre de personnes ayant accès à Internet s’élevait à 3,7 milliards.

Platform.sh, ce cloud français qui défit Kubernetes

Le PaaS parisien gère le déploiement d’applications aussi bien sur AWS qu’Azure ou le cloud d’Orange. Au sein d’un pipeline sans couture, il automatise la production de bout en bout.

Platform.sh, ce cloud français qui défie Kubernetes

Le PaaS parisien gère le déploiement d’applications aussi bien sur AWS qu’Azure ou le cloud d’Orange. Au sein d’un pipeline sans couture, il automatise la production de bout en bout.

Quoi BonneGueule, qu’est-ce qu’il a BonneGueule ?

Le blog de mode fondé en 2007 est devenu une marque direct-to-consumer, qui s’apprête à ouvrir une cinquième boutique en plus de son site marchand.

Info JDN : les navettes autonomes bientôt autorisées à rouler sans humain à bord

Actuellement, un opérateur doit se trouver dans le véhicule en cas de problème. Un décret en préparation permettra de contrôler ces navettes à distance.

Banques et fintech : et si l’avenir se construisait ensemble ?

Fragilisées par la crise financière de 2007, les banques sont aujourd’hui attaquées par les fintech, les Gafa et BATX qui cherchent à les contourner et séduire les consommateurs en proposant des nouveaux modes de collaboration plus modernes et plus attractifs.

Fragilisées par la crise financière de 2007, les banques sont aujourd’hui attaquées par les fintech, les Gafa et BATX qui cherchent à les contourner et séduire les consommateurs en proposant des nouveaux modes de collaboration plus modernes et plus attractifs.

Percutées de plein fouet par cette révolution du digital et fortement impactées par la pression de l’économie collaborative, les banques doivent repenser leur business model et apprendre à tirer
profit d’un système en pleine mutation.

Une évolution forte, des opportunités à saisir

iBeacon, NFC, QRcode… chaque acteur majeur du marché du paiement mobile
possède sa technologie de prédilection. 
Apple, par exemple, a lancé sa solution de paiement en mobilité avec le
NFC ou encore Paypal qui mise tout sur le iBeacon. Enfin, Google avec Android prônent le HCE (qui permet de sécuriser les transactions dans le cloud) comme
étant la solution unique pour révolutionner le marché du m-paiement. Un constat
face à ses différentes technologies : l’omnicanalité est devenue
incontournable dans la distribution. Faciliter le paiement à l’aide de
solutions innovantes, rapides et surtout sécurisées reste le point phare d’une
expérience client réussie et la meilleure façon pour les banques de tirer leur
épingle du jeu.

Le mPOS est une solution facile d’utilisation qui permet un paiement
électronique sur un terminal sécurisé connecté (smartphone,  tablette ou appareil sans fil). Il permet de
replacer le lien social au cœur des processus de consommation en magasin,
d’éviter le passage aux caisses et les attentes trop longues mais également de
mieux connaître ses clients en collectant des informations jusqu’alors
difficilement récupérables en caisse traditionnelle. De par sa fonction, le
mPOS contribue également à faire évoluer la fonction de caissier vers celle de
conseiller.

Le HCE (Host Card Emulation) propose une approche alternative à celle
utilisée par Apple Pay. La technologie HCE permet de faire communiquer le
smartphone et le TPE sans échanger les données de carte bancaire mais
uniquement un alias qui circule sur le réseau. L’usage est identique au
paiement sans contact NFC. Cette solution récente est le pendant d’Apple Pay
(NFC) pour les utilisateurs Android.

Un beacon est un petit boîtier capteur qui peut “dialoguer” sur un petit
périmètre avec des smartphones ou tablettes par une connexion bluetooth. Certaines banques déploient le beacon dans
leurs agences pour avertir le conseiller bancaire en temps réel de l’arrivée de
ses clients et du motif du rendez-vous. Un moyen supplémentaire pour le
conseiller de pouvoir personnaliser davantage l’accueil de son client. Le
beacon peut être également utilisé à des fins promotionnelles, pour des
programmes de fidélité et à des fins d’analyse (attribution trafic, point de
vente et retail analytics) grâce à des expériences
personnalisées. L’interaction doit être personnelle, pertinente, prédictive,
très intuitive et non invasive.

Sécurité : de vrais leviers
d’action en faveur des banques

Avec l’initialisation des instructions de paiement, l’usage de la carte
bancaire sur le web est sérieusement mis en balance. Le paiement peut
dorénavant être initié directement à partir des comptes du payeur, qui doit
confirmer ses instructions. Le commerçant est assuré d’être réglé, tout en
bénéficiant d’une réduction des coûts de transaction et d’une souplesse accrue
dans les choix de mode de paiement. Les consommateurs profitent eux d’une plus
grande visibilité et d’un meilleur confort de gestion, d’une valeur plus large
des montants et in fine, de la réduction des coûts répercutée par l’effet de
concurrence.

Dans un communiqué publié le 2 juin 2017, la Fédération bancaire européenne (FBE) réitérait ses préoccupations face au “web scraping”, technique qui
permet à un tiers d’accéder aux comptes bancaires du client en son nom et en se
faisant passer pour lui en utilisant ses codes d’accès. Dans le cadre de ladeuxième directive européenne sur les services de paiement (DSP2), la FBE
souligne que les banques européennes soutiennent pleinement la création d’un
écosystème sûr et efficace d’interfaces interopérables (API) pour une
communication fiable entre les tiers de paiement et les banques.  Elle précisait que les interfaces dédiées
(API) sont modernes, sécurisées et permettent de mettre l’ensemble des acteurs
sur un pied d’égalité.

Les fraudes sur des sites de e-commerce étrangers
restent nombreuses. On dénombre 9,1 fraudes sur 1000 achats en ligne en Europe
et 9,6 dans le reste du monde. Un risque justement accru par l’essor des
paiements à distance, e-commerce, drive, paiement mobile, wallets. Créé par Visa et MasterCard et instauré
depuis 2008 en France, le dispositif 3-D Secure vise à sécuriser les
transactions effectuées par carte bancaire sur un site e-commerce ou boutique
en ligne. Il suffit à l’acheteur de renseigner, en plus de ses coordonnées de
carte, un deuxième facteur d’authentification, généralement un code à usage
unique reçu par SMS. Selon une étude menée par Statista, en
avril 2011, 17,9% des paiements en ligne étaient effectués avec ce protocole
contre 35% en avril 2017.

La coopération plutôt que la compétition

Défiées par les fintech qui viennent sur leurs plates-bandes proposer des
services bancaires et financiers parfois en concurrence directe parfois de niche,
les banques traditionnelles diversifient leurs stratégies. Elles engagent des
partenariats, rachètent certaines start-up et investissent elles-mêmes dans la
transformation numérique. Parallèlement, certains établissements envisagent de
faire équipe avec leurs nouveaux challengers, voire de les racheter. Ainsi, selon le World Fintech Report de 2017,
38% des banques pensent investir directement dans des start-up qui développent
des services de banque/finance et 18,6% évoquent un éventuel rachat. Tandis que
29,6% tablent sur la création d’accélérateurs et 34% collaborent avec des
organismes de formation. Les banques et les fintech in fine devraient
favoriser la coopération à la compétition.

 

En 2018, la gestion des services IT sera plus intelligente

Les bots et chatbots utilisent l’IA pour interagir avec leurs utilisateurs sur un mode de conversation pratiquement humain. Et c’est grâce à cela que l’ITSM va devenir plus intelligente et plus utile.

Eviter la rupture de stock avec les robots Cosy

Le JDN a repéré les solutions les plus en pointe pour les magasins lors de la NRF 2018. Découvrez le dixième épisode de notre série vidéo.

La Commission prête à légiférer sur le crowdfunding

Le projet de loi prévoit notamment que les plateformes qui souhaitent procéder à des levées transnationales devront s’enregistrer auprès de l’ESMA, avec un montant maximum de 1 million d’euros par levée sur 12 mois.

Sympa ! 10 CDI et stages en OR en marketing digital et communication

A la recherche d’un CDI ou d’un stage en communication, marketing digital dans toute la France ? Comme chaque vendredi, nous avons sélectionné les offres les plus intéressantes sur notre site d’offre d’emplois marketing Job & co’m : Chef de …

A la recherche d’un CDI ou d’un stage en communication, marketing digital dans toute la France ? Comme chaque vendredi, nous avons sélectionné les offres les plus intéressantes sur notre site d’offre d’emplois marketing Job & co’m : Chef de Projets senior Communication/Marketing, Chargé de Webmarketing Automation, Responsable Marketing Innovation, Assistant Marketing et Communication…

 Job & co’m

Job & co'mSi vous n’avez pas encore créé de compte sur Job & co’m, pensez à le faire dès maintenant, cela vous permettra d’intégrer notre CVthèque et d’être visible auprès d’entreprises recrutant dans le domaine du digital. Pour vous inscrire rendez-vous ici.

Pensez à vous rendre sur nos groupes Facebook ou Linkedin pour rejoindre une communauté dédiée à l’emploi dans le digital.

Et si vous êtes recruteur, créez un compte et bénéficiez de 50% sur la publication de vos annonces avec le code jobcom50 !

Les offres en CDI de la semaine

Toutes les offres d’emploi en CDI sur Job & co’m

Pour déposer une annonce, rendez-vous ici

Les offres de stages de la semaine

Toutes les offres de stages sur Job & co’m

Pour déposer une annonce, rendez-vous ici

La blockchain séduit le monde de l’énegie

La blockchain a trouvé de nombreuses utilités dans les réseaux énergétiques devenant distribués et bidirectionnels.

Première menace de la cybersécurité : le ransomware

Les ransomwares, ces virus informatiques qui rendent illisibles les données informatiques d’un utilisateur, constituent la première menace de sécurité informatique.

Coinbase Commerce : un service destiné aux e-commerçants pour intégrer les paiements en crypto-monnaies

Coinbase est un acteur important du monde des crypto-monnaies qui sert notamment de point d’échange entre le Fiat (argent en devise) et le Bitcoin ou l’Ether (voir notre lexique). Avec le boom du Bitcoin, cet acteur, qui est un des seuls à proposer l’achat de crypto-monnaies par carte bancaire, a pris énormément d’importance. Aujourd’hui, Coinbase […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Coinbase Commerce : un service destiné aux e-commerçants pour intégrer les paiements en crypto-monnaies
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Coinbase est un acteur important du monde des crypto-monnaies qui sert notamment de point d’échange entre le Fiat (argent en devise) et le Bitcoin ou l’Ether (voir notre lexique). Avec le boom du Bitcoin, cet acteur, qui est un des seuls à proposer l’achat de crypto-monnaies par carte bancaire, a pris énormément d’importance. Aujourd’hui, Coinbase va plus loin dans l’intégration des crypto-monnaies dans le monde réel en proposant un service de paiement à destination des e-commerçants. Il permet aux e-commerçants de prendre en charge très facilement les paiement en Bitcoin, Bitcoin Cash, Ether, ou Litecoin.

Ce service nommé Coinbase Commerce arrive à point nommé puisque Stripe a arrêté de prendre en charge les crypto-monnaies le mois dernier. Avec Coinbase Commerce, les sites marchands pourront ajouter une option de paiement en crypto-monnaies, sans intégration complète. Le protocole n’est pas lié à un compte Coinbase, le marchand peut donc recevoir le paiement sur son propre Wallet. Un dashboard très simple permet de gérer l’ensemble de ses paiements et de monitorer la validation des transactions.

Le Blog du Modérateur vous propose :

Pour l’acheteur, le fonctionnement est simple : il suffit de choisir Coinbase Commerce au lieu de Paypal ou de la carte bancaire. Côté e-commerçant, une fois que la transaction est validée et vérifiée, il ne reste plus qu’à fournir le produit ou le service. Shopify va notamment intégrer la solution et la proposer à ses 500 000 e-commerçants. Cette interface pourrait donc devenir très vite un nouveau moyen de populariser l’usage des crypto-monnaies comme moyen de paiement.

Selon l’Arcep, les terminaux mobiles et les GAFAs nuisent à l’Internet ouvert

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de remettre un rapport au ministre d’État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi, qui qui met en lumière le danger des terminaux mobiles et des GAFAs pour l’ouverture d’Internet. Ce rapport complet intitulé « Les terminaux, maillons faibles de l’ouverture d’Internet » estime que le neutralité du net […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Selon l’Arcep, les terminaux mobiles et les GAFAs nuisent à l’Internet ouvert
Suivez nous sur Twitter et Facebook

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de remettre un rapport au ministre d’État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi, qui qui met en lumière le danger des terminaux mobiles et des GAFAs pour l’ouverture d’Internet. Ce rapport complet intitulé « Les terminaux, maillons faibles de l’ouverture d’Internet » estime que le neutralité du net ne passe pas que par les FAI, mais aussi par les terminaux d’accès à Internet. L’Arcep estime notamment que “d’autres intermédiaires ont le pouvoir de limiter la capacité des utilisateurs à accéder aux contenus et services de leur choix sur Internet ». Selon le régulateur, Smartphones, apps et GAFAs seraient donc un frein à la neutralité du net et à l’accès aux contenus. Voici les principaux dangers mis en exergue dans le rapport.

Un monopole des magasins d’applications

Problème pointé par l’Arcep : le monopole des stores. Entre l’App Store Apple et le Play Store Google, acheter un smartphone ou une tablette « revient à choisir un environnement restrictif”. Les applications disponibles sur ces stores sont choisies par Apple et Google selon leurs propres règles, ce qui pose évidemment un problème. Et en s’affranchissant du store natif par un « jailbreak », l’utilisateur peut perdre sa garantie. Il existe des stores tiers, notamment pour Android, mais ceux-ci ne sont pas simples à utiliser.

Les applications pré-installées

On remercie l’Arcep de penser aux utilisateurs en pointant le problème des applications pré-installées, ces applications d’origine qui sont parfois impossibles à désinstaller.

Ces pratiques ont naturellement tendance à détourner les utilisateurs des autres services, même lorsque ceux-ci intègrent de nouvelles fonctionnalités innovantes.

Elles sont parfaitement révélatrices de cette mainmise des constructeurs sur notre consommation de contenu.

Les algorithmes de recommandation

Les algorithmes de prédiction des navigateurs sont un autre problème mis en avant par l’Arcep.

Ce sont les algorithmes de prédiction des navigateurs web qui déterminent quels contenus télécharger par anticipation sur les terminaux des utilisateurs.

L’Arcep fait notamment référence au format AMP qui permet de pré-charger le contenu des pages web.

Le pré-chargement par Chrome de seules pages au format AMP pourrait donc, indépendamment de tout autre facteur de rapidité de chargement ou de qualité du contenu, inciter les internautes à visiter en priorité les pages marquées de l’icône AMP, aux dépens des autres résultats.

La généralisation des formats propriétaires (AMP et Instant Article) pose un vrai problème, et nuit donc encore un peu plus à la neutralité du net.

La compatibilité entre appareils

Autre problème notifié par le rapport, les GAFAs empêchent la compatibilité entre appareils et certains écosystèmes “sont de nature à restreindre artificiellement le choix des utilisateurs”. Exemple parfait : la Home Pod, l’enceinte connectée d’Apple ne permet pas d’utiliser de services de streaming concurrent. Pour profiter de produit il faut nécessairement un abonnement Apple Music. Encore une fois, la victime de ces stratégies est l’utilisateur.

Le danger à venir des enceintes et voitures connectées

L’Arcep s’inquiète aussi de l’accès limité et de la compartimentation inhérents et aux enceintes et voitures connectées. Ces 2 terminaux ne sont pas encore devenus aussi populaires que les smartphones, mais ce sera un jour le cas. Les enceintes connectées seront probablement un point d’accès important à Internet dans les années à venir, mais cet accès sera là encore totalement dépendant de la vision des GAFAs.

Les pistes pour ouvrir l’Internet mobile

Pour remédier à cela, l’Arcep propose plusieurs pistes. Voici quelques propositions phares :

  • Clarifier le champ de l’internet ouvert en posant un principe de liberté de choix des contenus et applications quel que soit le terminal.
  • Réguler  » par la data « , et rendre l’information transparente et comparable pour les utilisateurs, particuliers et professionnels.
  •  Veiller à la fluidité des marchés, et la liberté de passer d’un environnement à l’autre.
  •  Lever certaines restrictions imposées artificiellement par les acteurs-clefs des terminaux aux utilisateurs et aux développeurs de contenus et services.
  • Avoir un meilleur accompagnement des entreprises et des PME face à ces entreprises.

Notons que toutes ces propositions sont à contre courant de l’évolution actuelle du web. Les écosystèmes n’ont jamais été aussi fermés, et on les voit mal s’ouvrir. Quant l’accompagnement des entreprises, Google et Facebook sont justement en train de se positionner pour les former à leurs outils.

Le rapport complet est disponible sur ce lien.

Le Mooc : vecteur d’information massive

Qu’il est loin le temps où le Mooc restait cantonné dans les universités. Il est désormais un outil de choix pour les entreprises qui peuvent recruter et améliorer leur marque employeur.

Inspiration : 15 citations d’Elon Musk

Il a récemment mis sur orbite une voiture de sa propre marque (Tesla), tout cela à l’aide d’une fusée construite par son autre entreprise (SpaceX). Voilà qui en dit long sur l’ambition d’Elon Musk : plus qu’un entrepreneur à succès, un personnage fascinant à bien des égards. Voici justement une sélection de 15 citations d’Elon Musk […]

Il a récemment mis sur orbite une voiture de sa propre marque (Tesla), tout cela à l’aide d’une fusée construite par son autre entreprise (SpaceX).

Voilà qui en dit long sur l’ambition d’Elon Musk : plus qu’un entrepreneur à succès, un personnage fascinant à bien des égards.

Voici justement une sélection de 15 citations d’Elon Musk qui vous donneront envie, vous aussi, de conquérir les étoiles.

Besoin d’un Développeur
Webmaster
Rédacteur
 ?


Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com et recevez rapidement des propositions de devis.


Réfléchissez constamment à la manière dont vous pourriez améliorer les choses et vous remettre en question.Elon Musk

citation d'elon musk

On dit bêtement que l’échec n’est pas une option à la NASA. Ici [chez SpaceX], l’échec est une option. Si vous n’échouez pas, c’est que vous n’innovez pas assez.Elon Musk
Si vous vous levez le matin en vous disant que l’avenir sera meilleur, c’est une belle journée. Sinon, ce n’en est pas une.Elon Musk

citation d'elon musk

La patience est une vertu, et j’apprends la patience. C’est une leçon difficile.Elon Musk
J’aimerais bien mourir sur Mars, mais pas pendant l’impact.Elon Musk
Certaines personnes n’aiment pas le changement, mais il faut adopter le changement si la seule alternative est la catastrophe.Elon Musk

citation d'elon musk

Quand quelque chose a de l’importance, on le fait, même si les chances ne sont pas de notre côté.Elon Musk
La vie est trop courte pour garder de vieilles rancunes.Elon Musk
Je pense que les gens ordinaires peuvent choisir d’être extraordinaires.Elon Musk

citation d'elon musk

La persévérance est très importante. N’abandonnez jamais à moins d’y être obligé.Elon Musk

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

Créer une entreprise, c’est comme préparer un gâteau : il faut doser chaque ingrédient dans les bonnes proportions.Elon Musk
Vous pouvez mettre tous vos œufs dans le même panier, du moment que vous contrôlez ce qui arrive à ce panier.Elon Musk

citation d'elon musk

Si nous revenions quelques siècles en arrière, tout ce que nous considérons comme acquis aujourd’hui passerait pour de la magie : parler sur de longues distances, transmettre des images, voler, consulter d’énormes quantités de données…Elon Musk
Quand henry Ford a inventé des voitures fiables et bon marché, les gens disaient : “Non, mon cheval fait très bien l’affaire !” Il a fait un pari très risqué, et ça a fonctionné.Elon Musk

citation d'elon musk

J’avais le choix entre regarder les choses se produire, ou en être acteur.Elon Musk

Crédit image à la une : Maurizio Pesce from Milan, Italia (Elon Musk, Tesla Factory, Fremont (CA, USA)) [CC BY 2.0], via Wikimedia Commons

Inspiration  : 15 citations d’Elon Musk

5 (100 %) 2 votes

Olivier Bonsart (20 Minutes) invité de #Media, mercredi 21 février à 12h30

Le président et directeur de la publication de 20 Minutes France dévoilera sa feuille de route numérique pour l’année 2018.

SEO Camp’us : l’évènement du search marketing fête ses 10 ans, les 22 et 23 mars à Saint-Ouen

Chaque année depuis 2008, l’association SEO Camp organise l’évènement de référence du SEO en France, qui se démarque notamment grâce à son haut niveau d’expertise autour du search marketing. 500 participants sont attendus au rendez-vous, qui fête ses 10 ans les 22 et 23 mars prochains dans un nouvel espace : Le Village des Artistes à […]

Article publié sur Blog du Modérateur : SEO Camp’us : l’évènement du search marketing fête ses 10 ans, les 22 et 23 mars à Saint-Ouen
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Chaque année depuis 2008, l’association SEO Camp organise l’évènement de référence du SEO en France, qui se démarque notamment grâce à son haut niveau d’expertise autour du search marketing. 500 participants sont attendus au rendez-vous, qui fête ses 10 ans les 22 et 23 mars prochains dans un nouvel espace : Le Village des Artistes à Saint-Ouen. Afin d’en savoir plus sur l’évènement, nous avons posé quelques questions à Dimitri Mallié, coordinateur du SEO Camp’us.

A qui s’adresse l’évènement ?

SEO Camp’us s’adresse aussi bien aux professionnels de l’e-marketing (référenceurs, trafic managers, directeurs marketing…) qu’aux dirigeants et chefs d’entreprise qui cherchent à en savoir plus sur le référencement. En effet, nous avons 3 cycles différents :

  • Un cycle « Inside SEO » assez basique
  • Un cycle « Technical SEO » assez avancé
  • Un cycle « Around SEO » qui est réservé aux thématiques connexes (Google Analytics, SEA, Inbound Marketing, UX, etc)

Le public s’est de plus en plus diversifié au fil des ans avec la venue d’agences, annonceurs, e-commerçants, start-up, étudiants en webmarketing…

Quels sont les points forts du rendez-vous ?

L’évènement est le rendez-vous incontournable de la communauté SEO depuis 10 ans. Peu d’événements peuvent se vanter d’avoir organisé 10 éditions en autant d’années. Plus de 40 conférences de haut niveau y sont dispensées sur 2 journées, avec 3 cycles en parallèle. Une grande soirée est prévue le jeudi soir et des conférences avec des experts anglophones sont prévues le vendredi. Mais SEO Camp’us ce n’est pas uniquement que des conférences. Il y aura aussi des ateliers/workshops, des sessions de certification, un job dating, des cliniques/audits SEO par des experts…

Quels seront les principaux thèmes abordés cette année ?

Sur la quarantaine de conférences prévues, certaines traiteront de sujets très SEO et d’autres seront consacrées aux métiers connexes (Adwords, Analytics, UX, Inbound Marketing…). Les traditionnels rendez-vous appréciés par les participants seront également en marge de l’évènement :

  • La clinique SEO : pour faire auditer gratuitement son site par un expert certifié.
  • Les sessions QASEO et CESEO organisée par les membres du jury CESEO, pour permettre au plus grand nombre de venir passer les certifications gratuitement.
  • Le job dating : un espace dédié aux emplois, recrutements et speed meeting avec notamment les offres d’emploi du moment en SEO.
  • Des ateliers de démonstration : où les sponsors montreront comment leurs outils et solutions (crawler, dashboarding, gestion de projet SEO…) peuvent aider à rendre un site web plus accessible et visible aux moteurs de recherche.
  • La soirée du jeudi : riche en surprise avec de nombreux lots à gagner.

Des nouveautés vont également faire leur apparition, comme les workshops organisés par nos agences adhérentes ou le speed business meeting, pour favoriser encore plus le networking durant l’évènement.

Que pouvez-vous nous dire sur les intervenants ?

Pour les 10 ans, nous avons concocté un programme issu d’un savant mélange de têtes bien connues et de nouveaux experts. Des référenceurs de renom (Olivier Andrieu, Paul Sanches, Sylvain Richard, Olivier Duffez, Wallid Gabteni…) et des professionnels experts dans leur domaine viendront partager leurs connaissances et échanger avec les participants, avec notamment :

  • Vincent Courson (Google), qui viendra parler de la nouvelle Search Console
  • La recherche vocale par Olivier Andrieu
  • Les stratégies de contenu en 2018 par Olivier de Segonzac
  • L’utilisation du machine learning dans le SEO par Vincent Terrasi et Rémi Bacha
  • La Synergie SEO/SEA, ça n’est pas que du bullshit par Florian Marin
  • Inbound Marketing : comment attirer des visiteurs et les transformer en clients par Marie Hillion (Hubspot)…

Pour participer, comptez 400 euros pour les deux jours, 220 euros pour le jeudi (soirée incluse) et 200 pour le vendredi. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel.

La lettre Actu Moteurs numéro 1 000 a été envoyée !


Cette semaine, le numéro 1 000 de notre lettre d’information hebdomadaire et gratuite ‘Actu Moteurs’ a été envoyé. Cela fait donc près de 20 ans que le site Abondance vous informe chaque jour de l’actualité du SEO (et même quand on appelait cela ‘référencement naturel’) et des moteurs de recherche. Et ce n’est pas fini …

La lettre Actu Moteurs numéro 1 000 a été envoyée !

5 (100%) 1 vote

La lettre ACtu Moteurs numéro 1 000 a été envoyée !

Cette semaine, le numéro 1 000 de notre lettre d’information hebdomadaire et gratuite ‘Actu Moteurs’ a été envoyé. Cela fait donc près de 20 ans que le site Abondance vous informe chaque jour de l’actualité du SEO (et même quand on appelait cela ‘référencement naturel’) et des moteurs de recherche. Et ce n’est pas fini !…

Aujourd’hui a été envoyé à ses abonnés le numéro 1 000 de la lettre Actu Moteurs (dont le contenu est également disponible en ligne).

Rappelons que cette newsletter, envoyée par mail à plus de 20 000 abonnés chaque semaine, est gratuite et propose une revue de presse de tout ce qui s’est passé d’important dans le petit monde du SEO et des moteurs de recherche sur la semaine qui vient de s’écouler. Un moyen simple et pratique de se tenir au courant des dernières nouveautés et de faire un veille simple et efficace.

1 000 numéros de cette lettre, c’est près de 20 ans d’archives, de 1998 à 2018 sur tout ce qui s’est passé depuis deux décennies dans notre domaine d’activité depuis l’époque de Yahoo!, Lycos, Infoseek, Northern Light, Altavista et tant d’autres jusqu’aux Google et Bing actuels. Si l’on compte une moyenne d’une dizaine d’articles par semaine, cela représente près de 10 000 posts qui ont parlé de l’actualité des moteurs de recherche et du référencement, 52 semaines par an quasiment sans interruption.

1 000 numéros de cette lettre, c’est également une volonté quotidienne de notre part de vous apporter la meilleure information chaque jour pour que vous puissiez, vous aussi, faire une veille qui soit la plus efficace et de la meilleure qualité possible.

Vou sn’êtes pas encore abonné ? Incroyable ! 🙂 Mais vous pouvez rapidement le faire et recevoir toute l’actu (et pas de spam !) chaque jeudi dans votre boîte mail; Poru cela, il vous suffit d’indiquer votre adresse ici (et de valider le lien reçu en retour par mail) :

Un grand merci en tout cas à tous les lecteurs de cette lettre depuis 20 ans. C’est pour vous qu’elle est conçue !

La prochaine étape (avant le numéro 2000 de la lettre Actu Moteurs, bien sûr, mais ça, on a encore un peu de temps pour en parler 🙂 ) sera la publication, lundi prochain, du numéro 200 de la lettre professionnelle et mensuelle “Recherche et Référencement“, qui propose chaque mois des articles fouillés et pointus pour toute personne désirant mettre en place une veille avancée sur le SEO et les moteurs de recherche. Ce numéro 200 sera disponible aux abonnés lundi 19 février.

Notez que ce numéro 200 sera assez exceptionnel avec près de 20 articles écrits par de nombreux acteurs incontournables du SEO en 2018. Quelques noms (liste non exhaustive) : Vincent Lahaye, Marie Pourreyron, Laurent Bourrelly, Sandrine Bertrand, Olivier Duffez, Mathieu Chartier, Aymeric Bouillat, Sébastien Monnier, Daniel Roch, Thomas Cubel, Benoit Chevillot, François Houste, Sylvain Peyronnet , Guillaume Peyronnet et Thomas Largillier, Phlippe Yonnet, Diane Motte, Jean-Benoît Moingt, Audrey Schoonwater, etc. Que du beau linge 🙂 Alors, abonnez-vous vite !

Comment maitriser Google pour booster son business (en 5 conseils)

Google fascine, car il fabrique une manne financière exploitable par tous : le gisement vocable et sémantique du marché du search, créé par Google en personne. La transformation digitale est annoncée comme une ruée vers l’or… …

Google fascine, car il fabrique une manne financière exploitable par tous : le gisement vocable et sémantique du marché du search, créé par Google en personne. La transformation digitale est annoncée comme une ruée vers l’or…

Et dans cette chasse au trésor, Google est bien assis aux premières loges, pour les raisons suivantes :

Salon Emarketing 2018
  • Plus de 90% des navigations Internet commencent via un moteur de recherche – et donc surtout via Google qui a de loin la part de marché la plus importante sur le marché du search ;
  • 75% des gens ne vont guère au-delà de la première page de Google ;
  • La tendance retail / e-commerce est en train de s’inverser : l’art de la première page Google est devenu un must ;
  • Plus de 3,7 milliards de gens sont connectés à Internet, soit la moitié de la population mondiale : étant donné que l’immense majorité commence par une recherche Google, notre planète est en train de se googleiser.

Google google le monde.

Google a tout simplement développé avec brio un écosystème financier grâce auquel internautes, consommateurs, décisionnaires – et le moteur de recherche lui-même – se retrouvent.

Comment alors, dans un monde en cours de googleisation, maitriser Google pour encore mieux développer son business ?

Les paragraphes suivants présentent 5 conseils.

1. Analyser le mode de fonctionnement de Google

L’objectif de Google est de maintenir son leadership sur le marché du search. La mine quasiment illimitée des mots clés ou des combinaisons de mots clés utilisés par les internautes – auxquels vous ajoutez les différentes acceptions possibles par terme, idiome, adage, expression du langage courant – représente un gisement qu’il s’agit de faire fructifier.

Pour cela, Google va analyser les termes et les phrases que les utilisateurs tapent dans le champ principal de son moteur de recherche. Et il va également crawler les sites internet du monde entier dans l’optique de donner un résultat : celui de Google. Et ceci grâce à un outil que Google a conçu : le Google bot.

Il faut bien comprendre que le Google bot utilise les backlinks pour passer de sites internet en sites internet. C’est ce qui explique notamment sa politique : si Google donne une très grande importance aux backlinks dans la pondération des différents éléments qui lui permettent de fabriquer son classement, c’est parce que ces backlinks permettent justement à son Google bot de crawler les sites – et donc de faire fructifier son business.

Les administrateurs de sites internet qui produisent de nombreux backlinks – via les liens internes et les liens externes – sont donc davantage récompensés que les autres, tout simplement.

Le nerf de la guerre, comme indiqué au début de cet article, c’est la première page de Google. Et comme il n’y a de la place que pour une dizaine de résultats, sur des milliards de réponses possibles, le résultat affiché est forcément arbitraire.

Google calque son modus operandi sur le comportement des cybernautes qui ne consulteront guère plus qu’une dizaine de réponses données. D’ailleurs, les statistiques montrent que la majorité s’arrête à la première réponse donnée. Google adapte donc sa stratégie en fonction du comportement de l’internaute lambda.

Google est une société privée dont l’objectif principal est de développer un chiffre d’affaires conséquent, avec de grosses marges et des parts de marché plus importantes que les autres moteurs de recherche. Aussi vous pourrez développer votre business grâce à Google lorsque vous comprendrez parfaitement son modèle économique, son mode de fonctionnement pour crawler les sites, et son modus operandi lorsqu’il fabrique de toutes pièces un classement.

2. Comprendre les updates Google

Google s’emploie à faire fructifier son moteur de recherche au jour le jour. Il faut savoir que plus de 500 algorithmes sont créés, chaque année. Google change tous les jours. Il est donc capital de bien suivre l’actualité Google, notamment au travers des updates majeurs : Penguin, Panda, Colibri, Possum, etc.

Tous les updates n’ont pas la même importance. Et en fonction des industries, des secteurs d’activité et des industries, tous n’ont pas le même impact sur les millions de sites internet présents sur la toile.

Il s’agit donc de bien comprendre, à chaque update, ce qui va réellement changer pour votre site web. De multiples updates n’ont absolument aucune influence sur le classement Google de tel ou tel site internet.

Illustrons notre propos avec un exemple, celui du projet AMP, qui a fait couler beaucoup d’encre.

De nombreux commentateurs ont dit que Google essayait, avec ce projet, d’avoir la mainmise sur le net, affirmant que les pages en AMP ne seraient désormais plus stockées chez les hébergeurs des sites internet, mais dans les data centers de Google en personne.

C’est un très mauvais procès.

Le projet de Google est in fine de permettre un temps de chargement plus rapide sur les smartphones.

Mais est-ce à dire qu’il faille obligatoirement transformer son site internet en un site AMP ?

Non. C’est bien plus complexe que cela. Si vous travaillez dans une multinationale et que vous êtes à la tête d’un département composé de nombreux développeurs, le sujet de l’AMP vous permettra de leur donner du travail et de dépenser votre budget. Et ils auront en effet tout le temps pour transformer un site internet non AMP en un site internet AMP.

Si vous êtes entrepreneur, vous n’aurez pas le temps d’effectuer tout ce travail de développement AMP, sans parler des aspects financiers liés au travail de développement, la mise en place d’un tel projet étant onéreuse. Le sujet de l’AMP sera un sujet hors sujet. Votre priorité sera avant tout de bien vérifier que le temps de chargement de votre site internet est optimisé.

Si votre site internet fonctionne très bien, Google ne devrait pas s’octroyer le droit de vous pénaliser pour ne pas avoir mis en place la technologie AMP – mise en place justement par Google en personne.

Il faut donc bien s’informer sur les tenants et aboutissants des updates Google. Une analyse superficielle et calamiteuse conduirait à des décisions désastreuses. Le mieux reste de s’informer sérieusement, notamment grâce à de véritables sites de référence tels que MOZ, Web Rank Info ou le site sur lequel vous être en train de naviguer.

3. Avoir un site Google friendly

On l’aura compris, un site internet se doit d’être en phase avec le monde selon Google.

C’est là où la maîtrise des règles de référencement naturel (SEO) entre généralement en jeu. Mais plutôt que de commencer par essayer de comprendre et mettre en application les techniques SEO les plus connues, une stratégie gagnante consistera à commencer plutôt par bien comprendre Google pour encore mieux référencer son site internet après.

Toutes les règles SEO n’ont pas le même degré d’importance. En fonction des secteurs d’activité, de l’évolution de Google et de votre modèle économique, la pondération de chacune des règles SEO dans le classement final peut varier de façon drastique.

Vous gagnerez davantage en adaptant votre modèle économique – et votre site internet – au mode de fonctionnement de Google, plutôt que d’appliquer les lois du search et du SEO sans avoir pensé et donné la priorité aux lois du marché.

C’est d’ailleurs ainsi que vous pourrez mettre en place un avantage compétitif décisif : si vos concurrents ne font qu’appliquer des règles SEO sans réellement penser leur SEO, vous aurez une longueur d’avance dans votre quête de la première page Google. Car lorsque vous penserez, vos concurrents penseront penser sans même s’apercevoir, qu’en réalité, ils ne pensent pas.

Google injecte plus de 500 algorithmes dans son moteur de recherche chaque année. Il est ipso facto impossible de maitriser 100% de tous ces algorithmes, sans compter les conséquences des corrélations de tous ces algorithmes, d’autant plus que Google ne donne pas toutes les informations sur les algorithmes créés par ses techniciens.

En outre, la multitude de ces algorithmes fait qu’ils deviennent souvent contradictoires les uns par rapport aux autres, par la force des choses. Ce fait explique les résultats hallucinants que l’on trouve parfois dans les moteurs de recherche.

Il n’en reste pas moins que les fondamentaux SEO décrits dans les lignes qui suivent vous permettront de partir sur de bonnes bases.

1) Utilisez une technologie de départ qui soit SEO friendly, telle que WordPress, même si d’autres CMS et technologies permettent également l’obtention de très bons résultats en terme de SEO.

2) Apprenez comment améliorer le référencement naturel d’un site WordPress, si vous faites partie des quelques 25% des administrateurs de sites internet ayant opté pour ce CMS.

3) Quelques soient vos choix techniques tout au départ de votre projet, construisez votre site internet en le référençant et référencez-le en le créant : tout comme un train, le Search Engine Optimization est une machine qui a du mal à faire marche arrière.

4) Faites en sorte que votre site internet soit chez un bon hébergeur.

5) Soignez tout particulièrement votre SEO on-page : les titres de vos pages, les permaliens, les balises Hn, alt, etc.

6) Mettez correctement en place, sur votre site web, un fichier site map pour Google.

7) Créez des backlinks de qualité : quelques backlinks provenant de sites de référence dans votre secteur d’activité l’emporteront toujours sur une myriade de backlinks provenant de sites internet avec un faible classement et n’ayant rien à voir avec votre industrie.

8) Soignez les textes d’ancre des backinks que vous allez recevoir, en vous mettant d’accord avec ceux qui les créeront pour vous.

9) Créez une architecture simple : si votre architecture est trop sophistiquée, le Google bot sera perdu et Google ne parviendra pas à comprendre votre site internet.

10) N’oubliez pas l’essentiel : votre performance en termes de SEO n’est pas due en premier lieu au SEO, mais à la qualité des contenus que vous allez fabriquer, publier et diffuser – ce que Google résume en une formule simple qu’il affectionne et diffuse en masse : Content is King.

4. Utiliser les outils Google

Google est une organisation gigantesque mettant à disposition une manne financière éléphantesque qui permet de faire travailler de nombreuses personnes : les employés Google, les spécialistes SEO, les consultants du monde digital, les administrateurs de sites internet qui capitalisent directement ou indirectement sur le marché du search, etc.

Mais c’est également une société qui développe constamment de nouveaux outils permettant aux chefs d’entreprise, décisionnaires et spécialistes du digital de développer leur business et gagner beaucoup d’argent.

Bien sûr, beaucoup connaissent les outils Google tels que :

  • Google Adwords, pour apparaître aux premières loges de la première page Google sur les termes les plus convoités ;
  • AdWords Keyword Planner, un générateur de mots clés Google pour sélectionner les termes lucratifs qui vous apporteront du business sur votre marché ;
  • >Google Search Console – anciennement appelé Google Webmaster Tools – et les Google Analytics, permettant à tout à chacun de recevoir des statistiques sur son site internet (attention, les résultats diffèrent largement d’un outil Google à un outil non Google tel que MOZ, Jetpack sur le CMS WordPress, SEMrush, le Webalizer, etc.) ;
  • Google Trends, permettant de connaître les tendances du moment ;
  • PageSpeed Insights, pour mesurer les performances d’un site web en matière de temps de chargement ;
  • Google Alerts, pour recevoir en temps réel un email informatif chaque fois qu’un nom apparait sur la toile ;
  • Le blog Google, qui représente une mine d’or d’informations pour développeurs, référenceurs, webmasters, consultants digitaux, etc.

Mais peu de gens connaissent d’autres outils Google tels que :

  • Google Public Data Explorer, pour connaître les grandes tendances économiques dans le monde ;
  • Think: Databoard for Research Insights, pour obtenir des études de marché – réalisées par Google – et créer des infographies avec les statistiques de votre marché ;
  • Google Consumer Surveys, qui est un service pour mettre en place de toutes pièces des enquêtes en ligne appliquées aux études de marché (vous pouvez vous en servir pour créer des études et des questionnaires) ;
  • Consumer Barometer, qui permet notamment aux webmarketers de disposer d’informations sur la consommation multicanale (on/off line) ;
  • Think: Customer Journey, pour davantage maitriser le tunnel de vente et le parcours d’achat de vos cyberconsommateurs ;
  • Think: Mobile Purchase Journey, pour modéliser les parcours multi-écrans de vos internautes ;
  • Google Correlate, pour connaître ce que les utilisateurs recherchent lorsqu’ils tapent tel ou tel mot clé, très utile pour trouver les nouveaux champs sémantiques que vous pourrez faire fructifier (l’outil est un parfait complément au AdWords Keyword Planner) ;
  • Google Ngram Viewer, pour connaître les termes populaires sur votre marché ;
  • Google Top Trends, pour connaître les requêtes les plus recherchées, sur un pays donné (l’outil est un parfait complément aux Google Trends) ;
  • Google Zeitgeist, un autre outil pour exploiter les grandes tendances dans le monde ;
  • Doubleclick Insights, qui met à disposition de nombreuses études, livres blancs et articles qui vous permettront d’affiner votre stratégie digitale (l’outil est un parfait complément aux blogs de Google) ;
  • Google Scholar, une interface dédiée à l’éducation, créée par Google.

L’ensemble de ces outils, on l’aura compris, constitue une mine d’or qu’il ne tient qu’à vous d’exploiter pour encore mieux faire fructifier votre business. D’où l’importance d’être conscient de la pléthore d’outils que Google met à disposition de tout à chacun.

Pour en savoir plus, vous trouverez dans l’article suivant une liste d’outils Google : 31 outils Google, utiles au digital marketer, et que vous ne connaissiez pas.

5. Anticiper l’avenir de Google (et donc du search)

Le moteur de recherche de Google est une machine à algorithmes dont la vocation est de transformer le monde. En s’aidant de la transformation numérique, Google développe son moteur de recherche pour mieux le faire fructifier, met en place de nouveaux outils très utiles à tous, et participe à la révolution digitale, à sa façon.

L’organisation de Google, somme toute très mouvante et plus qu’évolutive, vous oblige ainsi, en tant que décisionnaire, à suivre et analyser régulièrement les décisions prises par les employés de la firme de Mountain View – et à analyser correctement les conséquences de leurs décisions.

Comme mentionné précédemment dans cet article, de nombreux sites tels que Webmarketing & Co’m, Web Rank Info et MOZ vous permettront de rester à la page.

Les professionnels qui pourront sortir du lot sont ceux qui sauront, en plus de s’informer correctement, anticiper l’avenir de Google – et donc l’avenir du marché du search, car les autres moteurs de recherche tels que Yahoo, Bing ou Ask adaptent leur stratégie en fonction de Google, tout comme Google adapte sa stratégie en fonction de ces moteurs de recherche. Les concurrents se scrutent, modifient leur stratégie et mettent en place leur plan d’actions opérationnel, en fonction.

Les moteurs de recherche, ce sont avant tout des organisations composées d’êtres humains remarquables qui réussissent vraiment à changer le monde, via la transformation digitale. Suivre l’évolution de Google via les professionnels qui font Google au jour le jour peut s’avérer riche en enseignements – cela pourra même faire la différence.

Google a par exemple été rejoint récemment par Danny Sullivan, spécialiste SEO émérite de renommée mondiale. Il a créé chez Google un compte Twitter sur le search, qui s’intitule @searchliaison, et qui permettra à de ne nombreuses personnes d’anticiper l’avenir de Google – et par extension celui de la société Alphabet à qui la marque Google appartient.

Citons également, en France, le travail admirable de Matthieu Tran-Van, via son site www.matthieu-tranvan.fr.

Ces grands professionnels évitent notamment que le marché du search ne devienne un vulgaire petit Landernau dans lequel la concurrence pourrait faire rage de façon abusée.

Car au vu de la mine d’or que représente aujourd’hui le digital, tout le monde peut bien évidemment réussir sans avoir à devoir obligatoirement se marcher sur les pieds, notamment en appliquant des techniques modernes issues de la stratégie blue ocean : la ruée vers le digital, ce n’est pas le Far West.

Mais alors quelles sont les grandes tendances sur le marché du search ? Car il s’agit bien de ne pas se tromper de train. Voici 5 tendances qui devraient se confirmer dans les années à venir :

a) Le projet Mobile First

Les consultations sur smartphone sont en train de dépasser les consultations sur les autres types de terminal. Google souhaite désormais modifier son modus operandi en fonction. Les rankings attribués devraient donc à l’avenir être directement issus du projet Mobile First : surveillez attentivement la représentation de votre site internet sur vos smartphones, à l’avenir.

b) Le temps de chargement

Le projet AMP a fait couler beaucoup d’encre (cf plus haut dans l’article). Mettre en place un site AMP est techniquement très difficile, c’est peu dire. Avant de vous fourvoyer en mettant en place de toutes pièces un site AMP qui pourrait devenir une usine à gaz, considérez que c’est avant tout le temps de chargement de votre site qui doit avoir la priorité. Plutôt que de faire travailler des développeurs pour transformer un site non AMP en un site AMP, pensez tout simplement à faire travailler un développeur dont la mission sera d’optimiser le temps de chargement de votre site. Cela vous évitera bien des déboires. Ne vous égarez pas.

c) Les outils Google

Après avoir transformé les Google Webmaster Tools en Google Search Console, Google s’emploie à améliorer drastiquement cet outil, avec une plateforme plus conviviale, ergonomique et simple d’utilisation – et de nouvelles fonctions plus adaptées à notre temps. Il en va de même avec les Google Trends, les Google Alerts, les Google Adwords, etc. La liste des outils Google, dont la plupart sont gratuits, est impressionnante : surveillez de près l’évolution des outils actuels et l’apparition des nouveaux outils que les techniciens de Google vont développer à l’avenir.

d) L’optimisation des paramétrages SEO

Les employés de Google emploient certes beaucoup de temps à optimiser leur moteur de recherche en vue d’accroître sa prédominance sur le marché du search. Mais de nombreux algorithmes et updates sont également créés en vue de contrecarrer les techniques fallacieuses développées par de nombreux administrateurs de site web. Le mieux reste d’élaborer une stratégie respectant les règles de l’art.

e) Les backlinks

Comme indiqué plus haut, les backlinks représentent l’élément informatique et technique qui permet à Google de se développer, certains allant même jusqu’à dire : « pas de backinks, pas de Google ». C’est grâce aux backlinks que Google peut aisément passer d’un site internet à un autre, visiter la toile et établir son règne. Les backlinks font partie du SEO off-page. Ils doivent s’inscrire dans une stratégie de netlinking globale, nécessitant une bonne compréhension du modus operandi de Google.

Ces 5 tendances représentent un socle sur lequel vous pourrez construire votre future architecture. Il existe actuellement de très nombreuses autres tendances sur le marché du search, non décrites dans cet article. Beaucoup sont en réalité des modes qui se déguisent en tendances – et qui vont finir par passer.

Prévoir l’avenir du search à la lecture de modes éphémères reviendrait à essayer de lire dans une boule de cristal, avec toutes les extrapolations abusives qui en découleront. Attention : dans le vaste monde du search, les syllogismes à l’inspiration fumeuse et autres règles de trois faciles, commodes, arrangeantes et abusées sont illimités en nombre. Pour maitriser cette corne d’abondance – et vous éviter d’avoir finalement affaire aux affres de quelque expérimentation désastreuse – mieux vaut donc se limiter aux démonstrations solides.

À l’ère des fake news et autres poudres de perlimpinpin, écouter les meilleurs s’avérera être plus que décisif.

Conclusion

Google est vecteur de business.

La mine d’or, ce sont les champs sémantiques, exploitables à l’infini : il faut s’imaginer un gisement qui, de par sa nature, ne viendrait jamais à se tarir.

En cela, Google s’appuie sur une technique ancestrale, tout du moins depuis la création du Verbe : savoir comment vendre et persuader avec les mots.

Avec les tonnes d’informations disponibles aujourd’hui sur le SEO, il est parfois vraiment difficile de savoir qui dit le juste et qui prêche pour sa petite paroisse par intérêt mercantile.

Pour vous aider à faire le tri dans cette masse d’avis divers et variés, voici une information qui vous permettra de prioriser vos actions : les grands professionnels du SEO estiment aujourd’hui que plus de 80% de vos résultats proviendront de 3 éléments, à savoir :

  1. Le Domain Authority (DA) de votre site, celui-ci étant mesurable grâce à l’Open Site Explorer de MOZ, qui n’est pas un outil Google ;
  2. Votre SEO On Page ;
  3. La qualité de vos backlinks (les liens internes et externes) ainsi que le texte d’ancre de ces backlinks.

Concernant les backlinks, sélectionnez en priorité ceux qui proviennent de sites web de référence dans votre secteur d’activité et ayant un Domain Authority très élevé (mesurable grâce à l’outil fourni par MOZ).

Cet article a vocation à vous faire comprendre que vous aurez tout à gagner non pas à partir des règles SEO développées et déclinées dans de nombreux écrits – qui ne seront pas toujours adaptées à votre écosystème – mais de partir plutôt d’une compréhension claire du mode de fonctionnement de Google.

En comprenant Google, non seulement vous comprendrez encore davantage les lois du SEO, mais vous pourrez également travailler sur la pondération de chacune de ces lois dans le résultat de votre classement final dans les moteurs de recherche, en fonction de votre modèle économique.

En domestiquant les principes SEO vous les rendrez plus humains.

Vous pourrez ainsi moduler les lois du SEO en fonction des lois du marché, en gardant toujours en perspective l’intérêt de votre site web. Vous pourrez également véritablement développer votre business sans trop d’embûches. Enfin, vous pourrez mettre sur pied de nouvelles techniques SEO, décisives, que vous ne trouverez nulle part ailleurs.

Car les multiples informations fournies par les très nombreux articles, livres blancs, ouvrages et sites web ont parfois tendance à bloquer la prise de décision. Les arguments des uns et des autres étant souvent contradictoires, les éléments de méthodologie proposés dans cet article ont pour objectif de vous aider à façonner votre propre avis sur les lois du SEO – et de vous forger des certitudes.

En maitrisant Google, vous serez plus à même de savoir quelles actions vous devrez mettre en place en priorité, pour le bien de votre site internet.

Pour réussir, il faudra jauger, doser, peser le pour et le contre, comprendre la masse impressionnante d’informations, pondérer chacun des arguments et appliquer une stratégie gagnante pour figurer correctement, à terme, à la première page Google.

Infographie : Le Content Marketing en Chiffres


Le contenu est roi (et même ROI pour Return On Investment, en anglais) depuis que le Web existe. On appelle aujourd’hui Content Marketing quelque chose de très ancien en fait : le fait de mettre en oeuvre une stratégie basée sur la qualité du contenu mis en ligne par un site web. Voici dans cette …

Infographie : Le Content Marketing en Chiffres

5 (100%) 1 vote

Infographie : Le Content Marketing en Chiffres

Le contenu est roi (et même ROI pour Return On Investment, en anglais) depuis que le Web existe. On appelle aujourd’hui Content Marketing quelque chose de très ancien en fait : le fait de mettre en oeuvre une stratégie basée sur la qualité du contenu mis en ligne par un site web. Voici dans cette infographie quelques chiffres pour mieux comprendre de quoi il s’agit…

Notre infographie du vendredi est proposée aujourd’hui par le site Panda SEO et vous propose de mieux comprendre – au travers d’un certain nombre de chiffres et de statistiques – ce qu’est une stratégie de Content Marketing, ou tout simplement le fait de mettre en place une visibilité et une notoriété basée sur la qualité du contenu mis en ligne par votre entreprise ou votre organisme sur ses sujets de prédilection. Bref, “Content is King” comme on le dit depuis que le Web existe ! (cliquez sur l’image pour en obtenir une version agrandie) :

infographie-content-marketing
Infographie : Le Content Marketing en Chiffres. Source : Panda SEO.

La semaine SEO du 9 au 15 février 2018 : Http, SEO Camp’us, Nom de Domaine et Google Images


Petit rappel sur l’actualité du SEO, du référencement naturel et des moteurs de recherche en France et dans le monde pour la semaine qui vient de s’écouler (du 9 au 15 février 2018)…
La newsletter “Actu Moteurs” (hebdomadaire et gratuite) numéro 1000 de cette semaine a été envoyée le jeudi 16 février. Vous pouvez vous abonner à …

La semaine SEO du 9 au 15 février 2018 : Http, SEO Camp’us, Nom de Domaine et Google Images

5 (100%) 1 vote

La semaine SEO du 9 au 15 février 2018 : Http, SEO Camp'us, Nom de Domaine et Google Images

Petit rappel sur l’actualité du SEO, du référencement naturel et des moteurs de recherche en France et dans le monde pour la semaine qui vient de s’écouler (du 9 au 15 février 2018)…

La newsletter Actu Moteurs” (hebdomadaire et gratuite) numéro 1000 de cette semaine a été envoyée le jeudi 16 février.

Vous pouvez vous abonner à cette lettre (si ce n’est déjà fait 🙂 ) et recevoir toute l’actu (et pas de spam !) chaque jeudi dans votre boîte mail en indiquant votre adresse ici :

Voici un petit compte-rendu de l’actualité du SEO/référencement et des moteurs de recherche pour la semaine du 9 au 15 février 2018 :

 
Infographie : 11 critères de classement YouTube
Le SEO sur les vidéos se rapproche plus la plupart du temps du SEO sur YouTube. Aussi, il est important de comprendre comment fonctionne le moteur de recherche pour obtenir une meilleure visibilité. Cette infographie, présentant les résultats d’une étude menée sur le sujet, devrait vous y aider…
 
 
Chrome affichera des alertes de sécurité sur tous les sites en HTTP à partir de juillet 2018
Fin d’un long suspense : c’est finalement au mois de juillet prochain que le navigateur Google Chrome affichera systématiquement un message d’alerte indiquant que le site n’est pas sécurisé lorsqu’une page sera en HTTP. Il vous reste donc encore quelques mois pour migrer votre site vers des URL sécurisées, si ce n’est pas encore fait…
 
 
Goossips : Sitemaps XML, Paid Linking
Quelques infos sur Google et son moteur de recherche, glanées ici et là de façon officieuse ces derniers jours, avec au programme cette semaine quelques réponses à ces angoissantes questions : Un fichier Sitemap XML peut-il changer de nom souvent ? Les gros sites peuvent-ils acheter ou vendre des liens, de façon plus permises que les petits ? Etc.
 
 
Comment assister gratuitement au SEO Campus 2018 ?
Abondance vous fait gagner un pass pour les 2 jours du SEO Campus 2018 – ainsi qu’un livre SEO – en répondant à une question/énigme sur le référencement naturel. A vos claviers pour participer gratuitement au grand rassemblement des référenceurs français au mois de mars prochain…
 
 
Nom de Domaine : Mot-Clé ou Marque ? Vidéo SEO
Lorsque vous définissez le nom de domaine de votre site web, vaut-il mieux, en termes de SEO, choisir un mot clé (matelas-mousse.com) ou une marque (nom-de-votre-entreprise.fr) ? Pas si simple. Voici quelques pistes qui vous serviront à prendre votre décision….
 
 
Google Images supprime certaines fonctionnalités de recherche
Le moteur d’images de Google vient de supprimer deux boutons de recherche de son interface, suite à la résolution d’un litige initié en 2016 par la société Getty Images…
 
seo referencement naturel
L’actualité SEO du 9 au 15 février 2018. Source de l’image : DR

Google Images supprime certaines fonctionnalités de recherche


Le moteur d’images de Google vient de supprimer deux boutons de recherche de son interface, suite à la résolution d’un litige initié en 2016 par la société Getty Images…
C’est sur Twitter (via le compte récemment créé par Danny Sullivan à cette fin) que Google a officiellement annoncé une modification au niveau de la …

Google Images supprime certaines fonctionnalités de recherche

5 (100%) 1 vote

Google Images supprime certaines fonctionnalités de recherche

Le moteur d’images de Google vient de supprimer deux boutons de recherche de son interface, suite à la résolution d’un litige initié en 2016 par la société Getty Images…

C’est sur Twitter (via le compte récemment créé par Danny Sullivan à cette fin) que Google a officiellement annoncé une modification au niveau de la recherche sur Google Images, avec la suppression du bouton “View Image” à droite de l’image affichée, une fois cliquée. En revanche – et heureusement -, il est toujours possible de visiter le site contenant l’image en question (via le bouton “Visit” ou “Consulter” en français).

Cette décision vient après la récente résolution à l’amiable d’une plainte de Getty Images contre Google pour pratiques anti-concurrentielles lancée en 2016. La suppression du bouton de visualisation de l’image unique fait du deal contracté à cette occasion, comme Google l’a reconnu par la suite, là aussi sur Twitter…

Google indique également que le bouton “Search by image” a été supprimé, mais que la fonctionnalité de recherche par image continue de marcher et reste disponible depuis la page d’accueil du moteur. Voir illustrations ci-dessous…

google-images-bouton-view-image.png
Suppression du bouton “View Image” à droite de l’affichage des images. Source : Google
google-images-bouton-view-image.png
Rendu sur Google Images France. Source : Abondance

Le tweet officiel de Google. Source : Twitter

Oui, la France a besoin d’une (profonde) réforme de la formation professionnelle

La réforme de la formation professionnelle est vitale pour l’avenir de la France. Elle ne peut se contenter de mesurettes. D’autant plus qu’elle peut considérablement réduire le chômage et permettre de recruter des compétences rares.

Comment les éditeurs consolident leur suite marketing

Depuis une dizaine d’années, on ne compte plus les acquisitions d’entreprises ou de technologies par les éditeurs leaders du marketing digital. Résultat, nous assistons à un phénomène de concentration structurant aboutissant de plus en plus à des offres globales.

Depuis une dizaine d’années, on ne compte plus les acquisitions d’entreprises ou de technologies par les éditeurs leaders du marketing digital. Résultat, nous assistons à un phénomène de concentration structurant aboutissant de plus en plus à des offres globales.

Pour y voir plus clair, nous avons établi un panorama des
éditeurs leaders couvrant tout ou une partie de la chaîne de valeur Marketing
Digital. Impulsés par des réflexions Customer et Data Centric, les besoins
annonceurs s’orientent de plus en plus vers des solutions de type Marketing
Cloud capables à la fois d’identifier, de clusteriser, d’activer et d’animer
des audiences sur les canaux digitaux. Pour y répondre, les grands éditeurs se
sont lancés dans un mouvement de consolidation en rachetant nombres
d’entreprises dans l’optique de fortifier leur mix-marketing. Deux différences
majeures caractérisent ces éditeurs :

–             L’ADN des
suites Cloud :
Rappelons que ces acteurs viennent d’univers différents même
s’ils tendent tous à monitorer l’ensemble des points de contact client : CRM
pour Salesforce et Oracle, marketing pour Adobe, Selligent et IBM, web pour
Google et SAP.

–             Intégration
vs connexion :
Les rachats de technologies sont gérés différemment suivant
l’éditeur. Ainsi, comme Google, Adobe, Selligent ou SAP, certains intègrent
l’ensemble de la solution nouvellement acquise à leur écosystème en la
redéveloppant, quand d’autres type Oracle ou Salesforce préféreront construire
des connecteurs entre les différentes briques de leur mix-marketing afin
d’assurer une opérabilité immédiate et garantir une certaine pérennité à leurs
bases installées respectives.

Concentrons-nous sur une analyse par sphère de
compétence

CRM & Marketing relationnel

Si les éditeurs leaders se partagent le gros du marché de
l’e-CRM, certaines spécificités business se dégagent. Ainsi, Adobe avec sa
version ACS (Adobe Campaign Standard) ou Salesforce avec ExactTarget en mode
SaaS, continuent d’être très présentS auprès des acteurs du marché B2C ;

Avec les rachats de Responsys et d’Eloqua et profitant de sa
légitimité forte sur le marché du CRM force de vente, Oracle se positionne
également de plus en plus sur la gestion unifiée de la relation client, que ce
soit en B2C ou en B2B. L’approche Leads Generation étant l’apanage des outils
spécialisés, les éditeurs Oracle avec Eloqua et Salesforce avec Pardot ont
investi ce sous-secteur en complément de leurs offres Sales Cloud respectifs.

Quant à Selligent, il se distingue par la possibilité de
disposer de plusieurs modèles de données sur la même instance ce qui va dans le
sens des agences ou des organisations complexes.  Enfin, SAP se lance également dans la gestion
des campagnes marketing avec Hybris Marketing Solution.

Web & Marketing Digital : DSP – DMP – Analytics –
Personnalisation – TMS

Présent sur l’ensemble de la verticale web, Adobe profite de
cette intégration 360 pour proposer une expérience client et marketing unifiée.
Un point fort présent également chez Google, aboutissant à une gestion
optimisée du parcours client dans un système très intégré. De leur côté, Oracle
et IBM sont aussi engagés dans ce mouvement constituant progressivement une
chaîne de valeur globale. Seul Salesforce paraît ne pas avoir investi pour le
moment cette verticale en terme de web Analytics.

Notons toutefois que grâce à la gratuité de ses outils,
Google est présent chez une majorité d’annonceurs, alors qu’Adobe, IBM et
Oracle demeurent eux sur-représentés chez certains secteurs d’activité précis
(média – retail – télécommunication…). De par son positionnement historique
métier, SAP est lui parvenu à étendre son scope d’ERP à solution cloud globale.

Concernant le marketing digital, hormis IBM et dans une
moindre mesure SAP, tous les grands éditeurs misent sur l’activation d’achat
média avec des solutions plus ou moins complètes. Sur ce marché, Google et
Adobe se disputent le leadership : le premier sur la partie DSP (Demand Side
Platform) avec une DMP (Data Management Platform) en construction via le
lancement de sa suite 360 ; et le second sur la partie DMP et le rachat de
l’ex-DSP TubeMogul permettant de gérer au sein d’une interface unifiée
campagnes de programmatique et de SEA.

Le petit dernier, Selligent, étend son offre cloud aux problématiques
web via le rachat à l’automne dernier d’un moteur IA pour de la recommandation
Web / email qui s’enrichira des données de la brique site, l’outil de tracking
web de l’éditeur éponyme.

Social

La brique sociale a été l’un des premiers axes
d’investissement de Salesforce (notamment Radian6) déjà pour compléter l’offre
de support client puis rapidement pour l’étendre au marketing relationnel.

Oracle et Adobe ont suivi de près avec principalement une
double assise listening & publishing marquant aujourd’hui le pas face à des
suites sociales complètes comme Sprinklr ou Hootsuite. C’est pour cette raison
que ces briques sont en train d’être revues.

SAP, Selligent et IBM ont décidé d‘avoir des approches
différentes en complétant et en développant leur brique social marketing, alors
que Google reste à date absent du management des réseaux sociaux.

E-Commerce et CIAM

Alors qu’Oracle, Salesforce et SAP ont investi fortement la
sphère e-commerce à coup de gros rachats, Adobe, Selligent et Google sont
toujours absents du dernier maillon transactionnel. L’enjeu majeur réside dans
l’accessibilité d’une interface de gestion clé en main à disposition des
annonceurs pour digitaliser leur business.

Il y a 3 ans, le Gartner officialisa l’existence du secteur
du CIAM (Customer Identification Access Management) et cela s’est traduit fin
2017 par le rachat du leader Gigya par SAP qui complète ainsi le leadership de
son offre e-commerce. Salesforce propose aussi une approche intégrée de la
gestion des contacts.

Par contre, tous les autres acteurs se penchent sur
l’opportunité d’aller sur ce secteur qui a aussi l’avantage de proposer un
référentiel client et une solution d’engagement intégrée à leur Cloud. Une
nouvelle bataille d’acquisitions va être lancée en 2018 pour les acteurs que
nous avons listés mais également avec les spécialistes des réseaux sociaux tels
que Sprinklr, lequel vient d’annoncer le lancement de sa DMP social. 

En conclusion, après l’ERP des années 90 puis le CRM des
années 2000, le Cloud Marketing est la martingale de notre décennie. Les
éditeurs leaders investissent massivement pour compléter leur suite logicielle
et ainsi rattraper leur retard sur les Google, Salesforce, Oracle et Adobe
dominant respectivement le Digital Marketing, le CRM et le Marketing
Relationnel.

Les annonceurs devront alors se poser 3 questions majeures
pour s’orienter vers la Suite Marketing la plus pertinente compte tenu de leurs
besoins :

– Où est
mon besoin prioritaire : Marketing Automation, e-commerce, génération de trafic
… ?

– Dans
quels départements de mon entreprise ces suites logicielles sont-elles déjà présentes : e-commerce,
commerce, marketing, finance…

– Qui
dirige l’entreprise : le commerce, le marketing ou le pôle finance ?

C’est le croisement des réponses de ces 3 questions qui va
certainement supplanter la décision finale liée aux fonctionnalités ou aux
performances.

Cyril Fleuret & Jeremy Lacoste

NB : panorama non exhaustif regroupant les éditeurs sur
lesquels Waisso a développé une expertise pour accompagner ses clients

Uber : la double victoire du CEO, l’IPO en ligne de mire

Le compromis trouvé avec Google qui accusait le groupe de vol de technologie est moins important que prévu. Surtout, Dara Khosrowshahi a la voie libre pour organiser l’introduction en bourse.

Le design au service de l’amélioration de la Supply Chain

Dans un monde de plus en plus compétitif, les disruptions se multiplient et affectent la bonne santé d’une entreprise. Pour prospérer, les entreprises doivent revoir le design de leur supply chain, encore trop linéaire.

Lydia lève 13 millions, nouveau signe de la maturité du paiement entre particuliers

Porté par l’arrivée des Gafa et un marché européen très favorable, en particulier l’Hexagone, le secteur du paiement entre particuliers enchaîne les investissements record.

Steal Our SEO Report Template (and Make It Even Better)

Look at their SEO reports. Bad SEO Reports: Bloated with loads of pointless data, (or not enough data) and little/no useful advice for a client. It’s basically just a data dump. Good SEO Reports: Summarises key data, provides commentary on any fluctuations

Read more ›

The post Steal Our SEO Report Template (and Make It Even Better) appeared first on SEO Blog by Ahrefs.

How do you tell the difference between a good SEO consultant and a bad one?

Look at their SEO reports.

  • Bad SEO Reports: Bloated with loads of pointless data, (or not enough data) and little/no useful advice for a client. It’s basically just a data dump.
  • Good SEO Reports: Summarises key data, provides commentary on any fluctuations and provides actionable insights. It not only shows a client what work has been done, it explains why.

From the quick export to the detailed 100-page monstrosity, there is no definitive SEO report. And no matter the length and depth of your report, they take a while to create.

So it’s time to answer a question:

Do you want to create good SEO reports or just okay-ish ones?

What is an SEO report?

SEO reports give an overview of how a website is performing in search engines.

Their focus is typically on domain metrics, organic traffic, and rankings. But they also highlight any work done by the SEO agency or freelancer.

Good SEO is based on planning and actually doing the work day in, day out. An SEO report is the analysis of this planning and work combo, in order to see the effects produced.

It goes without saying really: without analysing your work, how do you know it’s working?

But an SEO report isn’t just for your benefit, primarily it’s for your clients.

Without the client being sat next to you while you work, they are going to have no way of knowing what you are doing.

Usually, the report is the only way they will be able to see the work you are doing (or the effects of it at least). So an easy to digest report allows clients to vet your work and justify why they keep paying you.

An effective SEO report conveys three things:

  • Progress: Not only is this the knowledge you are giving the client (why they hired you), the report should also show progress. E.g. How much you have grown their site that month? And how have you moved the needle since the last report?
  • Insights: Your knowledge of things that apply directly to your client, specifically: highlighting issues and areas that still need work over the upcoming months.
  • Recommendations: What you would recommend the client do to reach their goals?

Your client wants to see how their money is being spent. They want to understand the work being done on their site. And they want to track progress.

Get ready for acronym overload:

Basically, they want to see the ROI of SEO.

In short, a client wants proof that paying for SEO is bringing in a positive return on investment for their company.

Which leads on nicely to…

What do clients want to see in an SEO report?

This is really dependent on the client, which feels like a non-answer. But different clients will want to see different things.

However, there are some things all clients will want to see and know:

  • SEO Health: Overview of technical problems and errors that may affect SEO visibility.
  • Backlink Health: See the type of backlinks pointing at the client’s site.
  • Ranking Progress: See how rankings have changed and to keep tabs on any potential drop-offs.
  • Organic traffic progress: Quickly understand organic traffic and see what pages are driving traffic.
  • Sales/ Leads: Show clients tangible ROI gained from SEO.

Pulling together this data is only a means to an end.

An SEO report isn’t just a data dump. It’s all about helping a client to make sense of this data.

Don’t try and play smart and overwhelm clients with graphs and numbers.

Plot twist: Clients are people too.

Most people would rather cancel a service that they find hard to understand. Your job (and by extension the SEO report’s job) is to help clients make sense of things.

Any SEO worth their salt needs to be looking for trends and exploring why and how metrics correlate with one another. And this needs to be communicated to the client in an easy to read and informative report.

How long does it take to create this?

You can easily spend hours upon hours exporting data, cleaning it up, copy and pasting it, downloading graphs and so on.

But is this the best use of your time? Is this the best way to spend your client’s money?

Creating an aesthetically pleasing report can convey marketing capability and help the client understand what you are actually doing.

But remember:

Don’t get sidetracked making really fancy reports. There’s a fine line between presentable and indulgent.

A report that’s all style and no substance is only going to help you for so long.

That’s where report templates come in.

So how do I make an SEO report?

There are three things that go into making an SEO report that a client really wants to see. An effective client SEO report needs to:

  1. Pull data;
  2. Explain it;
  3. Make further recommendations

Just like you, clients are busy spinning plates and wearing lots of hats (figuratively, not literally).

A clear marketing report goes a long way in helping them see impactful highlights (without reading an overly long report).

Steal our SEO report template

Our reporting template is by no means the best out there, nor is it a one-size-fits-all solution.

But it is a great starting point to create your first SEO report. Or to maybe just provide some structure to an existing report.

To get started creating SEO reports your clients will actually want to read, you are going to need a few tools to work with and to modify our template:

First things first, click here to make a copy of the SEO report template.

Editor’s note

To do this, hit File > Make a copy…

How to make a copy of the SEO report template in Google Drive.

Give the template a name, choose where you want to save it (on your Drive), then hit OK.

You will now have a fully-editable copy of the file on your Google Drive.

Please do not request edit access to the original document. We cannot grant this permission as it will destroy the original template for everyone else.

Plus, it sends me annoying email notifications. So please don’t do it! 🙂

Joshua Hardwick

Be sure to change the colour scheme to either match your branding or your clients. Likewise, you can also add your own logo and your clients URL.

Sidenote.

If you need to get to grips with using Google Slides before getting started, check out the guides in the Google Learning Center.

Other than the time it will save you, the main advantage of using this template is its flexibility.

You can tailor the slides to suit your client’s needs, as well as your service offerings.

Focused on local SEO? Tailor the organic traffic slides to specific locations to highlight what geographical locations are bringing in the most traffic.

Focused on producing high-quality content? Drill down to the content pages that generate the most backlinks.

The point is, these templates are here to save you time. Tailor them to your needs and off you go.

Just because it’s a template, doesn’t mean it has to be a boring copy and paste job. (although granted, there is some copy and pasting involved here)

Ready to build your SEO Report? Let’s get started.

1. Title Card

The first slide is the easiest part of the report to create.

Add in the date/month of the report, your own logo, as well as your client’s website URL and you are good to go.

Make sure to change the date to the reporting month. It’s surprising how easily this can be overlooked!

Once you’ve finished the title slide, it’s time to move on to the actual SEO reporting.

2. Summary

A summary page works as an effective intro page to your report. You can summarise key items in the marketing campaign for the month, or maybe highlight significant wins.

It can be as simple as a quick blurb using concise natural language (without being condescending). Or it can be a detailed summary of all the online marketing work you have done that month.

This effort can go a long way. Especially in companies where reports get passed around between departments.

A good summary provides context to your client and turns your SEO report into a story.

What type of things can you include?

  • Big and small tasks completed during that reporting period;
  • Items that are being actioned or that require attention;
  • A brief summary of increases (or decreases) in organic traffic;
  • Any upcoming meetings, tasks, etc.

3. SEO Health Overview

This is where you’ll give a snapshot of the website’s health; an overview of technical problems and errors that may affect SEO visibility.

To get this data:

Go to the Ahrefs Site Audit tool.

Run your clients site through the tool.

On the overview page, you’ll be able to grab a screenshot of the health score, URLs crawled and page types.

Copy this into the slide under the ‘This month’ heading.

What’s useful about the audit tool is you can schedule it to run. It would be a good idea to run this monthly so you have new stats each month to compare it to.

Sidenote.

If you have only just started using the audit tool and have no previous data to reference, don’t worry. Just delete the ‘Last month’ box for now. In future, to get data from previous crawl reports go to Site Audit > Project > All crawls.

In the text box provided on the slide, you can give some insights into what’s gone up or down, and why this might be the case.

What type of things can you include in your report? Well here are some of the most common SEO issues:

Duplicate content & low word counts

Go to Reports > Content quality. This will show you duplicate content clusters and word counts of pages on your client’s site:

Having duplicate content on a site is a no-no. Aside from being of no use to visitors (and therefore search engines), you’ll have pages competing with each other in the SERPs.

This will negatively affect rankings because search engine crawlers won’t know what pages to serve up.

As for word count, while there is no minimum word count for a page, Google does rank more in-depth content higher. Therefore it’s safe to say that low word counts are not going to rank as well.

Missing alt tags & broken images

Go to Resources > Images to see missing alt tags:

Although search engines are pretty advanced, when it comes to images they still need a little help. This is where alt tags come in to help them understand what the images are about via text descriptions.

Site Audit will visualize missing alt tags, image sizes and load times which can then be added to your report.

HTML issues

Specifically, these issues are most commonly to do with title tags, H1 tags and meta descriptions. Go to Internal > HTML tags for a sweet graph that visualizes all of these:

Broken links

Go to Reports > Outgoing links and you’ll be able to see if your site has too many on page links, temporary redirects & Broken internal and external links.

Broken links are inevitable. As a website grows, links get changed (without being redirected) and you get 404 pages. It happens. And it becomes a big problem when you’ve got hundreds of 404 pages.

A user landing on a 404 page is not getting the information they wanted, which can result in loss of traffic.

They also waste your crawl budget. If a search engine crawler visits your site and sees a mountain of broken links, there’s a chance your working pages won’t get crawled and indexed.

Identify broken links in the Site Audit tool and fix them. Make a note of how many you fixed and add this to the report to let your client know.

4. URLs Crawled

This slide goes into more detail about the SEO health of the site; focusing on the health score and number of URLs crawled.

The website might have a lot more or a lot fewer pages by the time you recrawl it, which will affect the total number of issues.

So it would make sense to show your client not only the difference between the current and previous month but also the full progress since you took over their website, relative to the number of existing pages of their website.

To find these graphs, go to Project history in Site Audit. At the top, you’ll see graphs for URLs crawled and a breakdown of the health score.

5. SEO Health

Depending on your comments on the previous slides, this is here to enable you to go into more detail about aspects of SEO Health.

Here you can mention further specific SEO health tasks that have been completed for that month. And then provide the relevant graph.

To the left of the Site Audit tool, under reports, you’ll be able to generate different reports on technical aspects of performance, such:

  • HTML tags: Title lengths, duplicates, missing meta descriptions;
  • Content: Word counts and duplicate content;
  • Links: Link types, incoming and outgoing;
  • Performance: Page speed — how fast is your website loading?

6. Backlink Profile Overview

Next up is the backlink profile: showing the client the type of backlinks pointing at their site and the organic traffic they are driving.

One of the biggest challenges of SEO is link building. The backlink overview section is a chance to communicate with clients this importance.

This slide will show the backlink health in more detail, like new & lost domains.

Go to Site Explorer.

Take a screenshot of the backlink profile (Ahrefs rank, referring domains, new & lost) and paste it into the slide.

Depending on what you are focussing in on backlinks-wise, you can choose to show new and lost domains or the anchors cloud. Both of these are found in the Backlink profile overview.

7. Backlink Profile

This slide is designed to allow you to go into further detail about your link building work done during the month.

It can include:

  • The number of backlinks you earned for the client;
  • The quality of the links you gained;
  • Top Anchor Texts;
  • Number of any links were lost;
  • How much traffic your new links are bringing in

Ahrefs overview report displays useful visual information about how the site is performing. A quick glance at the graphs shows whether SEO is driving the site in the right direction.

To get these graphs, go to Site Explorer and enter domain then explore.

This will show the overview report for the domain. You’ll see the graphs on the backlink profile tab. Take screenshots of the referring domains and pages and add into the slide.

8. Organic Search

One of the things about SEO most clients want to know is: “is it working and where is my traffic coming from?”

You can use Ahrefs’ Site Explorer to quickly understand organic traffic and see what pages are driving traffic.

Let’s start with traffic and keywords:

Ahrefs’ tracks millions of keywords (hello big data), and so whenever a client’s website is seen in the top 100 for any of those millions of keywords being tracked, the keyword graph will go up.

How does this help clients know their SEO is working?

Even if traffic isn’t going up yet, the mere fact that more of their keywords are entering the top 100 means that your SEO has started working. It’s like Rank Tracker on steroids.

Clients want to see how traffic has changed since you began doing SEO.

In Site Explorer, go to the organic search tab.

Copy the two graphs showing traffic and keywords.

Don’t forget to manually type in the traffic and keywords per month figures. Sorry, no copy and pasting here! But you don’t want your clients to miss the great results you got them.

Tip: View Traffic by Country

Did you know Ahrefs allows you to view organic traffic by country, too?

This may be useful for clients that aren’t US-based, as you can show them that their traffic is coming from their target market/country they’re from.

To the right of the organic traffic graph is a list of countries, click one or select from the drop-down:

What you are looking for here is sudden peaks to indicate things working well (such as a blog post going viral) or drop-offs to indicate that something has stopped working.

Be sure to communicate this to your client in the bullet points provided.

9. Organic Positions

Not only is it useful to show clients the organic traffic you are driving to their website, but also how this is distributed across the keywords. Ahrefs’ position distribution history graphs do this nicely:

To get to it, while on the Organic search tab of Site Explorer, just scroll down and you’ll find it below the keywords graph.

These graphs show the spread of organic rankings across the website pages. They give a rounded view of how the organic keywords are performing across the site by showing:

  • The top 3 positions;
  • Positions 4 -10;
  • Positions 11–50

10. Organic Keywords

You can’t really have an SEO report without mentioning rankings. Not only are they an essential part of search visibility, they are a good indicator of whether your online marketing strategy is working.

On the next slides, you’ll be able to showcase organic rankings, how these rankings have changed and keep tabs on any potential drop-offs.

More specifically, you can show clients the keywords that bring in the most traffic, but at this moment might be different from those that they actually wish to rank for.

By keeping them in the loop about the best performing keywords and pages, you will help your clients better understand what kind of search traffic their website gets.

Leading on from the organic traffic analysis, this slide is made up of 2 screenshots from the organic search tab in Site Explorer.

Before we report on the keyword rankings you are tracking, you’ll want to identify search terms that are bringing in traffic using Ahrefs’ organic keyword tool.

Ranking number 1 for a keyword that brings in zero traffic is pretty pointless and a perfect example of a vanity metric.

To get your top organic keywords, on the Site Explorer overview, go to the organic search tab. Then scroll down and you’ll see your top 5 organic keywords. These are the keywords that bring the most organic traffic to your site.

Screenshot them and add them to the slide.

11. Ranking Visibility

It wouldn’t be an SEO report if we didn’t mention rankings now, would it?

Go to the Rank Tracker tool and select your client. Take a screenshot of the overview widget and add to the slide.

As a good overview of your client’s most important keywords, you can show them performance over time. Clicking on the positions widget shows how many keywords are in Top 3, 4–10, 11–50, etc.

In the top left, you can toggle between desktop and mobile views. But for even more SERP data, you can click on the widgets and toggle for a more detailed view.

You can get small graphs showing trends of Visibility, Avg. Position and Traffic (for these specific keywords).

These graphs give a quick overview of your keywords you are tracking. Specifically:

  • Visibility: the percentage of all clicks for the tracked keywords that go to your client’s website.
  • Average position: self-explanatory really, but the average ranking position across all keywords from 1 to 100.
  • Traffic: this is Ahrefs estimation of organic traffic going to a URL (calculation based on search volume and website position).
  • SERP features: how many SERP features (featured snippet, image pack, video etc) are present for the tracked keywords.
  • Positions: the number of keywords that have seen an increase or decrease in position.

12. Ranking Insights

This slide shows your client what is happening in the search results for their keywords in terms of SERP features. The ones that they can own, and the ones that they cannot own.

You can click on any feature to put the focus there. For instance, on the screenshot above you can see that there are a ton of Featured Snippet opportunities among the tracked keywords, but the client’s website is hardly ranking in any.

Not only can you show your client SERP features they are missing, but you can also show the features they are appearing in. This shows them that the SEO is working.

It’s useful to show these graphs to your client because they show how people are engaging with their website. And therefore give you evidence to back up your suggestions

For example, say you notice an increase in keywords appearing in the Image pack:

You can then suggest to your client that they produce more content featuring high-quality images and prioritise image optimization.

Tip: Keyword Quick Wins

With Ahrefs, you can really drill down into your client’s keywords

Using Ahrefs’ filters, you can run an organic keyword report to show keywords ranking at position 5 for high volume keywords.

Here’s how:

Site Explorer > Enter domain > Organic Search > Organic Keywords

Ahrefs' Organic Keywords report.

From here, you’ll want to apply some filters.

Position from: 5 to 10

Volume from: 1,000+

And hit apply.

This will generate a list of keywords that can be classed as ‘quick wins’. I.e. keywords that are ranking fairly well, but can be pushed up the rankings with a little SEO.

You know the drill: add more internal links, new backlinks or more content to boost these pages.

Maybe you could add the results of optimising for these quick wins in next months report.

13. Ranking Progress

Whether you agree with tracking keyword rankings or not, they do help convey search visibility to a client.

By using tags in Rank Tracker, you’ll be able to show your clients keyword rankings without boring them with pages and pages of rankings.

The Tags feature allows you to label keywords so you can group them. For example, if your client was a car garage, you could use tags to group together their different offerings.

  • Winter tyres, budget tyres, run flat tyres etc could be tagged under Tyres.
  • Car diagnostics, MOT testing, exhaust repairs etc could be tagged under Servicing.

If you are only tracking a handful of keywords, you could include them all in the report. On the other hand, if you are tracking hundreds of keywords you could filter out only 10–20 of the most crucial keywords that a customer cares about the most.

However you decide to show your client rankings, the good thing about them is: even if your traffic is not going up, rankings can tell you if the website is moving in the right or wrong direction.

What do you want to show clients?

  • Total number of ranking keywords
  • Amount of organic traffic generated by those keywords
  • What URL is ranking for these terms

14. Next Month

After sending your client all this data and graphs, you need to give them a plan of what you will be working on next month to continue improving SEO or fixing things that are holding the website back.

A quick to-do list that lays out your actions for next month will suffice.

This has two benefits:

  1. It lets your client know what is on your plate for the next month.
  2. It reinforces the idea that they should continue paying you to do good work.

Feel free to modify our sample SEO report

So there you have it. A fully customisable SEO reporting template to give to your clients. Check out our sample report below:

Download the sample SEO report.

The best way to think of this report is as a base to build upon. You can customise it however you please, adding data from Google Analytics (e.g. for sales/leads) and other sources to really tailor it to your client.

By utilising our reporting template (that you can use for every client), you’ll automate a lot of your workflow and save yourself hours per month.

Just think of all those meta descriptions you can re-write now!

It might not be your favourite part of SEO, but putting together reports for clients can be a useful exercise for both yourself and clients.

A clean and well-written report lets your clients see the hard work you are doing and hopefully helps to demystify your SEO work.

Feel free to edit and tweak the template to suit yours and your client’s needs. If you think we’ve missed anything, let us know in the comments below.

Les innovations retail les plus marquantes du mois de janvier 2017

Ce mois-ci, nous vous transportons dans le nouveau magasin de Mystor-e alliant IA et digital. Digitalisation des points de vente d’Auchan, nouvelle boutique connectée de La Grande Épicerie, service de géolocalisation des produits de Leroy Merlin ou encore premier Amazon Go sans caisse… Voici les 5 innovations de janvier 2017.

Ce mois-ci, nous vous transportons dans le nouveau magasin de Mystor-e alliant IA et digital. Digitalisation des points de vente d’Auchan, nouvelle boutique connectée de La Grande Épicerie, service de géolocalisation des produits de Leroy Merlin ou encore premier Amazon Go sans caisse… Voici les 5 innovations de janvier 2017.

Après un test dans dix magasins,
Leroy Merlin met en place un service de géolocalisation des produits qui est
accessible depuis l’application mobile de l’enseigne et qui repose sur la
technologie de « trilatération » de Pricer ; cette technologie permet,
une fois que les acheteurs sont à l’intérieur du magasin, d’optimiser leurs
itinéraires d’achats et de les guider vers les produits et les promotions
qu’ils cherchent. Le système communique avec l’étiquette électronique et
celle-ci lui répond. Pour repérer les smartphones des clients en magasin,
l’enseigne rajoute des beacons BLE.

Après 6 mois de test chez Leroy
Merlin, Pricer va équiper sur 2018 l’ensemble des 126 magasins. Le mobile
devient donc une boussole utile pour le client afin qu’il trouve directement
ses produits instore !  

Pour en savoir plus, cliquez
ici
 

La Grande Épicerie :  le magasin parisien connecté

La Grande Épicerie vient d’ouvrir
son second magasin dans le 16e arrondissement à Paris. Afin d’améliorer l’expérience
client et de fluidifier la gestion opérationnelle de ses deux points de vente,
l’enseigne a équipé son nouveau magasin avec de nouveaux matériels
connectés.  

 « Nous
voulions du matériel de dernière génération car il s’agit d’un magasin vitrine

», détaille le directeur des systèmes d’information du groupe.  Pour ce faire, La Grande Épicerie a mis en
place une solution de gestion digitale des files d’attente afin de limiter l’attente
en caisse par la remontée en temps réel des données clients. Elle a, de même,
équipé son magasin de 10 600 étiquettes électroniques communicantes pour
l’affichage des prix au rayon épicerie, 30 balances connectées Bizerba et 17
bornes wi-fi. 

L’enjeu d’intégration des
équipements connectés dans la stratégie « temps réel » de la Grande Épicerie
permet à l’enseigne de proposer davantage de fluidité dans la remontée des
informations et une expérience shopping augmentée. Un bel exemple de réussite
« phygitale » !

Pour en savoir plus, cliquez ici

Mystor-e : L’alliance ente le e-commerce et le magasin physique 

Mystor-e,
une startup israélienne qui ambitionne de rendre le parcours d’achat offline
aussi fluide et efficace qu’il peut l’être online, souhaite importer
l’expérience e-commerce au sein des magasins physiques, le tout sous le slogan
: « Recommander le bon produit, à la
bonne personne, au bon moment
»

Elle vient de présenter, à New
York, sur l’espace « Innovation Lab » du NRF Retails’Big Show 2018, ses
innovations instore au premier rang desquelles se trouvent ses écrans
intelligents disposés au cœur des rayons.  Avec sa solution alliant intelligence
artificielle et analyse prédictive, l’entreprise épouse le concept du phygital
en développant des écrans digitaux dotés d’une caméra à l’intérieur des
magasins ; ces dernières, capables de reconnaître le sexe, l’âge et le
style du client qui passe devant, affichent ensuite un contenu personnalisé en
fonction du profil du client et lui propose finalement des produits
susceptibles de lui correspondre. De même, toutes les données sont restituées
en temps réel sur un tableau de bord pour le retailer. L’expérience client est
donc enrichie par la personnalisation qui permet aux deux parties – client et
retailer – d’être totalement satisfaites. Comme le déclare Greg Jones,
responsable du Global Retail chez Microsoft: « Les magasins physiques ne disparaîtront jamais parce qu’ils sont
l’essence même du commerce de détail, mais ils doivent offrir une vraie
expérience client au lieu d’être uniquement une destination d’achat
». On est bien d’accord !

Pour
en savoir plus, cliquez ici  

Auchan : La digitalisation de l’expérience client

Créée en
1961 par Gérard Mulliez, Auchan est une enseigne française de grande
distribution et l’une des premières sociétés européennes ayant adopté les
concepts de centre commercial et de galerie marchande. Le groupe multiplie
toujours les essais pour marier le digital avec ses magasins.

En
cette année 2018, Auchan, à l’instar de Carrefour ou Casino, entend monétiser
sa connaissance du consommateur en reliant les clients et leur ticket de caisse
en magasin, à leur comportement sur le Web. C’est via les millions de cartes de
fidélité de ses clients – qui permettent par ailleurs de recueillir leur
consentement – que l’enseigne digitalise les comportements d’achats en magasin.
Ainsi, le groupe possède des données offlines exclusives sur le comportement et
les habitudes d’achat réelles et quotidiennes de ses clients à l’intérieur de
ses 641 points de vente en France. Une manière de se positionner sur le marché
de la data en utilisant habilement la fidélité de ses clients…

Pour
en savoir plus, cliquez ici  

Amazon Go : Un magasin sans caisse centré sur l’expérientiel

Après une année de tests réservée
aux seuls employés de la société, le premier magasin Amazon Go vient d’ouvrir
ses portes au grand public dans la ville de Seattle. C’est en supprimant les
caisses grâce à l’intégration de l’intelligence artificielle que la firme met
fin aux files d’attente.

Pour ce faire, les clients sont
simplement invités à scanner leur smartphone à leur entrée en magasin ; des
caméras et des capteurs installés au plafond repèrent ensuite les articles
qu’ils déposent dans leur panier et les facturent sans qu’ils aient besoin de
scanner les produits. Le client reçoit ensuite sa facture directement sur son
application. À l’entrée, des bornes comparables à des tourniquets de métro
laissent le passage aux seuls clients munis de l’application Amazon Go. Néanmoins,
en dépit de la suppression de ce point de friction, il est tout de même
important de noter que le visiteur recherche toujours un contact humain qu’il
concerne le conseil, l’information ou le simple échange d’amabilités ce qui
ramène à l’éternelle question : et les émotions alors ?

 Pour en savoir plus, cliquez ici
  

DSP2 : une révolution qui bouscule la banque et l’e-commerce

La DSP2 va permettre d’harmoniser les règles en matière de paiement en Europe, favoriser la concurrence dans les services financiers, protéger les consommateurs et faciliter l’émergence de nouveaux business models..

Les Américains passent 5 ans de leur vie sur les réseaux sociaux

Ils consacrent plus de temps aux réseaux sociaux qu’à manger et boire, prendre soin de leur apparence physique ou nouer des relations sociales.

Le high performance data analytics : l’avenir du HPC au service de l’IA

Longtemps utilisé pour la simulation, le calcul haute performance est aujourd’hui un outil au service du big data analytics et de l’intelligence artificielle.

Facebook intègre un VPN qui espionne vos données

En 2013, Facebook a racheté Onavo Protect, un client VPN. Ce VPN est maintenant proposé dans le menu Facebook sur iOS, et il redirige vers l’App Store afin de télécharger l’app. Son implémentation est en cours de déploiement et le service est déjà proposé à certains utilisateurs iOS en France. Un VPN peut s’avérer très […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Facebook intègre un VPN qui espionne vos données
Suivez nous sur Twitter et Facebook

En 2013, Facebook a racheté Onavo Protect, un client VPN. Ce VPN est maintenant proposé dans le menu Facebook sur iOS, et il redirige vers l’App Store afin de télécharger l’app. Son implémentation est en cours de déploiement et le service est déjà proposé à certains utilisateurs iOS en France. Un VPN peut s’avérer très pratique pour sécuriser et anonymiser sa connexion : masquer son IP, protéger ses données personnelles, empêcher la localisation de la connexion… Mais quand on passe par un VPN proposé par Facebook, il faut dire adieu à la confidentialité de ses données. C’est un vrai problème, et d’après l’utilisation des données faite par Facebook, il semble préférable d’utiliser une autre solution.

L’utilisation d’Onavo va en effet surtout servir à donner des informations à Facebook sur la navigation mobile des utilisateurs. Onavo est en effet autorisé à monitorer la navigation sur les apps tierces. Cela permet notamment à Facebook de savoir quelles fonctionnalités sont utilisées sur une application. Grâce à Onavo, Facebook a pu savoir comment les utilisateurs se servaient de Snapchat, et quelles fonctionnalités il était intéressant de reproduire. L’application revendique déjà 33 millions d’utilisateurs, et reste très évasive (dans sa version française en tout cas) sur ses liens avec Facebook. Ils sont pourtant bien réels, et problématiques.

Erez Naveh, product manager chez Onavo a réagi à la polémique sur l’utilisation des données de navigation des utilisateurs en expliquant que cela servait à reconnaître les stratégies des sites malveillants. Une excuse un peu facile, mais tout à fait dans les habitudes et les éléments de langage habituels de Facebook.

The app may collect your mobile data traffic to help us recognize tactics that bad actors use. Over time, this helps the tool work better for you and others.

Rappel utile : un bon VPN est généralement payant. Ces apps ont accès à vos données de navigation, il est important de ne pas les laisser traîner n’importe où sur des services douteux.

Quand le comité de direction détruit la marque employeur

Pour attirer et fidéliser les talents, il est nécessaire de développer une marque employeur forte. Cela passe bien souvent par le comité de direction. Trop d’entreprises n’ont pas conscience de cela.

Cette filière qui ne connaît pas la crise…

A l’heure des questions d’orientation des futurs bacheliers, le débouché est un vrai critère de choix. Et un secteur se porte bien : celui de l’hôtellerie-restauration . Le nombre de salariés a bondi de 25 % entre 2005 et 2017 pour dépasser, aujourd’hui, le million de personnes.

3 livres à gagner sur le community management, le référencement WordPress et la révolution digitale

C’est le grand retour des jeux concours, avec une nouvelle sélection de livres à découvrir et à gagner ! Toujours autour du web, les 3 œuvres sélectionnées traitent du community management, du référencement WordPress et de la révolution digitale. Samuel Bielka partage des techniques avancées pour une communication digitale réussie dans « Le guide du Community […]

Article publié sur Blog du Modérateur : 3 livres à gagner sur le community management, le référencement WordPress et la révolution digitale
Suivez nous sur Twitter et Facebook

C’est le grand retour des jeux concours, avec une nouvelle sélection de livres à découvrir et à gagner ! Toujours autour du web, les 3 œuvres sélectionnées traitent du community management, du référencement WordPress et de la révolution digitale. Samuel Bielka partage des techniques avancées pour une communication digitale réussie dans « Le guide du Community Manager », Daniel Roch donne les clés pour « Optimiser son référencement WordPress », et Jean-Michel Huet & Adeline Simon illustrent les enjeux du digital dans les entreprises dans « Les nouvelles frontières du digital ».

Le guide du Community Manager

Utilisés pour informer, communiquer, faire connaître des produits, vendre des services ou développer une activité, les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de notre quotidien. Mais comment bien les utiliser pour en tirer profit ? En effet, si leur utilisation parait simple, il est nécessaire d’en connaître toutes les subtilités pour véritablement exploiter leur potentiel. A destination des étudiants, community managers ou encore responsables communication et marketing, l’œuvre de Samuel Bielka vous aidera à maîtriser les techniques avancées pour une bonne utilisation des réseaux au quotidien.

Optimiser son référencement WordPress

De nombreux sites sont édités via WordPress, CMS le plus utilisé au monde. Grâce à son oeuvre, Daniel Roch permet à ceux qui souhaitent améliorer le référencement naturel de leur site WordPress de le faire de la meilleure des manières. Vous pourrez en effet apprendre à :

  • Optimiser les réglages de base ainsi que les extensions et thèmes WordPress
  • Réviser et perfectionner vos bases en référencement naturel
  • Réaliser un audit sémantique pour définir la structure idéale de votre site
  • Auditer votre site WordPress pour en corriger tous les défauts
  • Décrypter vos statistiques de trafic et soigner les temps de chargement…

Et bien d’autres choses encore ! L’ouvrage fournit toutes les astuces et conseils pour transformer le CMS en véritable outil de référencement et de visibilité, vous donnant ainsi les clés pour en optimiser la structure, les réglages, les extensions, thèmes et même les contenus.

Les nouvelles frontières du digital

Jean-Michel Huet et Adeline Simon ont mobilisé de nombreux auteurs pour fournir une analyse complète de la révolution digitale au sein des entreprises. Economie des plateformes, ubérisation, nouveaux modèles de financement, expèrience utilisateurs… l’oeuvre traite de nombreux sujets d’actualité pour les managers, cadres ou entrepreneurs qui évoluent dans le secteur du numérique. Illustrés par de nombreux cas pratiques et des exemples concrets, l’ouvrage s’adresse aussi bien aux étudiants qu’aux praticiens qui souhaitent comprendre les enjeux du digital dans leur organisation.

Pour participer au concours, répondez à ces quelques questions avant le vendredi 23 février (le tirage au sort aura lieu ce jour-là).

SEO et ranking : 3 tendances phares pour 2018

Mot-clés pertinents, expressions de longue traine, backlinks, maillage interne, meta description, contenus de qualité… Est-ce que ces bonnes pratiques sont suffisantes pour apparaître en première page ? Pas toujours ! Les règles des moteurs de recherche, Google en tête de liste, ne peuvent être entièrement maîtrisées et le souci, c’est qu’elles changent (et se compliquent ?) perpétuellement. La ‘’science […]

Mot-clés pertinents, expressions de longue traine, backlinks, maillage interne, meta description, contenus de qualité… Est-ce que ces bonnes pratiques sont suffisantes pour apparaître en première page ? Pas toujours !

Les règles des moteurs de recherche, Google en tête de liste, ne peuvent être entièrement maîtrisées et le souci, c’est qu’elles changent (et se compliquent ?) perpétuellement. La ‘’science du ranking’’ s’actualisant année après année, il est préférable de se mettre au goût du jour.

Quelles pratiques SEO privilégier en 2018 pour optimiser vos pages et générer plus de trafic ? Codeur.com vous offre quelques pistes dans les lignes qui suivent.

Besoin d’un Développeur
Webmaster
Rédacteur
 ?


Déposez gratuitement votre projet sur Codeur.com et recevez rapidement des propositions de devis.


1) L’impact grandissant de la vidéo

En 2018, misez sur le contenu vidéo. Google apprécie que vous vous serviez de YouTube, une plateforme qui lui appartient.

Une étude de SearchMetrics démontre que 55 % des résultats de recherche Google contiennent au moins une vidéo. Les vidéos apparaissent également dans l’onglet de recherche d’images Google.

Mais ce n’est pas l’unique raison. Le constat est que les gens pressés préfèrent  les contenus vidéo, car ceux-ci les déchargent d’une lecture assidue et… longue. Déjà en 2015, 76 % des internautes accordaient plus d’intérêt aux contenus vidéo des marques.

Cette tendance va s’accentuer en 2018 : les vidéos instruisent facilement et rapidement d’où leur succès.

2) La tendance est aussi à la recherche vocale

La recherche vocale connaît de plus en plus d’adeptes et déjà en 2016, Google annonçait que  20 % des requêtes de recherche provenaient de la recherche vocale.

Par ailleurs, dans une interview, le moteur de recherche fait entendre qu’il diffuserait, dans les années à venir, les rapports de recherche vocale dans le rapport Google Analytics de Google Search Console.

Qu’est-ce que cela implique pour vous ? Quand les gens parlent au lieu de taper, ils ont tendance à utiliser plus de mots. Niveau SEO, cela signifie qu’il faut accentuer l’utilisation des mots-clés de longue traine. Vous ne les utilisez pas ? C’est le moment de vous y mettre !

3) La recherche mobile prend aussi du galon en 2018

Les dernières annonces de clients qui recherchent un freelance sur Codeur.com :

Vous cherchez un freelance ? Déposez un projet

Il y a plus d’un an, Google annonçait son intention d’accorder la priorité aux sites web mobiles ou responsives pour la recherche mobile.

À partir de juillet 2018, un autre critère mobile s’ajoute : le moteur de recherche va également prendre en compte la vitesse d’une page pour le référencement sur mobile.

Cela implique aussi que c’est le site, tel qu’il se présente pour la recherche mobile, qui servira de référence à Google, plutôt que son comportement sur ordinateur.

Faire partie des sites les plus indexés par Google en 2018 passera donc par ce critère. Les webmasters doivent se préparer à ce changement (s’il n’est déjà établi) en adoptant un modèle Mobile First.

Vous voulez grimper dans les résultats de recherche en 2018 ? Tenez compte de ces 3 tendances pour optimiser votre site internet.

Cependant, tout le monde ne s’improvise pas professionnel du SEO : trouvez un consultant en référencement naturel sur Codeur.com. Il pourra réaliser un audit de votre site et vous indiquer les axes d’amélioration à suivre.

SEO et ranking  : 3 tendances phares pour 2018

4.7 (93.33 %) 3 votes

Les publicités intrusives sont bloquées sur Google Chrome à partir d’aujourd’hui

Google déploie ce jeudi son « filtre publicitaire » sur Chrome. Objectif : proposer aux utilisateurs du navigateur le plus populaire du marché une expérience plus fluide. On récapitule les formats concernés, les raisons de cette nouveauté, l’incidence pour les éditeurs et ce qu’il faut faire si des publicités intrusives sont repérées sur son site. Quelles sont […]

Article publié sur Blog du Modérateur : Les publicités intrusives sont bloquées sur Google Chrome à partir d’aujourd’hui
Suivez nous sur Twitter et Facebook

Google déploie ce jeudi son « filtre publicitaire » sur Chrome. Objectif : proposer aux utilisateurs du navigateur le plus populaire du marché une expérience plus fluide. On récapitule les formats concernés, les raisons de cette nouveauté, l’incidence pour les éditeurs et ce qu’il faut faire si des publicités intrusives sont repérées sur son site.

Quelles sont les publicités concernées ?

Commençons par le plus important : les formats publicitaires concernés par le filtre des publicités de Google Chrome. Nous verrons ensuite comment ils ont été choisis. Google a décidé de sanctionner 4 formats desktop et 8 formats mobiles.

Les formats publicitaires bloqués sur desktop et sur mobile

Voici les publicités qui seront bloquées par Google Chrome, sur desktop et mobile :

  • Les pop-up
  • Les vidéos en autoplay avec du son
  • Les publicités « sticky », situées en bas de l’écran, si elles sont trop hautes
  • Les interstitiels avec un compte-à-rebours affichés avant le contenu (prestitial)

À noter que sur mobile, les interstitiels affichés avant le contenu seront bloqués dans tous les cas (qu’un compte-à-rebours avant fermeture soit imposé ou non). À noter également que la taille maximale des sticky ads devrait être équivalente à 30% de l’écran, selon les informations du site dédié, Coalition for Better Ads.

Les formats publicitaires bloqués uniquement sur mobile

Google bloque aussi les formats suivants, mais uniquement sur mobile :

  • Les publicités visibles sur plus de 30% de l’écran
  • Les publicités animées, « qui flashent »
  • Les interstitiels avec un compte-à-rebours affichés après le contenu (postitial)
  • Les publicités « plein écran » affichées lors du scroll

Tous ces formats publicitaires sont présentés dans cette infographie. Vous pouvez consulter cette page du site Coalition for Better Ads pour obtenir plus de détails sur les formats concernés par le blocage des publicités par Google Chrome.

Pourquoi Google bloque ces publicités sur Chrome ?

Google avance plusieurs faits pour justifier sa décision :

  • Les utilisateurs de Google Chrome peuvent faire des commentaires sur leur expérience de navigation : 20% concernent la publicité indésirable.
  • En 2017, la fonctionnalité « Mute This Ad » a été utilisée 5 milliards de fois
  • Les taux d’adblocking sont élevés, notamment en Europe

En France, 11% des internautes bloquent les publicités sur leur navigateur (très majoritairement sur desktop, contrairement aux internautes asiatiques qui bloquent surtout les publicités sur mobile). La carte ci-dessous permet de visualiser l’adblocking dans le monde (source : PageFair, février 2017).

Google rappelle que lorsqu’une personne utilise un bloqueur de publicités, il bloque les publicités de tous les sites – « même ceux offrant de bonnes expériences publicitaires. Le blocage des publicités est un soucis pour le Web et [Google essaye] d’aborder le problème en amont de l’installation d’un ad blocker ».

Google s’est associé avec plusieurs grandes entreprises du secteur, au sein de la Coalition for Better Ads : AppNexus, Criteo, Facebook, l’IAB, Microsoft…

Une étude a été réalisée auprès de 25 000 internautes pour établir la liste des formats publicitaires « trop » intrusifs. Les 12 formats ci-dessus ont ainsi été déterminés.

Mon site web est-il concerné ?

Google permet aux webmasters de savoir si leur site web est concerné, via le rapport d’Expérience publicitaire (Ad Experience Report), accessible depuis les « Web Tools » de la Search Console.

Les éditeurs de sites web peuvent analyser l’expérience desktop et mobile de leur site web pour savoir s’ils intègrent des publicités bannies par Google Chrome. Vous pouvez afficher des exemples pour identifier les publicités concernées.

Lorsque Google repère ces publicités, vous avez 30 jours pour vous mettre en conformité (avant que le filtre des publicités soit appliqué sur votre site).

Quel est l’impact de cette mesure ?

Google fournit quelques données permettant de mesurer l’impact de cette mesure :

  • Moins de 1% des sites sont concernés. « Sur 100 000 sites web évalués en Amérique du Nord, moins de 1% ont reçu un simple avertissement ou sont en échec et verront leurs publicités filtrées s’ils ne corrigent pas le soucis ».
  • En 8 mois, 37% des sites non-conformes sont devenus conformes. Le rapport d’Expérience publicitaire est disponible depuis début juin 2017. « 37% des sites qui n’étaient pas conformes avant cette date, le sont désormais ».
  • Les standards ne s’appliquent qu’à l’Amérique du Nord et l’Europe, car l’étude préliminaire réalisée auprès de 25 000 internautes a été effectuée sur ces marchés. « Le filtre des publicités dans Chrome s’appliquera aux sites dont la majorité du trafic provient d’une de ces deux zones ».

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter ce blogpost de Chromium qui détaille le fonctionnement technique de l’adblocker intégré à Google Chrome.

Comment bien définir sa stratégie Social ads ?

À l’heure où le social média domine le marché publicitaire du display, l’élaboration de sa stratégie Social Ads devient un élément fondamental. La fin annoncée du reach organique va contraindre les marques à encore plus de subtilités pour …

À l’heure où le social média domine le marché publicitaire du display, l’élaboration de sa stratégie Social Ads devient un élément fondamental. La fin annoncée du reach organique va contraindre les marques à encore plus de subtilités pour toucher ses cibles. C’est peut-être la fin du « bricolage » avec Business manager / Power editor de Facebook, et la mise en place de plus de réflexions sur le sujet. Voici quelques éléments structurants que vous devez mettre en action pour avoir une stratégie social ads efficace…


Créer de l’engagement avec Qualifio

QualifioDéçu(e) des résultats de vos publications et campagnes sur les réseaux sociaux ? Peut-être est-ce un problème de format ! Les jeux-concours et autres formats interactifs sont souvent bien plus viraux que les contenus classiques. Ils vous permettent à la fois d’engager votre audience et de collecter des données précises sur vos prospects. Avec Qualifio, découvrez comment créer et publier 40+ formats de contenus interactifs tels que des quiz, des tests de personnalité ou des concours photo, sans aucune compétence technique !


1. Savoir cerner sa concurrence sur les réseaux sociaux

Social AdsDans l’élaboration d’une stratégie, la concurrence est un élément fondamental. Pourquoi ? Vos performances attendues de votre communication sont aussi dépendantes de ce que les concurrents proposeront en simultané de votre dispositif. Eh oui, vous n’êtes pas le seul (a priori) à vouloir communiquer sur vos offres. Vos concurrents ou futurs vous observent, vous épient et vous copient parfois. Dans le social Ads, la confrontation à la concurrence n’est pas toujours perçue, car le flux publicitaire est dans le flux de vos cibles. Mais l’algorithme de Facebook en la matière tient obligatoirement compte du facteur d’engagement et de réactivité de la cible. Cela parait logique, car la plateforme vous propose de travailler vos objectifs dans la dentelle. Vous avez 11 objectifs différents à votre disposition sur la plateforme dans 3 catégories : Sensibilisation (visibilité), Considération (engagement), Conversion.

  • Notoriété, Porté ;
  • Trafics, Interactions, Installation d’apps, Vues de vidéo, Génération de prospects, Messages ;
  • Conversion, Vente catalogue, Visites en point de vente.

Observer et comprendre comment vos concurrents communiquent sur les réseaux sociaux est un élément qui doit orienter votre stratégie social Ads. Quand est-ce qu’ils publient du contenu et à quelles fréquences ? Quels sont les performances des posts de vos principaux concurrents sur la base de vos KPI’s (indicateurs de performances) ? La pige de vos concurrents vous permettra d’avoir des benchmarks clairs. Et surtout cela vous permettra de définir vos propres objectifs de campagnes avec plus de justesse.

Par exemple, vous avez doublé votre communauté Facebook ou Instagram sur l’année. Dans l’absolu, c’est bien. Mais si vos concurrents ont fait fois 4 en moyenne, alors vous avez sous-performé vs votre univers de concurrence. Ils ont certainement mis plus de moyens que vous, mais aussi travaillé certainement en profondeur leurs stratégies Social Ads. Et cela, l’observation des followers ou fans sur les différentes pages n’est pas suffisant.

Sans outil, point de salut !

Convaincu, vous avez confié à un stagiaire ou à un junior la pige des concurrents sur les réseaux sociaux, et là aussi, vous n’avez pas la bonne solution. Aussi performant que le stagiaire/junior soit-il, il ne peut être complet et rapide dans son analyse (beaucoup de marques, de plateformes sociales à surveiller). Le tableur excel devient son meilleur ami et votre plus grand cauchemar (le sien aussi !). Rassurez-vous, il y a des outils pour faciliter la collecte des informations, mais vous devrez investir un peu. Les plateformes SAAS sont nombreuses, mais pas toujours adaptées à vos problématiques. Il faut savoir trouver la bonne chaussure à votre pointure.

Social Ads
Benchmark des outils social Ads par Digitall Makers – réalisation en Décembre 2017 –

La clé est dans l’analyse, pas dans la collecte.

Les outils tiers sont plus que nécessaires, mais l’outil parfait n’existe pas. Il faut souvent adapter ces derniers à vos clients ou à vos offres. Sociall Benchmark insight peut être une approche intéressante (de mon point de vue, of course). Agnostique sur les outils, cette offre s’adapte à vos problématiques de concurrence. Si vous souhaitez en savoir plus, vous pouvez retrouver un descriptif de l’offre sur mon site.

2. Identifier les segments de cibles plus pertinents

Sociall Makers Insights ©
Sociall Makers Insights © est une solution de Digitall Makers pour enrichir la connaissance de vos cibles sur les réseaux sociaux

C’est la clé de voûte de votre plan d’attaque. L’élaboration de personas et de segments de cibles ne se définit plus uniquement sur des variables socio-démographiques. Même si vous souhaitez toucher tout le monde, vous aurez à segmenter, à partitionner votre cible. La contrainte budgétaire est le premier filtre de votre ciblage. Mais les données attitudinales et comportementales de vos cibles sont des variables à prendre en compte dans votre social ads planning.

La plateforme Business Manager de Facebook vous offre une vertigineuse liste de ciblages comportementaux et attitudinaux, mais il est complexe de s’y retrouver. Ou alors, vous les avez appris par cœur (sic!). Mais là encore une fois, les outils du marché viennent à la rescousse (voir tableau benchmark plus haut). Sur la base de ce que l’on appelle le « People Based Marketing« , vous pouvez constituer des cibles marketing et de communication assez pointues. Le « People Based Marketing » est construit sur le principe que l’étude n’est pas réalisée sur la base d’un échantillon représentatif, mais sur la totalité des individus concernés par le sujet. Loin d’être complètement parfaite, cette approche, très digitale, est largement exploitée par Facebook dans sa plateforme Business Manager (outil self-served de Facebook).

Nourrir la stratégie de ciblage et le contenu

Sans une création et un contenu à la hauteur, point de salut. Mais parfois les créations manquent de justesse sur le Social Ads. Peut-être encore un peu trop « product centric » et pas encore suffisamment « Consumer centrics ». Or, les réseaux sociaux, je ne vous apprends rien, regorgent de données que Facebook and co mettent à disposition des annonceurs. Encore faut-il avoir le temps d’analyser les informations et faire en sorte qu’elles soient actionnables.

Sociall Makers Insight est aussi une solution que j’ai élaborée sur ce domaine. Si vous souhaitez en savoir plus, je suis à votre disposition.

3. Activer vos social Ads avec plus de finesse

Beaucoup de campagnes en Social Ads n’exploitent pas les capacités de l’outil mis à disposition par Facebook. Pas de temps souvent pour élaborer le dispositif, on se contente souvent de définir les éléments basiques : Campagne / Ensemble de publicités / Publicité. C’est d’ailleurs le schéma classique des « boosts » de vos posts organiques. Mais construire une campagne Social Ads est plus sophistiqué pour être efficace.

Social ads
Le schéma montre un exemple de structure en Social Ads que vous pouvez adopter.

Derrière campagne, il faut lire objectifs pour votre campagne. Et vous avez plus d’un seul objectif généralement. Derrière Ensemble de publicités, il faut lire cible particulière. Et c’est là que vos études sur les affinités de votre cible ou de votre page va vous servir à être plus fin. Le but est de construire autant de segments de cibles, et ce, pour chaque objectif (campagnes). Le dernier échelon, c’est la publicité. Ici, il faut entendre création. L’idéal est de disposer d’un jeu de création plutôt que d’une seule (minimum 3 dans l’idéal).

Pour réussir une campagne, il faut passer d’un modèle de tactique basique à un modèle plus complexe. Mais cette complexité vous permettra d’optimiser vos dispositifs et de mieux comprendre vos KPi’s. C’est logique et la base d’un planning efficace.

Bien entendu, il faudra également faire des choix en termes de formats, car il rentre en ligne de compte dans la définition de vos objectifs et de votre efficacité. Il est donc aussi stratégique. Bonne stratégie social Ads…

Capgemini fait de LiquidHub sa tête de pont dans le digital aux US

La société de services américaine va intégrer les futures sociétés acquises par Capgemini dans le digital en Amérique du Nord. Elle devient ainsi une pièce maîtresse dans la stratégie du groupe.

Peut-on vraiment encore se passer d’un outil de PMAD non sécurisé ?

Face aux risques de sécurité IT, est-il envisageable de n’apporter que les recommandations suivantes : protéger le BIOS par un mot de passe, complexe de préférence, ou désactiver la fonction AMT ?

Conteneurs : la meilleure solution pour les environnements de test ?

Les conteneurs sont considérés par les développeurs comme l’une des technologies les plus innovantes car ils permettent de rationaliser le processus de développement et de le rendre aussi agile que possible.

Huit bonnes pratiques pour fluidifier le paiement dans l’e-commerce

89% des e-commerçants offrent un système de transaction obsolète, selon Stripe, qui a analysé le paiement des 100 principaux e-commerçants français.

Glass Media transforme les vitrines des retailers en affichage digital

Le JDN a repéré les solutions les plus en pointe pour les magasins lors de la NRF 2018. Découvrez le huitième épisode de notre série vidéo.

Assurance-vie 2018 : et les meilleurs fonds euros sont…

La tendance générale est à la baisse des taux des assurances-vie en fonds euros mais les performances de certains contrats ont de quoi surprendre. Voici les meilleurs rendements servis en 2017.